Être sorcier dans le Londres magique, c'est vraiment tranquille.
Sauf lorsque trois frères, les Bumblebee, décident de révolutionner le monde magique en proposant trois idées qui s'opposent : révéler les sorciers aux moldus, intégrer les créatures à la société, ou tout laisser en l'état en se méfiant bien des deux autres.

Du coup, tout le monde se sent un peu concerné, surtout lorsque des créatures, des hybrides, des sorciers étrangers et même des moldus débarquent dans le Londres magique pour avoir leur mot à dire ! En soi, ce n'est pas grave. Tout le monde continue sa petite vie, s'occupe de son quartier, son métier, sa petite vie amoureuse.
Mais à la fin, l'un des trois finira bien par être ministre, mais rien de tout ça ne vous empêchera de vivre votre vie extraordinaire dans le Londres magique !








S.A.U.M.O.N. ϟ 10
ligue des sorciers ϟ 10
l'unité ϟ 20

nés-moldus ϟ 04
sang mêlés ϟ 21
sang purs ϟ 01

femmes ϟ 16
hommes ϟ 24

créatures ϟ 05
hybrides ϟ 06

moldus ϟ 00
cracmols ϟ 03







Cassandre Ollivander ▬ fondatrice
absente ϟ (mp)
Tybalt Burgess ▬ fondatrice
présente ϟ (mp)
Chance Shamrock ▬ modérateur
présent ϟ (mp)
Shasandre Tyllus ▬ modérateur
absent ϟ (mp)
Laertes Harper ▬ modératrice
présente ϟ (mp)
Prince Solus ▬ modératrice
présente ϟ (mp)












3293
4371
3280




LE CHEF DE LA NOUVELLE BRIGADE RÉVÉLÉ


Le projet de Brigade de Surveillance des Créatures et des Hybrides mis-en-place par Ater Bumblebee semble sur le point de voir le jour. Le chef de cette nouvelle Brigade, qui était resté jusque là secret, vient de nous être révélé.
Il s'agit de Mercutio Burgess, trente-huit ans, ancien chef de la Brigade des Aurors. Mercutio Burgess est connu pour avoir perdu dix de ses hommes lors d'une mission d'infiltration qui a mal tourné. Lorsque nous avons tenté d'obtenir ses réactions par rapport à sa nouvelle nomination, il a refusé de répondre à nos questions. Il n'y a plus qu'à espérer que cette nouvelle Brigade ne subira pas le même sort que la précédente.

réagir à l'article ?


















 

Partagez|


My way or the highway - Laertes Harper

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas




avatar

April H. Solomon
Messages : 105
Date d'inscription : 27/07/2014
Age : 28



Message
01.09.14 21:53

Depuis son retour à Londres, April avait repris contact avec Laertes, son ancien amour, et les deux jeunes adultes étaient vite devenus bons amis. Ils se voyaient toutes les semaines, pour discuter politique dans un café – c'était agréable d'être ensemble d'accord sur l'état de la société sorcière et sur ce qu'il fallait faire – pour visiter des musées ou des monuments moldus, ou tout simplement pour passer la soirée chez l'un ou l'autre, partager un succulent dîner, et que Laertes se mette à peindre pendant qu'April le regardait faire en buvant une bière. 

Aujourd'hui, ils voulaient faire un pique-nique. April avait envie de conduire sa moto, pour essayer ses dernières expérimentations magiques sur le carburateur, et Laertes avait envie de chercher l'inspiration dehors dans la nature. Ils s'étaient donc mis d'accord pour une longue promenade dans une forêt sympathique à l'écart de Londres, où ils pourraient être tranquilles et loin de la ville. Laertes s'était confortablement assis derrière, et avait donné les directions à prendre en se guidant de la carte qu'April lui avait donné, et la mécanicienne avait conduit sa pétaradante machine à travers routes et champs. 

Ils avaient garé la moto sur un accueillant sentier serpentant dans les sous-bois, et s'étaient gaiement avancés dans la forêt, chapeaux de pailles sur la tête et gros sac à pique-nique sous le bras. Au début tout allait bien. C'était joli, le soleil formait de jolies taches de lumière à travers le feuillage, les oiseaux gazouillaient, il ne faisait pas trop froid en cette fin d'été. Et puis peu à peu leur forêt avait pris une apparence plus sombre et plus sinistre. Les arbres étaient plus sombres et plus tordus, il faisait de plus en plus noir, et tout était silencieux. 

Et leur sentier avait disparu sans qu'ils s'en rendent compte. Ils s'étaient perdus dans une forêt qui ne voulait plus les accueillir. 

Ils étaient restés calmes. April avait lancé un sortilège de pointe-au-nord, Laertes avait tenté de retrouver leurs pas avec la carte, qui à cette échelle ne servait plus à grand-chose, et ils s'étaient enfoncés encore plus profondément parmi les arbres, et rien ne s'arrangeait. Un couple de fées était passé au-dessus de leurs têtes en se moquant d'eux. Il y avait des yeux dans les buissons. Il y avait des choses qui s'enfuyaient dans l'ombre à leur approche. April était de plus en plus mal à l'aise, et s'accrochait au sac à provisions des deux mains comme à une ancre. 

« Laertes … » finit-elle par murmurer, inquiète. « Je peux voir la carte ? » 

Son ami la lui donna, et April y jeta un coup d'oeil. Puis la retourna tout aussitôt de haut en bas. 

« Attends … Tu l'as tenue comme ça depuis le début ? » 

Elle lui lança un regard un peu perdu. 

« On est pas du tout là où on voulait aller … Tu nous as perdus dans la forêt Kikrin, Laertes ! » 

Ils n'allaient pas s'arrêter dans la prochaine clairière pour pique-niquer, ça, c'était sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

Laertes Harper
Messages : 80
Date d'inscription : 15/06/2014
Age : 25



Message
03.09.14 17:29

April, c'était la femme parfaite. Il le pensait quand il avait seize ans et maintenant, il le pensait toujours. Il s'était juste rendu compte qu'elle n'était pas la femme parfaite pour lui, pas son âme-soeur comme il l'avait cru d'abord. Alors ils étaient devenus amis, quand ils s'étaient revus à Londres après quelques années de séparation. Ils avaient encore plus de choses en commun maintenant. Chacun avait une passion, et un engagement politique qui les rapprochait. Alors ils se voyaient souvent, discutaient de choses et d'autres, allaient au cinéma de temps en temps, et, parfois, April l'emmenait faire sur une de ses machines infernales. C'était le cas ce jour-là. Laertes avait besoin d'inspiration, April de tester les nouvelles fonctionnalités de son engin, une virée en campagne était la solution rêvée pour tous les deux.

C'était Laertes qui était le copilote, il avait la carte en main depuis le début et décidait de quel chemin suivre. Mais pour être honnête, il pensait à autre chose. Il avait ce tableau en cours dans son atelier qui lui donnait du fil à retordre. Le concept était clair dans son esprit pourtant, mais c'était toujours difficile d'être fidèle à ce qu'il voulait partager avec son œuvre, la plupart du temps, personne ne comprenait ce qu'il avait voulu dire, et ça le frustrait beaucoup. Surtout que récemment, quelqu'un dans une exposition où une de ses toiles était affichée, lui avait demandé le plus sérieusement du monde s'il n'annonçait pas l'apocalypse. Laertes était en pleine crise existentielle. Alors une petite balade en campagne, c'était parfait, non ? Reposant, sans prise de tête...

Mais depuis quand cette forêt était-elle devenue si sombre ?

Les arbres se découpaient comme des ombres chinoises dans la pâle lueur que laissait filtrer leurs feuilles, il y avait sans cesse des bruissements, mais pas des petits que pourrait causer un écureuil, plutôt quelque chose qui pourrait annoncer une énorme créature très discrète. Trop discrète. Ce n'était pas du tout la forêt où Laertes se souvenait d'avoir campé avec sa famille étant petit, et qu'il voulait montrer à April, où il grimpait dans les arbres et cueillait des mûres au bord du chemin. Là, ça faisait plus Mirkwood que Lothlorien. Quelque chose n'allait pas.

April lui demanda la carte, et il la lui tendit. Elle lui reprocha de les avoir perdus dans la forêt Kikrin. Quoi ? Mais il était persuadé d'avoir bien suivi le chemin qu'il fallait, pourtant ! Il avait fait attention ! Et puis vraiment, ce n'était pas le moment de l'embêter, on venait de qualifier son art de fanatisme religieux ! Fronçant les sourcils, il regarda la carte que tenait April, et lui dit :

« Mais non ! C'est ta carte qui ne vaut rien. Moi j'ai tout fait comme c'était écrit. Je sais lire une carte quand même, je suis pas un incapable ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

April H. Solomon
Messages : 105
Date d'inscription : 27/07/2014
Age : 28



Message
06.09.14 8:55

April n'était vraiment pas à l'aise ici. Ils ne s'étaient pas aventurés très loin, et ils étaient déjà complètement perdus, loin du sentier qu'ils avaient pris et de tout repère qui aurait pu les guider. Cette forêt avait mauvaise réputation. On disait qu'elle était peuplée de créatures maléfiques. On disait qu'il y avait des clans de centaures toujours prêts à cribler de flèches les pauvres sorciers qui osaient venir ici. On disait qu'il y avait des clans de vélanes qui … non en fait, April ne savait pas ce que faisaient les vélanes aux sorciers. Et elle n'avait pas envie de le savoir. Elle avait envie de sortir d'ici. Elle naviguait tant bien que mal avec la carte, baguette dressée, sortilège de pointe-au-nord lancé, en essayant de trouver une solution.

Et Laertes qui lui disait qu'il n'avait rien fait et que c'était sa carte qui ne valait rien !

« Oh ! » se fâcha-t-elle. « Si ma carte ne valait rien, pourquoi tu t'en es pas rendu compte plus tôt ? Tu aurais pu au moins me dire quelque chose avant de nous amener ici ! »

Mais qu'est-ce qu'il avait à se braquer comme ça ? Elle ne l'avait pas grondé, April ! Elle voulait juste sortir d'ici, et lui, lui il lui renvoyait la faute sur le dos ! Elle n'était pas mauvaise sa carte, elle l'avait acheté dans un très bon magasin moldu, et elle l'avait trouvée utile de nombreuses fois déjà. Ce n'était pas Laertes qui faisait régulièrement de longues balades en moto. Il ne savait pas de quoi il parlait ! April était vexée.

En plus, il avait un peu raison. Là maintenant, leur carte ne leur servait presque à rien, parce qu'elle ne couvrait pas du tout la zone où ils étaient. Les deux sorciers en étaient réduits à utiliser les informations plus générales (et beaucoup plus vagues) de la région entière décrite au dos de la carte. Avec, ils ne pouvaient qu'estimer la taille de la forêt, et la direction de la sortie la plus proche. Et ça ne faisait qu'énerver un peu plus la jeune femme.

Ils n'en seraient pas arrivés là si son ami avait fait un peu plus attention.

« C'était pas dur de voir qu'on prenait la mauvaise direction ! C'est toi qui voulait m'emmener voir la forêt de ton enfance, je te rappelle. Si tu la connais si bien, pourquoi tu ne m'as pas dit qu'on ne prenait pas le bon chemin ? Tu t'en es pas rendu compte ? Tu ne t'es pas dit que le paysage était différent ? Mais qu'est-ce que tu faisais, Laertes ? Je comptais sur toi, moi ! »

Ce n'était pas comme ça qu'ils allaient réussir à se sortir de cette impasse. Ils auraient dû coopérer – à deux, avec leur magie, ils auraient probablement pu trouver une solution. Mais April était vexée. Et inquiète. Et Laertes ne l'aidait pas. Il n'avait même pas l'air préoccupé, lui, ou en tout cas pas par la forêt autour d'eux. Il ne se rendait compte de rien ! Comme toujours, il rêvassait ! April avait l'impression qu'elle était perdue et livrée à elle-même en milieu hostile et qu'il disait que c'était de sa faute. Et elle ne savait même pas comment faire pour récupérer sa moto.

_________________
Avatar de la part de Shasandre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

Laertes Harper
Messages : 80
Date d'inscription : 15/06/2014
Age : 25



Message
07.09.14 17:56

Bon. C'est vrai que cette forêt n'avait absolument rien de celle de son enfance, c'était sûr, c'était certain, c'était pas la même. Ou alors, elle avait changé. Beaucoup beaucoup. Mais il n'était pas prêt à admettre qu'il s'était trompé, ça non. Au fond, il avait presque envie de se disputer, de crier un bon coup, pour faire taire toutes ces petites frustrations qui l'embêtaient depuis quelques jours. Mais tout, tout au fond. Là, il était juste outré qu'April lui reproche qu'ils se soient perdus, après que ce soit elle qui ait insisté pour qu'il soit le copilote. Non mais.

"Je peux pas tout savoir hein ! Moi comme un imbécile, on me tend une carte, je la crois ! T'as qu'à faire plus attention à ce que t'achète."

Voilà, il boudait. Il commença à prendre de l'avance, avançant à grandes enjambées en écrasant minutieusement les feuilles mortes sur son chemin. Non mais. Voilà que c'était de sa faute, juste parce qu'il avait eut la carte entre les mains et qu'ils connaissait l'endroit où ils allaient ! Et April, derrière lui, qui continuait à lui faire des reproches. C'était vraiment pas croyable. Il la laissa parler pendant un moment, essayant de l'ignorer. Elle avait une jolie voix quand même. Non, non, pas ça qu'il devait penser. Non mais. Elle l'énervait au plus haut point, là ! Bon, il la coupa sèchement, à moitié pour l'empêcher de parler plus de sa belle voix.

"Forêt de mon enfance ! ENFANCE ! Genre ce qui se passe dans… l'enfance, quoi !"
Laertes, maître de la répartie. "Ca fait vingt ans que j'y ai pas mis les pieds dans cette maudite forêt ! Tu crois que je savais lire une carte à l'époque ? Pour tout ce que j'en sais, ça pourrait être ça, la forêt de mon enfance, juste qu'elle a changé depuis ! Tu sais comment ça marche le temps, non ? Ca passe !"

Les bras croisés, Laertes continuait d'avancer aveuglément, s'enfonçant sans doutes de plus en plus dans la forêt sombre. Ce n'était pas la ballade agréable qu'il avait prévue. Il était énervé, il criait sur son amie, qui, il le savait au fond (tout, tout au fond) ne le méritait pas du tout, et en plus, il avait froid. C'était comme si le soleil ne touchait jamais le sol dans cette forêt. Et ce n'était pas le genre de froid revigorant, non, c'était… engourdissant. Traître. Et bizarrement, ça mettait Laertes encore plus hors de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

April H. Solomon
Messages : 105
Date d'inscription : 27/07/2014
Age : 28



Message
08.09.14 20:14

Laertes s'entêtait, et répondait à April d'un ton boudeur, presque puéril, la laissant stupéfaite. Mais qu'est-ce qu'il avait ? Elle avait rien fait ! April avait juste dit qu'ils s'étaient perdus, et qu'ils n'étaient pas du tout là où ils avaient voulu aller, et Laertes s'était vexé, comme si son amie lui faisait des reproches. Eh bien, elle lui en faisait maintenant.

« Elle est très bien cette carte ! » se mit-elle à crier. « C'est pas toi qui conduit une moto ! Je l'ai utilisée plein de fois sans problèmes ! Si tu sais pas lire une carte, il fallait me le dire ! Pas me faire oui de la tête distraitement ! »

Laertes avançait à grandes enjambées, et la jeune fille se mit à le suivre en trottinant aussi bien qu'elle pouvait, n'ayant aucune envie de se retrouver distancée, et toute seule, au milieu de cette forêt mal famée. Ils continuaient de se disputer.

« Sérieux, ils t'emmenaient ici tes parents ? Tu vas pas me faire croire ça quand même ! Je sais qu'ils sont moldus tes parents ! Et cette forêt, elle est magique ! Ils pouvaient pas la connaître ! T'es vraiment pas possible ! Mais qu'est-ce qui te prends, de bouder comme un gamin comme ça ? Laertes ! Tu m'écoutes, oui ? »

Le peintre s'enfonçait d'un pas décidé dans une direction qui ne plaisait pas du tout à la jeune mécanicienne – qui n'avait pourtant pas d'autre choix que de le suivre. April avait peur. Elle était perdue dans un univers hostile et la seule réassurance qu'elle avait à ses côtés était en train de la bouder, marchant furieusement devant sans se préoccuper de son allure. April avait de plus en plus de mal à le suivre. Elle trottait en sautillant pour essayer de caler sa vitesse sur celle de son ami, se prenait les pieds dans les ronces et les branches mortes, se faisait de plus en plus distancer, et Laertes ne se rendait compte de rien. Elle en avait oublié son sortilège de pointe-au-nord, sa carte était serrée dans son autre main, inutile, ils n'essayaient même plus de sortir d'ici, ils n'en étaient même plus à s'inquiéter de ce qui les entouraient, ils se disputaient bruyamment en fonçant tête baissée vers le centre de la forêt.

« Laertes, me laisse pas toute seule ! » cria-t-elle, furieuse, sentant des larmes de rage lui monter aux yeux. C'en était trop. Elle lui en voulait. Il était vraiment impossible, parfois.

_________________
Avatar de la part de Shasandre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

Laertes Harper
Messages : 80
Date d'inscription : 15/06/2014
Age : 25



Message
08.09.14 20:59

Laertes, à force d'avancer vite les bras croisés comme ça dans cette forêt froide, humide et pas accueillante du tout, commençait à se calmer un peu et à se rendre compte que vraiment, il n'avait pas été juste envers April. Et qu'en fait, il avait eu tord. Qu'il aurait du faire plus attention, mieux regarder la carte, au lieu d'être perdu dans ses pensées amères. Du coup, il se sentait vraiment bête, tout à coup. Surtout qu'April continuait à lui crier dessus - et il savait qu'elle avait bien raison. Il se criait un peu dessus lui aussi - mais intérieurement, bien sûr. Il avait tellement de chance d'avoir April comme amie ! Il était tellement heureux qu'ils aient renoué après tant d'années, et qu'elle accepte qu'il fasse partie de sa vie ! Elle était vraiment extraordinaire, April, et voilà qu'il l'avait énervée, et perdue dans cette forêt stupide, alors qu'elle voulait juste une agréable après-midi dans les bois. Tout ça parce qu'il était frustré par son boulot. Comme toujours, en fait.

Il se mit à ralentir un peu la cadence de ses pas, mais restait devant April, n'osant pas encore lui faire face. Elle allait lui en vouloir, même s'il s'excusait. Elle était comme ça April. Passionnée. Ce qu'il aimait beaucoup chez elle, c'était un trait de caractère qu'ils partageaient, mais là, vraiment, ça l'embêtait. Il ne voulait plus qu'on lui crie dessus. Il ne voulait plus crier non plus. Il voulait juste sortir de cette forêt et retrouver l'autre, la bonne, celle où il allait avec ses parents et qui serait si jolie en cette fin d'été.

Il fut rappelé à la dure réalité par le cri d'April, plus loin derrière lui qu'il l'aurait pensé. Mais ses grandes jambes avaient du le porter plus vite qu'il ne le croyait. April avait peur ? Ca paraissait étrange, surtout que Laertes, tout à son énervement, puis à sa culpabilité, ne s'était pas tout à fait rendu compte que la forêt était vraiment inquiétante. Oups. Il parcourut immédiatement le chemin qui le séparait de son amie, et, arrivé là, ne sut pas trop quoi dire. Lui faire un câlin pour la rassurer ? Non, ils n'en étaient pas là encore dans leur amitié, Laertes en était sûr. Enfin, à peu près. Et puis il ne savait pas, en fait, si April aimait les câlins. Il se mit à rougir et, tout à coup, trouva ses bras très longs et très embarrassant, il ne savait plus quoi faire avec.

"Euh… T'en fais pas ? On va sortir d'ici bientôt… Enfin, je crois…"
Très rassurant Laertes. Bravo. Mais en fait, il ne savait même pas de quel côté ils devaient aller pour sortir de cette maudite forêt. Laertes prit le temps de réfléchir, se gratta la tête, regarda autour de lui… Et sursauta tout à coup. Il avait vu quelque chose bouger dans les branchages, il en était certain, là, juste à côté d'eux ! Quelque chose de gros. Eh, mais il faisait vraiment sombre dans cette forêt. Son coeur commença à battre plus vite. "Euh. Tu as toujours… La carte ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

April H. Solomon
Messages : 105
Date d'inscription : 27/07/2014
Age : 28



Message
08.09.14 21:47

Face à son cri de détresse, Laertes avait fait demi-tour et avait rattrapé April en quelques enjambées. Il la regardait maintenant, l'air un peu ballot, rougissant pour rien, cherchant ses mots pour la rassurer. Il ne s'y prenait pas très bien – il n'avait pas l'air très doué avec les mots, Laertes, surtout aujourd'hui. Au moins avait-il arrêté de bouder comme un enfant. Il n'était plus en colère.

Mais April si.

« Tu es vraiment impossible ! » continua-t-elle de crier, les larmes aux yeux. « Tu ! Tu me laisses toute seule et tu te barres comme ça juste parce que tu boudes ! Espèce de ! Espèce de ! »

Même dans sa colère, April n'arrivait pas à insulter son ami. Elle l'appréciait trop pour ça – et il s'était montré gentil et présent de trop nombreuses fois pour qu'elle puisse penser le moindre des mots qui auraient pu finir sa phrase. Mais elle lui en voulait quand même.

Elle avait eu peur et elle avait eu l'impression d'avoir été abandonnée au milieu de la forêt parce que son ami n'avait pas aimé ce qu'elle avait dit. Il avait été blessant sans le vouloir. Et April qui n'était pas toujours d'un caractère affable avait du mal à le lui pardonner, sur le coup. Ca viendrait. Pas tout de suite. Là tout de suite elle évacuait son angoisse et sa douleur.

« La carte ? La carte ? » April l'avait toujours, chiffonnée dans sa main. Laertes voulait la carte maintenant ? Laertes voulait recommencer à faire le copilote ? April était encore un peu plus furieuse. Elle lui jeta la carte à la figure dans un mouvement rageur de la main. « Tiens ! La voilà ta carte ! Tu peux la manger, puisque tu sais même pas la lire ! Emmène-nous jusqu'au milieu d'Azkaban cette fois-ci ! Je suis sûre que tes parents faisaient des pique-nique avec les détraqueurs aussi ! Je m'en fiche ! »

Il avait voulu bien faire, et il avait encore fait un faux pas. Laertes accumulait les bévues, et April ne l'aidait pas vraiment. C'était au tour de la jeune femme de lui faire toute une scène au lieu de se calmer et de coopérer pour s'en aller d'ici au plus vite. Et malheureusement pour le jeune homme, April n'avait pas l'air d'en avoir bientôt fini.

Ils n'étaient pas prêts de sortir de cette forêt.

_________________
Avatar de la part de Shasandre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

Laertes Harper
Messages : 80
Date d'inscription : 15/06/2014
Age : 25



Message
09.09.14 21:03

April était en colère et il l'avait un peu mérité. Enfin. Beaucoup, en fait. Il s'était fâché contre elle alors qu'elle ne lui avait rien fait, et du coup, il récoltait ce qu'il avait semé. Et il se sentait coupable, du coup, à cause de lui April avait eu peur, il l'avait laissée toute seule à affronter la forêt. Maintenant, voilà, il fallait l'avouer, c'était lui qui avait peur, et qui devait se retenir pour ne pas dire à April de se taire, de peur que les créatures de la forêt les entende. Il ne faisait pas vraiment attention aux cris de son amie, en fait. Il était trop occupé à surveiller les buissons alentours, craignant de voir quelque chose en sortir en bondissant.

Il recommença à faire attention à ce que lui disait April lorsqu'il se prit une carte dans la figure. Ah. Elle était vraiment, vraiment en colère si elle jetait comme ça quelque chose qu'elle avait acheté chez les moldus. Elle aimait beaucoup les moldus, April. Et puis elle continua à lui reprocher tout ce qu'il avait dit, et lui, il la regardait avec des yeux ronds un peu bêtes, étonné de la voir si enflammée. Elle était jolie quand elle… Non. Non non non. Pas du tout la bonne chose à penser.

"Euh… Désolé ?" Tenta-t-il, pathétique. "Je voulais pas te… OH NON !"

La carte, qu'April lui avait lancée à la figure, avait atterri dans une flaque d'eau boueuse, et commençait à ressembler de moins en moins à une carte. Très vite, Laertes se baissa et tenta de la sauver de sa mort certaine en la récupérant, puis en lui lançant un sort pour la sécher… Mais elle était toujours pleine de boue. Et il avait toujours été nul pour les sorts d'entretien comme "récurvite" - qu'il tenta quand même, mais sans grand succès. Il faisait le ménage à la moldue, Laertes, même si ça prenait plus de temps.

"Zut." Marmonna-t-il. "Comment on va sortir de là maintenant ?" Il releva les yeux vers April. Il ne voulait pas qu'elle se remette à lui crier dessus. "Enfin, c'est pas grave hein, enfin c'est pas ta faute, enfin c'est pas vraiment la mienne non plus, mais je t'en veux pas, mais bon, c'est normal, puisque c'est pas ta faute, euh. On essaie un sortilège de pointe du nord ?"

Joignant le geste à la parole, il effectua le sortilège. Bon. Ils savaient où était le nord. Laertes prit quelques secondes pour se calmer un peu. Respirer. Réfléchir. Aller, ils sortiraient de cette forêt, vivants, en bonne santé, et peut-être même qu'ils ne se disputeraient pas sur la route en retournant à Londres. Par où étaient-ils arrivés ? Laertes se souvenait que le soleil faisait des ombres dans leur direction, et comme c'était le matin, ils étaient sûrement arrivés à l'Ouest de la forêt. Donc logiquement, s'ils allaient vers l'Ouest, ils devraient retracer leurs pas.

"Hum. Je crois qu'il faut aller vers l'Ouest." Il lui expliqua son raisonnement. "Tu es d'accord ?"

_________________
Merci à Shas pour l'avatar ! ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

April H. Solomon
Messages : 105
Date d'inscription : 27/07/2014
Age : 28



Message
09.09.14 21:33

Laertes était toujours aussi maladroit. Il essayait d'avancer des excuses, se précipitait dans des rattrapages dès qu'il voyait qu'il avait commis un faux pas, et semblait toujours aussi à côté de la plaque. Mais il voulait bien faire. Il voulait se rattraper. April y était sensible, et même si elle était toujours fâchée contre lui, elle ne lui criait plus dessus. Elle le regardait d'un air furieux et blasé, elle soupirait beaucoup, elle gonflait les joues, clairement agacée par son petit manège. Elle l'aimait trop pour vraiment lui en vouloir cependant – Laertes était un très bon ami, et ses attentions gentilles mais maladroites n'étaient pas désagréables en soi. April en rirait sûrement un jour, de toute cette mésaventure. Un jour.

Et Laertes perdit la carte. Il l'avait laissée tomber dans la boue. April sentit l'énervement monter en elle, mais elle se contint de nouveau – c'était un peu de sa faute, cette fois. Même si elle l'aimait beaucoup, cette carte. C'était vraiment dommage de la perdre comme ça. Les sorts de son ami n'aboutirent à rien, et April fit son deuil. Tant pis pour la carte.

« Bon, on fait quoi, maintenant ? »

Laertes eut une idée fantastique : faire ce qu'April essayait de faire depuis le début. Apparemment, il n'avait pas non plus remarqué les efforts qu'elle avait fait pour les sortir d'ici. April roula les yeux au ciel. Et ne dit rien. Elle ne voulait pas lui aboyer dessus de nouveau. Qu'il la garde, son idée, et qu'il en soit tout fier, pourvu qu'ils sortent d'ici, qu'ils retrouvent la moto, et qu'ils s'en aillent, loin, et tant pis pour le pique-nique, April n'était pas d'humeur à faire un pique-nique maintenant, et le sac sur son épaule commençait à peser lourd.

« D'accord. » articula-t-elle avec difficulté, dans une sorte de rictus, retenant son açacement entre ses dents. « Je te suis. On va vers l'ouest. Tu fais pointe-au-nord et je fais lumos, et on avançe au plus vite pour retrouver nos pas. De toutes façons, en gardant la même direction, on finira bien pas sortir d'ici tôt ou tard. »

April espérait juste qu'ils ne traverseraient pas toute la longueur de la forêt de cette façon. Allumant sa baguette en murmurant un sortilège de lumière, elle remit le sac en place sur son épaule et se mit à suivre son ami, qu'elle aimait vraiment beaucoup, mais qui lui tapait sérieusement sur les nerfs, là maintenant. Vivement qu'ils en aient fini avec toute cette aventure.

_________________
Avatar de la part de Shasandre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

Laertes Harper
Messages : 80
Date d'inscription : 15/06/2014
Age : 25



Message
17.10.14 15:44

Laertes ne savait pas trop quoi faire pour qu'April arrête d'être fâchée. Elle avait toutes les raisons de l'être et il le savait : ils n'étaient pas du tout dans la bonne forêt, il faisait sombre, glauque et il y avait sûrement des créatures assoiffée de sang pas loin, et en plus, sa jolie carte moldue était hors d'usage. Et puis il lui avait crié dessus sans raison, aussi. Ca n'aidait pas. Maintenant qu'ils avaient recommencé à marcher l'un à côté de l'autre, Laertes tendant sa baguette qui indiquait le nord tandis qu'April les éclairait un peu avec la sienne, un silence gêné - et gênant - s'était installé. Ou peut-être que du côté d'April, c'était un silence rageur. Il ne savait pas trop, et il n'osait pas trop le briser. Il avait peur de la blesser encore une fois.

Mais là, la forêt Kikrin lui faisait plus peur que le silence de son amie. Il y avait des tas de bruits bizarres. Des formes étranges qui passaient très vite juste au-delà de son champ de vision. Des rayons de soleil qui filtraient, bon gré mal gré, d'entre les feuilles touffues des arbres, mais qui semblaient éclairer à peine, et de façon trompeuse, le paysage. Non, Laertes n'aimait pas cette forêt - et il était bien pressé d'en sortir. Mais cette fois, il ne faisait pas l'erreur de partir tout seul à grandes enjambées en laissant April derrière. Ils devaient rester ensemble. La perdre dans les méandres de la forêt était une idée effrayante - autant pour elle, parce qu'il ne voulait pas qu'il lui arrive de mal, que pour lui, parce qu'affronter tout ça seul le terrifiait.

Ils semblaient s'être enfoncés beaucoup plus profondément dans la forêt que Laertes ne l'avait d'abord cru, parce qu'au bout d'une demi-heure, il n'y avait toujours pas signe de l'orée du bois. Pire : le maigre chemin était de plus en plus envahi par les fougères et autres herbes folles, il fallait se baisser pour ne pas heurter les branches basses, la progression devenait difficile. Bientôt, ils durent choisir entre deux chemin. L'un était plus clairsemé et lumineux, mais allait dans la direction du nord plutôt que de l'ouest, tandis que l'autre, qui se dirigeait vers le Nord-Ouest, semblait moins praticable. Laertes soupira. Quand donc allaient-ils sortir de cette maudite forêt ?

"Qu'est-ce que tu en penses ?" Demanda-t-il à April. "J'ai peur que le chemin de droite nous éloigne trop de notre objectif. Mais je dois t'avouer que, euh…" Il baissa la voix. "L'autre me fait un peu peur."

Laertes était un pur citadin. Il aimait le désordre de la ville parce qu'il était explicable, qu'il avait une histoire et, au fond, des règles - bien que cachées. Il aimait les humains - et les créatures pensantes - parce qu'elles répondaient à la logique - même si leur logique différait parfois du tout au tout. Le désordre était fascinant. Le chaos de la nature l'était aussi - mais il était également très effrayant. Même s'il en avait un peu honte.

"Et, euh. Je suis désolé pour tout à l'heure. J'étais préoccupé et j'ai mal réagit. Pardon ?"

_________________
Merci à Shas pour l'avatar ! ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

April H. Solomon
Messages : 105
Date d'inscription : 27/07/2014
Age : 28



Message
22.10.14 18:57

April regardait son ami Laertes en serrant les dents.

Elle se retenait très fort de lui balancer tout ce qu'elle pensait au visage. Que Laertes ne sache pas lire une carte et qu'il les perde tous les deux, ça passait encore. Ca pouvait arriver, on pouvait se tromper, on pouvait croire qu'on avait compris pour réaliser ensuite que non. April ne lui en voulait pas pour ça, non, April lui en voulait pour l'attitude désinvolte qu'il avait eu dès le début, à lui faire distraitement oui de la tête sans l'écouter (et se retrouver avec la charge de les guider à travers la campagne), à lui renvoyer la faute alors qu'elle n'avait fait qu'exprimer sa peur, à la laisser seule sans faire attention à elle et sa sécurité parce que Monsieur boudait, et à lui offrir ce qu'elle avait déjà essayé de faire comme solution magique pour régler la situation. Laertes ne l'avait pas écouté du début à la fin.

Et Laertes avait arrêté de bouder parce qu'il s'était rendu compte du danger dans lequel il les avait mis. Laertes s'était rendu compte qu'ils étaient en plein milieu de la forêt Kikrin, qui n'était pas particulièrement accueillante envers les sorciers, on pouvait même franchement dire que c'était le contraire, et que ni l'un ni l'autre ne pouvaient savoir ce qui les attendraient au tournant du chemin, et qu'à cause de sa bêtise ils allaient probablement finir gobés tout ronds par un horrible monstre. April n'avait toujours pas l'impression que son ami pensait beaucoup à elle. Et elle n'était pas vraiment prête à lui pardonner ses erreurs, là maintenant.

Le silence s'étalait lentement sur leur conversation. April avait l'air de chercher ses mots.

« Tu as mal réagi. » finit-elle par annoncer, reprenant les paroles de son ami ; « C'est le moins qu'on puisse dire, ouais. C'est un bel euphémisme. Tu as été un … stupide … borné … aveugle … insultant … petit prétentieux depuis le début ! »

April faisait de son mieux pour ne pas se mettre à lui crier dessus tout ce qu'elle avait dans le ventre, et malgré son ton calme elle s'étranglait avec ses mots. Ses paroles semblaient sortir à grand-peine de sa gorge, comme si elles étaient trop grosses pour êtres simplement dites et qu'elles auraient dû être criées. April faisait de son mieux pour rester calme parce que ce n'était ni le lieu ni l'endroit pour une crise de colère – et Merlin sait qu'elle en avait envie, pourtant.

Il fallait sortir d'ici. C'était la seule chose qui importait.

« On n'a pas le temps avec ça. » acheva-t-elle, sèchement, avant de continuer. « On prends le chemin qui part vers la droite. On finira bien par sortir d'ici, mais ce n'est pas en s'enfonçant les chaussures dans les feuillages qu'on y arrivera. Enfin, ce chemin va peut-être nous amener au milieu d'un piège, d'une clairière à centaures, ou d'une tanière de manticore, où je sais pas quoi, mais au point où on en est, hein, je pense qu'on n'a pas de meilleur choix. Si tu avais fait gaffe on en serait pas là. » conclut-elle, avec une petite pique facile qui la démangeait depuis un moment.

« Allez, viens. » Et, recalant le sac du pique-nique sur son épaule (il commençait à se faire vraiment lourd) April se remit en marche, en veillant à ce que Laertes la suive. Elle lui en voulait beaucoup, là maintenant, mais elle ne voulait pas le perdre non plus. Elle n'allait pas être fâchée contre lui toute sa vie (même si c'était un peu dur à imaginer en ce moment) et elle l'aimait beaucoup. Laertes était gentil. Laertes s'en voulait un peu, quand même. Laertes voulait se racheter. S'il se montrait un peu plus prévenant et attentionné envers elle, April lui pardonnerait peut-être plus vite.

_________________
Avatar de la part de Shasandre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

Laertes Harper
Messages : 80
Date d'inscription : 15/06/2014
Age : 25



Message
25.10.14 16:25

Laertes voulait se racheter, et, si on en croyait l'attitude d'April, il en avait bien besoin. Il avait essayé de s'excuser. Elle ne répondait pas. Le silence s'étendait et Laertes craignait vraiment d'avoir trop blessé April pour qu'elle puisse le lui pardonner. Il regrettait d'avoir parler. Apparemment, parler n'avait fait qu'empirer les choses - peut-être qu'il aurait du attendre qu'elle lui pardonne d'elle-même ? Ou alors, il aurait pu attendre de faire un geste brave et héroïque qui aurait sauvé la situation ? Mais ce n'était pas vraiment Laertes, ça. Il n'était pas vraiment brave, ni héroïque, rien qu'un petit artiste dont personne ne voulait les tableaux. Mais la frustration qui l'avait tant dérangé plus tôt n'avait plus d'emprise sur lui. Maintenant, il voulait juste qu'April ne soit plus en colère.

Finalement, April parla. Elle avait l'air de se retenir de crier - et c'était encore pire, en fait. Il sentait vraiment qu'il l'avait déçue et il n'aimait pas ça. Le pire, c'est qu'il était d'accord avec ce qu'il disait. Il avait été stupide en l'accusant d'être la cause de leurs problèmes. Il avait été borné en refusant de l'écouter, et aveugle en ne voyant pas qu'elle était inquiète et apeurée. Insultant - c'est sûr, il l'avait été. Prétentieux aussi sans doutes. Il regardait par terre comme un enfant qu'on gronde. Il ne savait pas quoi dire pour améliorer les choses, mais il regrettait vraiment. Il craignait surtout que ce soit trop tôt dans leur amitié pour une dispute de cette magnitude, et qu'il ait réussi à perdre April une deuxième fois en agissant comme un idiot.

Elle continua à parler, visiblement en colère, toujours. Il était plutôt content qu'elle ait choisi le chemin de droite, parce que l'autre avait vraiment l'air impraticable et dangereux, même si ces choses-là étaient souvent trompeuses. Il lui avait demandé son avis au moins cette fois - mais ça ne semblait pas atténuer sa rancoeur. Elle avait raison, ils ne seraient pas là sans lui. Elle aurait pu tranquillement pique-niquer avec un autre de ses amis, et passer une bonne après-midi dans une forêt agréable. Laertes était très sensible, c'était son plus gros défaut : il détestait qu'April soit fâchée avec lui, même s'il la comprenait. Il se sentait tellement coupable. Sans un mot, acceptant la pique d'April sans la relever, ils se remirent en marche.

Et puis Laertes se rendit compte qu'April portait le sac de pique-nique depuis le début, et que ça devait commencer à être lourd, quand même. Il parcouru d'un pas le mètre qui la séparait de son amie - qui ne serait peut-être plus son amie pour longtemps - et lui prit le sac, le mettant sur son épaule à lui. "Voilà, euh, laisse moi le porter." Et puis soudain, il craignit le pire.

"Enfin ! Je ne veux pas dire que tu n'es pas capable de porter le sac, hein ! Tu es très forte et… Enfin, forte, tu n'es pas grosse, pas du tout, tu es mince, mais pas trop non plus, enfin, tu es très bien, je veux dire, je voulais pas dire que tu n'étais pas capable de porter le sac, tu es capable, tu es très capable, je voulais t'aider c'est tout, je te jure je ne suis pas misogyne ni rien, euh…" Laertes, tout rouge, s'emmêlait complètement. Diantre. Il n'était vraiment pas doué. Il avait sûrement encore envenimé les choses, voilà. Que c'était compliqué, les amis.

_________________
Merci à Shas pour l'avatar ! ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

April H. Solomon
Messages : 105
Date d'inscription : 27/07/2014
Age : 28



Message
27.10.14 18:41

April avançait d'un pas rageur, piétinant les feuilles mortes et les branchages sous ses pieds comme si leurs craquements allaient arriver à calmer sa colère. Elle tenait le sac sur son épaule, calé entre elle et son bras, et avait mis les deux mains dans ses poches. Elle ne souriait pas – sa tête, un peu enfoncée dans ses épaules, semblait porter une expression neutre qui dissiumulait mal sa colère. April ruminait tout l'énervement qu'elle n'avait pas pu envoyer à la figure de son ami.

Parce que vraiment, pour qui il se prenait, hein ? A jouer les artistes incompris préoccupés par leurs propres pensées que le reste des mortels ne pouvait pas comprendre, et à dédaigner le reste des gueux autour de lui, à s'imaginer plus important que tout le monde, il devait sûrement avoir rêvassé de gloire et de grandeur tout au long de ce voyage, et du tableau qu'il avait envie de faire, parce que Laertes faisait ça tout le temps, s'interrompre au milieu de quelque chose pour aller peindre un de ses tableaux, comme si la soirée avec son amie ne valait plus le coup, et qu'elle ne passait qu'après et, et il était resté tout silencieux pendant qu'elle ne faisait que lui suggérer toute l'étendue de sa colère, il aurait pu s'excuser, au moins, et il s'était déjà excusé mais ça n'avait pas d'importance parce qu'April ressassait sa colère en son for intérieur. Elle pouvait être aussi injuste qu'elle voulait à l'intérieur de sa tête. Et rager sur son ami sans en dire un mot lui donnait un peu l'impression de s'occuper du problème, même si ça ne faisait que l'entretenir un peu plus au final. April boudait.

Et sans qu'elle le voie venir, Laertes était remonté jusqu'à sa hauteur, et il avait pris le sac, dans un geste un peu maladroit. La fureur de la rouquine revint d'un coup, comme une vague déferlante – qu'est-ce qu'il voulait faire encore, il aurait pu demander, il avait pas compris qu'il fallait la laisser tranquille non ? - et elle lui jeta un regard noir, mais avant qu'elle ne puisse exploser de façon contenue une fois de plus le peintre se mit à s'emmêler les pinceaux. Il avait agi impulsivement, et maintenant il regrettait – il regrettait parce qu'il avait très peur d'avoir vexé son amie de nouveau, et qu'il ne voulait pas qu'April pense qu'il ne faisait pas attention à elle, et chaque excuse semblait encore pire que la précédente et Laertes se rendait complètement ridicule en devenant tout rouge.

Et il était tellement drôle ! April se retenait. Elle était en colère. Il était hors de question qu'elle se mette à rire. Elle fit des efforts surhumains pour empêcher ses lèvres de remonter dans un sourire, mais elle sentait bien que sa rancoeur s'évaporait petit à petit. Laertes était maladroit. Laertes était sensible cependant, il s'était bien rendu compte de tout ce qu'il avait fait, et il regrettait, il regrettait amèrement tout ce qu'il avait fait, et il avait peur de faire empirer les choses par une nouvelle maladresse. April s'en rendait compte. C'était dur de lui en vouloir plus longtemps. Elle n'avait d'ailleurs pas grand-chose à lui reprocher, en fin du compte. Laertes était quelqu'un de bien.

« Ne t'en fais pas, » fit-elle d'un ton qui avait l'air très sérieux mais qui n'était plus en colère du tout. April lui en voulait encore, mais juste un tout petit peu. Pour la forme. « Je sais bien que tu es un horrible réac' sexiste, tu sais. » plaisanta-t-elle.

Elle lui envoya une gentille bourrade dans l'épaule, tout lentement, dans un geste d'amitié. Et puis elle se remit à marcher, les mains dans les poches toujours, mais de façon plus guillerette. Elle lança un coup de pied dans un caillou pour jouer et le voir rebondir le long de la route. April allait mieux. Le chemin qu'ils avaient choisi semblait beaucoup plus accueillant, et la forêt se faisait moins dense et moins touffue au fur et à mesure qu'ils avançaient. Le couple d'amis allait peut-être finir bien loin de leur entrée dans cette fichue forêt, mais au moins en seraient-ils sortis. Et la mécanicienne finirait bien par retrouver sa moto un jour.

« Une fois qu'on sera sortis d'ici, qu'est-ce qu'on va faire, tu penses ? Je n'ai plus tellement envie de sortir me promener, aujourd'hui. »

Elle avait lancé ça après un silence, plutôt pour essayer de dire autre chose que des insultes aujourd'hui. April était moins en colère maintenant, et elle avait envie de passer à autre chose. De sortir d'ici, et de passer à autre chose. Et probablement de ne plus mettre les pieds dans une forêt avant un moment. Leur pique-nique, ils pouvaient toujours le faire sur le tapis de son studio, s'ils en avaient envie.

_________________
Avatar de la part de Shasandre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

Laertes Harper
Messages : 80
Date d'inscription : 15/06/2014
Age : 25



Message
27.10.14 19:13

Ca y est, il en était sûr, Laertes avait perdu April pour toujours avec son incapacité notoire à faire ce qu'il fallait en situation de crise. Et maintenant il l'avait sûrement affreusement vexée. Il en était certain. Elle allait lui lancer un sort horrible et le laisser là tout seul dans la forêt, et il l'aurait bien mérité, en plus. Et il aurait perdu sa meilleure amie. Si tôt après l'avoir retrouvée. C'était vraiment incroyable comme il était bête. Ses parents disaient souvent qu'il était "bien un artiste", "dans son monde", "hypersensible", et ben, ce n'était pas une bonne chose. Il avait tout gâché. C'était fini.

D'ailleurs, April le disait, ça y est. Il était un horrible réac' sexiste. Il eut une expression horrifiée.

"Mais non mais…" Et puis elle lui tapota l'épaule. Elle… Souriait ? "Ah. Haha." Elle plaisantait. Sourire gêné. Joues rouges. Il n'était pas très malin, en fait. Mais il avait toujours une amie, donc, tout n'allait pas si mal.

Ils recommencèrent à marcher en silence, mais cette fois, le silence ne les pesait pas, et Laertes était de nouveau content. Sa vie d'artiste n'allait nulle part pour le moment, et ils étaient perdus dans une forêt hostile, mais au moins, April lui avait pardonné. Ca l'aidait tellement d'avoir des amis comme April, ou Gillian, ou même Velma, qui supportaient vraiment ses rêves. Qui comprenaient qu'il détestait faire des portraits - même si ça lui rapportait tellement plus d'argent que ses tableaux personnels. Qui ne le poussaient pas vers une autre profession, qui pourrait le rendre "plus heureux" (c'est-à-dire, plus riche). La famille de Laertes était très compréhensive aussi, mais il voyait bien, dans les regards en coin qu'ils se lançaient, qu'ils s'inquiétaient pour lui et qu'ils se demandaient s'il ne devrait pas devenir professeur de peinture, ou un autre boulot stable comme ça, qui lui assurerait de manger à sa faim pour toute sa vie.

Mais Laertes se rendit compte alors qu'il ne pensait encore qu'à lui-même. Cette histoire de toile mal comprise lui trottait toujours dans la tête, mais c'était ça qui l'avait fait mal lire la carte pour commencer. Il était trop sensible, Laertes. Un petit commentaire de travers et voilà qu'il devenait incapable de penser à autre chose. Mais il n'osait pas parler de ses problèmes à April. Elle reprochait d'être trop égoïste, il l'avait bien compris, et il ne voulait pas lui donner raison. Il se sortirait lui-même de ces histoires.

April, justement, le sortit de ses pensées.

"Euh. Je ne sais pas ?" Lui non plus n'avait plus tellement envie de grand air et de campagne tout à coup. La ville, c'était bien aussi. Avec des gens. Et du béton. "On pourrait aller chez moi, j'ai fait un saint-honoré hier soir, mais j'avais peur qu'il ne survive pas au voyage en moto, alors je ne l'ai pas apporté…"

Soudain, il entendit un drôle de bruit - comme un petit grognement, très proche d'eux. C'était juste assez fort pour qu'ils entendent que la chose qui l'avait fait était à quelques mètre seulement, et assez faible pour qu'on devine que la chose en question ne voulait pas être entendue. Finalement - très, très peu recommandable. Laertes brandit sa baguette, les yeux écarquillés.

"Tu as entendu ça ?" Murmura-t-il à l'intention d'April. Quoique ce soit, ce n'était vraiment pas bon signe. Laertes était bien décidé à vendre cher sa peau et celle de son amie. Il ne la laisserait pas deux fois à la merci de bêtes sanguinaires !

_________________
Merci à Shas pour l'avatar ! ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

April H. Solomon
Messages : 105
Date d'inscription : 27/07/2014
Age : 28



Message
31.10.14 23:28

Laertes avait eu l'air terriblement gêné, mais content de voir que leur dispute s'était finie. April avait eu un petit sourire en coin (qu'elle essayait de cacher – elle ne voulait pas se montrer trop enjouée tout de suite) et la balade était devenue beaucoup plus agréable, malgré l'endroit où ils étaient. La forêt se montrait même très calme, comme pour se faire oublier. April et Laertes avaient d'autres préoccupations en tête.

Le peintre proposait d'ailleur de simplement rentrer chez lui – il avait fait un saint-honoré qu'il n'avait pas osé emmener, et ils allaient probablement finir par discuter autour d'un dîner, avant qu'il ne s'arrête subitement pour aller peindre, et la mécanicienne trouvait là maintenant que c'était un très bon plan. April allait lui répondre quand soudainement les sous-bois s'agitèrent, et elle se rappela où elle était, et que ce n'était pas le moment de s'organiser une soirée quand sa vie était en danger, et elle brandit sa baguette, la main un peu tremblante.

Les deux sorciers étaient tendus devant un buisson qui ne bougeait plus.

« … C'était quoi ? »

April n'était pas plus rassurée que son ami. Ils n'avaient rien rencontré de dangereux jusque-là – ils n'avaient rien rencontrés du tout, en fait – mais ils s'étaient plus ou moins perdus, et peut-être qu'ils n'avaient fait qu'arpenter l'orée du bois. Ou peut-être qu'ils étaient déjà trop loin dans la forêt Kikrin et qu'on ne retrouverait leurs ossements que des siècles plus tard. En fait, comme elle ne connaissait cette forêt que par les rumeurs à son sujet et la mauvaise réputation qu'elle traînait, c'était facile pour April de s'imaginer des scénarios tous plus terribles les uns que les autres. Il fallait qu'elle se calme. Ce n'était probablement qu'un petit lapin. Voilà.

Elle aurait aimé en avoir le cœur sûr quand même. April n'avait pas très envie de faire de la magie dans cette forêt – le lieu était hostile et presque doué d'une conscience propre, elle le sentait, et indiquer à la forêt qu'ils étaient sorciers en faisant de la magie à tout va sur la végétation ne lui semblait pas une bonne idée. Elle n'avait pas non plus voulu risquer un transplanage au milieu d'un endroit pareil. Mais là, elle n'avait pas tellement le choix. La baguette toujours brandie, April choisit soigneusement son sort, puis s'appliqua à faire les mouvements comme il fallait, et prononça d'une voix qu'elle voulait calme :

« Descendo. »

Elle voulait aplatir les feuilles du buisson. Son sortilège marcha plutôt bien, et l'arbre s'écrasa au sol dans un bruissement agacé. Un animal se mit à détaler à toute vitesse – bonds désordonnés, longues oreilles, il semblait que la forêt aimait jouer avec leurs nerfs. Le sortilège s'arrêta et le buisson reprit sa forme normale, et se tint tranquille. Les deux jeunes gens restèrent immobiles et silencieux pendant un long moment. Puis April explosa dans une espèce de rire nerveux.

« Laertes … c'était un lapin ! Un lapin quoi ! On a eu peur d'un lapin ! »

Et puis April s'arrêta de rire d'un coup. Le buisson qu'elle venait d'aplatir et de vider de ses occupants s'était remis à trembler.

_________________
Avatar de la part de Shasandre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

Laertes Harper
Messages : 80
Date d'inscription : 15/06/2014
Age : 25



Message
18.12.14 13:10

Laertes n'en menait pas large. Cette forêt commençait vraiment à peser sur ses nerfs, et il n'avait qu'une hâte : d'en être sorti pour de bon. Il n'avait pas l'habitude de la nature, Laertes, alors la nature magique, avec des créatures sanguinaires prêtes à vous tomber dessus et à vous dévorer en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, non merci. Mais il était prêt à affronter ce qui faisait bouger ce diable de buisson. Il essayait de se rappeler ses cours de Défense Contre Les Forces du Mal de Poudlard, mais ça commençait à dater tout ça.

"Je… Je sais pas…" Répondit Laertes à la question de son amie, en se disant qu'il n'était pas d'une grande aide.

Ils continuaient de regarder le buisson dans le blanc des yeux (si l'on peut dire), attendant que ce qu'il y avait dedans vienne les attaquer, mais question stratégie on pouvait mieux faire. Heureusement, April avait une idée plus intelligente : elle aplatit le buisson pour le vider de ses occupants. Laertes était impressionné, surtout par son courage, et la voix calme avec laquelle elle avait prononcé le sort. Vraiment, quelle femme ! Mais il n'eut pas le temps de penser plus que ça à son émerveillement, rappelé par l'urgence de la situation. Le buisson. Son occupant. Qui était un lapin. Un lapin ! Rien qu'un petit lapin ! Laertes, lui aussi, éclata de rire. C'était vraiment ridicule. Ils étaient dans une des forêts magiques les plus sauvages de Grande-Bretagne, et le monstre affreux qui voulait leur peau était un… lapin !

Il continuait de rire, soulagé. Qu'est-ce que ça lui faisait du bien, après toutes ces émotions ! Sa dispute avec April, le buisson mystérieux… Peut-être qu'ils arriveraient vraiment à sortir de la forêt intacts. Et puis il se rendit compte qu'April ne riait plus. Elle avait même l'air inquiète de nouveau. L'expression sur son visage arrêta le fou rire de Laertes. Il suivit son regard. Le buisson s'agitait de nouveau. Il y avait autre chose à l'intérieur. Quelque chose qui n'avait pas eu peur de l'aplatissement du buisson et qui y était resté. Laertes déglutit. Machinalement, il se mit devant April, comme pour la protéger.

Et puis, le buisson arrêta de trembler. Le calme plat. Bizarrement, Laertes n'était pas soulagé. Tout à coup, une sorte de nuage noir fonça hors du buisson, comme une nuée d'insectes énormes qui se précipita vers Laertes et April.

"Protego !" Cria Laertes, d'une voix beaucoup plus aïgue que celle qu'il avait d'habitude. Son sortilège protégea April aussi, heureusement, et leurs assaillants s'écrasèrent sur le bouclier qu'il avait créé. Mais ils ne renonçaient pas et Laertes sentait le bouclier faiblir après chaque assaut. Mais au moins, il savait ce qui les attaquait maintenant. "Ce sont des doxys ! Fais attention, leurs dents sont venimeuses !"

_________________
Merci à Shas pour l'avatar ! ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé



Message

Revenir en haut Aller en bas

My way or the highway - Laertes Harper

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PIMENTINE ! :: 
 :: Forêt Kikrin
-
Vote pour Pimentine parce que tu l'aimes ♥



Et si tu as un soucis, rends-toi sur la F.A.Q. !