Être sorcier dans le Londres magique, c'est vraiment tranquille.
Sauf lorsque trois frères, les Bumblebee, décident de révolutionner le monde magique en proposant trois idées qui s'opposent : révéler les sorciers aux moldus, intégrer les créatures à la société, ou tout laisser en l'état en se méfiant bien des deux autres.

Du coup, tout le monde se sent un peu concerné, surtout lorsque des créatures, des hybrides, des sorciers étrangers et même des moldus débarquent dans le Londres magique pour avoir leur mot à dire ! En soi, ce n'est pas grave. Tout le monde continue sa petite vie, s'occupe de son quartier, son métier, sa petite vie amoureuse.
Mais à la fin, l'un des trois finira bien par être ministre, mais rien de tout ça ne vous empêchera de vivre votre vie extraordinaire dans le Londres magique !








S.A.U.M.O.N. ϟ 10
ligue des sorciers ϟ 10
l'unité ϟ 20

nés-moldus ϟ 04
sang mêlés ϟ 21
sang purs ϟ 01

femmes ϟ 16
hommes ϟ 24

créatures ϟ 05
hybrides ϟ 06

moldus ϟ 00
cracmols ϟ 03







Cassandre Ollivander ▬ fondatrice
absente ϟ (mp)
Tybalt Burgess ▬ fondatrice
présente ϟ (mp)
Chance Shamrock ▬ modérateur
présent ϟ (mp)
Shasandre Tyllus ▬ modérateur
absent ϟ (mp)
Laertes Harper ▬ modératrice
présente ϟ (mp)
Prince Solus ▬ modératrice
présente ϟ (mp)












3293
4371
3280




LE CHEF DE LA NOUVELLE BRIGADE RÉVÉLÉ


Le projet de Brigade de Surveillance des Créatures et des Hybrides mis-en-place par Ater Bumblebee semble sur le point de voir le jour. Le chef de cette nouvelle Brigade, qui était resté jusque là secret, vient de nous être révélé.
Il s'agit de Mercutio Burgess, trente-huit ans, ancien chef de la Brigade des Aurors. Mercutio Burgess est connu pour avoir perdu dix de ses hommes lors d'une mission d'infiltration qui a mal tourné. Lorsque nous avons tenté d'obtenir ses réactions par rapport à sa nouvelle nomination, il a refusé de répondre à nos questions. Il n'y a plus qu'à espérer que cette nouvelle Brigade ne subira pas le même sort que la précédente.

réagir à l'article ?


















 

Partagez|


rp surprise ϟ cassandre & mercutio

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas




avatar

Candidus Bumblebee
Messages : 131
Date d'inscription : 03/05/2014



Message
28.08.14 9:33


RP surprise
Panique à la boulangerie

Lieu ϟ la boutique Ollivander.
Ordre de passage ϟ Mercutio puis Cassandre.
Popularité si le rp est mené jusqu'au bout ϟ +150

Mercutio a reçu l'ordre de faire une visite particulière, ce jour-là. Il doit vérifier les registres de vente de tous les fabricants de baguettes magiques d'Angleterre pour contrôler qu'aucune baguette magique n'a été vendue à une créature non autorisée à pratiquer la magie avec baguette. Il a eu une plutôt mauvaise journée, une famille de gnômes ayant débarqué au centre ville pour demander l'asile politique (en Ouzbékistan, les gnômes sont persécutés) (et une famille de gnômes, c'est très, très grand). Heureusement, il n'y a pas des masses de fabricants de baguettes : la boutique Ollivander est la seule à contrôler, ça ira vite... croit-il. Quelle n'est pas sa surprise - et sa colère - de constater que les précieux registres ne sont absolument pas en ordre !

Cassandre n'était pas au courant de la visite qu'il va recevoir. A vrai dire, il est plutôt stressé, Chance s'est encore blessé. Ce n'est pas très grave, alors il attend son retour dans la boutique, tout de même inquiet. Il faisait calme, mais c'est sur le point de changer : le chef de la brigade de surveillance des créatures vient d'entrer, et il demande à voir les registres de vente. Cassandre n'en a jamais eu grand chose à faire, de la boutique de son grand-père, c'est déjà bien qu'il la tienne, alors l'administration lui passe complètement au dessus de la tête. Il a bien des reçus empilés dans une (très, très grande) boîte, mais les registres ne sont pas à jour depuis des années. Oups.

PRECISIONS ϟ
ϟ Mercutio est chargé de vérifier que la boutique Ollivander ne vend pas de baguettes à des créatures non-autorisées à en utiliser. Il a eu une sale journée, et est de mauvaise humeur.
ϟ Cassandre ne met plus les registres de vente à jour depuis bien longtemps, aussi il n'a rien de prêt à montrer pour la vérification. En plus de ça, il stresse, parce que Chance tarde à rentrer de l'hôpital.
ϟ Si jamais vous avez besoin de l'intervention d'un pnj, n'hésitez pas à envoyer un hibou à Candidus.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pimentine.forumactif.com




avatar

Mercutio Burgess
Messages : 17
Date d'inscription : 30/07/2014



Message
01.09.14 22:48

YOU'VE ARRIVED
AT PANIC STATION

Jamais le contexte politique d'Ouzbékistan n'avait suscité un intérêt si subit dans le département de contrôle et de régulation des créatures magiques. En regard de la très petite taille des émissaires à son origine, l'effervescence de ce matin avait paru relativement disproportionnée à Mercutio, qui avait obligé un couple de gnomes en pleurs à l'attendre dans son bureau. Il avait passé le plus clair de ses premières heures, depuis le saut du lit, à fouisser dans des marais de formulaires et à recouper des dossiers, faisant se suivre sans discontinuité des arabicas beaucoup trop noirs dans une tasse qui ne désemplissait pas.

A dix heures trente exactement, Mercutio se fendit d'une pause pour couvrir de pansements la presque totalité de ses doigts zébrés de coupures de papier. Il n'aurait bien sûr jamais pris cette liberté si des taches de sang handicapantes ne s'étaient mises à agrémenter ses feuillets administratifs. Sa langue le brûlait d'avoir bu tant de cafés, son complet gris laissait déjà subodorer les premières effluves de transpiration, et les petites contrariétés s'enchaînaient toutes de telle façon qu'elles se faisaient passer sans mal pour des drames prométhéens.

Mais Mercutio était dévolu au silence et au zèle - il ne broncha pas une fois dans son remplissage scrupuleux des plus horripilants questionnaires, même sur celui, d'une importance apparemment capitale, qui portait sur la commande de lingerie sur-mesure pour nains ouzbeks femelles.

Mercutio était imperméable aux imprévus, contrairement à son emploi du temps. La seule chose que l'infinitésimale et pourtant invraisemblablement pullulante famille aurait pu reprocher au chef de brigade lorsqu'il remit les papiers à leurs représentants légaux, c'était l'absence peu consensuelle de sourire sur son visage et le ton bourru de son "à bientôt" avant de claquer la porte.

Mercutio ne mangea pas ce midi, à l'image de beaucoup d'autres midis. Un cliché mouvant de Tybalt encadré sur le mur lui lança un regard un peu triste, et il ne put lui répondre, avant de partir, que par une œillade se voulant rassurante. Les œillades rassurantes de Mercutio étaient bien plus tristes que les tous regrets de son frère - mais peut-être qu'il ne le saurait jamais.

Londres était sans couleur. Son imperméable gris disparut aussitôt qu'il arriva dehors et l'aîné des Burgess se dissolvit dans la lumière blafarde de treize heures.

Il avait cette allure à la fois traînante et empressée, ces pas alourdis d'une lassitude immuable. L'expression tempétueuse sur son visage se transportait d'une rue à l'autre et il n'écoutait ni ceux qui dans son sillage commerçaient de fruits ou de livres enchantés, ni ceux qui reconnaissaient dans une surprise émoussée le porte-drapeau des surveillants du ministère. Il poursuivit sa route en ne heurtant aucune âme, en se forçant à traînasser un peu, parce qu'il était attendu non pas à treize heures, ni treize heures deux, mais bien treize heures cinq. Et puisque c'était pure perte, il gratifiait parfois d'un regard indescriptible les quelques devantures de pharmacies magiques qui croisaient son chemin. Son reflet dans leurs vitres était celui d'un homme qui savait bien ces rayonnages tous vides de ce qu'il désirait.

L'humeur de Mercutio était plus délavée que les toits londoniens lorsqu'il arriva devant les locaux Ollivander.

C'était ici, sous ce portique antédiluvien et cette ô combien respectable enseigne, que les choses officielles se passeraient enfin. En portant une main à sa poche intérieure, l'envoyé d'Ater leva un peu les yeux sur l'écriteau branlant, agité par un souffle, qui rouillait au-dessus de ses cheveux cendrés. Un peu d'huile et de lustre ne lui feraient pas de mal, s'autorisait-il à penser en sortant de son habit un papier officiel.

Il poussa la porte avec une fatigue ravalée.
Il fut surpris d'abord par la poussière volante, stagnante, inhérente, qui lui resta dans les paumes alors qu'il ferma derrière lui. Mercutio jura entendre un craquement sinistre dès lors qu'il quitta le perron, renonçant à brosser ses semelles sur un paillasson ravagé.
Les tranchées moroses sous ses yeux semblèrent se creuser encore lorsqu'il eut achevé d'observer les alentours, la bouche en forme de malaise.

Il ne reconnaissait de ces arcades grisonnantes, de ces boitiers indiscernables, de ces hauteurs de plafonds jamais briqués par aucune main dévouée, absolument rien de ce qu'il avait connu dans ses années de verdeur. Il crut quelques instants que la boutique avait vieilli en même temps que lui, désertée par l'esprit du vaillant artisan qui avait forgé et mis dans ses mains vingt neuf centimètres de pur châtaignier. Ses pas oscillants dans une stupeur muette le conduisirent près du comptoir.

S'y tenait un jeune garçon de complexion étonnamment cireuse, et pour la première fois Mercutio tendit la main à Cassandre Ollivander, qu'il n'avait jamais vu qu'à travers quelques articles jaunis de la Gazette.

Pour plus d'aménité, ses sourcils très blancs se froncèrent un peu moins que d'habitude.

« - Vous devez être monsieur Ollivander. Mercutio Burgess, du département de contrôle et de régulation des créatures magiques. Honoré de faire votre rencontre.

Mercutio ne douta pas un instant que tous les fichiers de ce garçon, qui lui semblait quoiqu'un peu indolent, très brave et volontaire, n'attendaient que d'être extraits de leurs alvéoles pour une relecture minutieuse avant d'être consciencieusement rangés. D'une voix douce mais protocolaire, Mercutio poursuivit son inquisition avec un regard gelé.

- On ne vous a sans doute pas notifié de ma venue. J'ai été intimé d'inspecter tous vos registres de vente pour vérifier qu'aucune baguette n'a été remise à une créature non habilitée à s'en servir.

Éplucher de nouveaux dossiers n'était pas une perspective plaisante, et très sciemment, Mercutio dans toute sa personne peu lumineuse en témoignait avec réserve et politesse. Il espérait simplement que cette expertise serait pliée très - très vite.

- Puis-je vous demander ces registres ?

Ses doigts pianotaient déjà sur le bois craquant du bureau.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

rp surprise ϟ cassandre & mercutio

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PIMENTINE ! :: 
 :: Le Chemin de Traverse :: Ollivander
-
Vote pour Pimentine parce que tu l'aimes ♥



Et si tu as un soucis, rends-toi sur la F.A.Q. !