Être sorcier dans le Londres magique, c'est vraiment tranquille.
Sauf lorsque trois frères, les Bumblebee, décident de révolutionner le monde magique en proposant trois idées qui s'opposent : révéler les sorciers aux moldus, intégrer les créatures à la société, ou tout laisser en l'état en se méfiant bien des deux autres.

Du coup, tout le monde se sent un peu concerné, surtout lorsque des créatures, des hybrides, des sorciers étrangers et même des moldus débarquent dans le Londres magique pour avoir leur mot à dire ! En soi, ce n'est pas grave. Tout le monde continue sa petite vie, s'occupe de son quartier, son métier, sa petite vie amoureuse.
Mais à la fin, l'un des trois finira bien par être ministre, mais rien de tout ça ne vous empêchera de vivre votre vie extraordinaire dans le Londres magique !








S.A.U.M.O.N. ϟ 10
ligue des sorciers ϟ 10
l'unité ϟ 20

nés-moldus ϟ 04
sang mêlés ϟ 21
sang purs ϟ 01

femmes ϟ 16
hommes ϟ 24

créatures ϟ 05
hybrides ϟ 06

moldus ϟ 00
cracmols ϟ 03







Cassandre Ollivander ▬ fondatrice
absente ϟ (mp)
Tybalt Burgess ▬ fondatrice
présente ϟ (mp)
Chance Shamrock ▬ modérateur
présent ϟ (mp)
Shasandre Tyllus ▬ modérateur
absent ϟ (mp)
Laertes Harper ▬ modératrice
présente ϟ (mp)
Prince Solus ▬ modératrice
présente ϟ (mp)












3293
4371
3280




LE CHEF DE LA NOUVELLE BRIGADE RÉVÉLÉ


Le projet de Brigade de Surveillance des Créatures et des Hybrides mis-en-place par Ater Bumblebee semble sur le point de voir le jour. Le chef de cette nouvelle Brigade, qui était resté jusque là secret, vient de nous être révélé.
Il s'agit de Mercutio Burgess, trente-huit ans, ancien chef de la Brigade des Aurors. Mercutio Burgess est connu pour avoir perdu dix de ses hommes lors d'une mission d'infiltration qui a mal tourné. Lorsque nous avons tenté d'obtenir ses réactions par rapport à sa nouvelle nomination, il a refusé de répondre à nos questions. Il n'y a plus qu'à espérer que cette nouvelle Brigade ne subira pas le même sort que la précédente.

réagir à l'article ?


















 

Partagez|


rp surprise ϟ prince solus & gillian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas




avatar

Candidus Bumblebee
Messages : 131
Date d'inscription : 03/05/2014



Message
28.08.14 9:30


RP surprise
Ne commandez pas du poisson.


Lieu ϟ le Nuage Péruvien, sur la place universelle.
Ordre de passage ϟ Solus puis Gillian.
Popularité si le rp est mené jusqu'au bout ϟ +150

Sa Majesté le Prince Solus a reçu, quelques jours plus tôt, une lettre d'une admiratrice secrète. C'était une lettre bien tournée, louant ses plus merveilleuses qualités, d'une très jolie écriture, sur un parchemin parfumé ; même s'il ne peut décemment pas s'intéresser à une roturière, Sa Majesté ne peut laisser de pareilles éloges sans réponse. Il y avait une invitation dans la lettre, et il décide de s'y rendre. Il s'agit d'un repas dans l'un des restaurants les plus branchés du moment, le Nuage Péruvien... Un restaurant rempli de poudre d'obscurité instantanée du Pérou. Sa Majesté ne voit donc absolument rien, et la dame se fait attendre. Heureusement qu'ils servent de très bonnes algues.

Gillian a entendu parler il y a quelques temps du Prince Solus, une altesse royale envoyée comme ambassadeur à Londres. Elle a tiqué quand elle a entendu son titre, et n'a plus rien écouté d'autre. Elle s'est décidée un peu après à lui envoyer une lettre, et une invitation pour ce fameux restaurant dont elle a entendu beaucoup de bien. Gillian ne savait pas que le Nuage Péruvien était un restaurant où l'on mange dans le noir, et elle ne sait pas non plus que la jolie voix du Prince appartient en fait à un être de l'eau. Elle est déçue, elle s'est faite belle (au point qu'elle est en retard) et il ne voit rien du tout, mais bon, un blind date avec quelqu'un de la haute, c'est plutôt excitant !

PRECISIONS ϟ
ϟ Le Prince Solus s'est rendu à un rendez-vous avec une admiratrice secrète, pour se rendre compte qu'elle est en retard et qu'ils vont se rencontrer dans le noir complet.
ϟ Gillian est déçue de la noirceur ambiante, mais au moins, le prince est venu ! Il n'y a plus qu'à le séduire et c'est dans la poche !
ϟ Si jamais vous avez besoin de l'intervention d'un pnj, n'hésitez pas à envoyer un hibou à Candidus.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pimentine.forumactif.com




avatar

Prince Solus
Messages : 159
Date d'inscription : 27/07/2014



Message
28.08.14 11:14

Le Prince Solus se souvenait vaguement, il y avait à peine quelques jours de cela, avoir critiqué l'éclairage de la miteuse boutique de voyance du sujet Tyllus. Une sombre histoire de pénombre étouffante qui, à n'en pas douter, voilait ses trois yeux et tous ses shakras. Une remarque assez acerbe et récurrente, donc, sur l'absence de fenêtre.
Pourtant, maintenant que sa majesté se tenait assis dans ce restaurant nommé "le Nuage Péruvien", et le Prince Solus ignorait par ailleurs ce que voulait dire "péruvien" et imaginait sans mal que cela était un synonyme de "miséreux", il trouva ses précédentes remarques sur le commerce du sujet Tyllus plutôt exagérées. Parce qu'au moins, à l'Oeil de Tyllus, on pouvait voir ses écailles luire à la lumière d'une maigre bougie. Ici... ici, rien. Cet endroit était la défiinition même des ténèbres. Et cela agaçait beaucoup son altesse qui ne pouvait contempler son visage au fond de l'assiette, pour vérifier qu'il n'avait pas perdu de son royal charisme. On lui avait dit que ce restaurant était branché, mais c'était un odieux mensonge. Si, effectivement, il était branché, il y aurait de la lumière grâce à ce que les moldus appelaient "courant" ; c'était son conseiller, son fidèle Jamie, qui lui avait expliqué tout ça.

Le comble du comble, c'était que la personne qu'il attendait était en retard. Il ne pouvait pas lire l'heure dans une telle obscurité, mais il le savait. Il le sentait jusqu'aux tréfonds de ses entrailles. Cela commençait à devenir une habitude, de devoir attendre après les roturiers, et cela agaçait beaucoup sa majesté, bien qu'une certaine impatience continue de le faire trépigner sur son siège.
Pour l'aider à patienter, il avait commandé des algues. Comme il ne pouvait pas lire de menu dans un tel noir, il avait décrété que, forcément, on y préparait des algues, et que si ce n'était pas le cas, il s'en irait avec scandale. Par chance, on lui avait servi une copieuse assiette et, après y avoir discrètement goûté sans patienter davantage, jugea que cette préparation était meilleure que celle du Creature's Café ; une raison de plus d'aller insulter le propriétaire de l'établissement précédemment cité.

- Ah là, ah là... Le Prince Solus est décidément trop bon. Attendre une gueuse inconnue dans cet environnement sombre et sans moyen de contempler ses écailles, le tout sans perdre patience... cette frivole créature paiera le prix de cette impertinence. Aucune lettre ne peut excuser un comportement aussi déplacé !

L'attitude vexée, le Prince Solus posa son verre avec force et fit barboter bruyamment ses pieds dans la bassine posée sous sa chaise. Il allait se dessécher, si cette admiratrice ne daignait pas arriver. Parce que oui, si une personne de son rang était vouée à s'impatienter, c'était bien à cause des mots doux d'une soi-disant admiratrices qui avait eu l'audace de lui donner rendez-vous dans cet endroit. C'était bien parce qu'un grand soin avait été apporté à la lettre et que les mots choisis l'avaient flatté qu'il avait accepté de répondre positivement à cette invitation.

Sauf que bon, si elle n'arrivait pas dans les cinq prochaines minutes, il allait transformer ce restaurant en lac.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

Gillian H. Twain
Messages : 147
Date d'inscription : 27/07/2014
Age : 24



Message
28.08.14 18:04

Gillian ne s’était jamais considérée comme cavalière. Elle utilisait toujours le terme aventureuse – même si la façon qu’elle avait de stalker et de forcer la main de la moitié des mecs qui lui plaisaient méritait, décidément, le terme de cavalière. C’était le genre de femme qui a assez confiance en sa féminité – et plus assez de temps à perdre – pour se permettre d’inviter quelqu’un qui lui plaisait. Ou pourrait lui plaire. Elle avait entendu parler, il y a deux semaines de ça, d’un Prince, qui faisait bien du grabuge au royaume Solus. Et pour cause : c’était le Prince Solus. Il était tellement célèbre qu’il avait même donné son nom à l’un des quartiers magiques, et ça, ça faisait frémir la professeur d’alchimie d’excitation.

Il lui avait fallu une semaine et demi pour se décider. Elle ne l’avait jamais vu, et n’avait pas réussi à le croiser une seule fois – même si, pour le coup, elle était allée traîner du côté de la Haute pour essayer de l’entrapercevoir. Elle n’était pas patiente, Gillian, et avait décidé de prendre le taureau par les cornes. Elle avait mis une journée complète à choisir la feuille parfumée, et deux autres jours pour écrire une lettre parfaite – allant d’ailleurs à de nombreuses reprises acheter d’autres feuilles parfumées, pas raturées celle-là. Finalement, après son 122ème essai, elle avait décidé de s’arrêter là et d’envoyer son œuvre, dans laquelle elle louait la grandeur du Prince Solus.

Elle avait toujours rêvé de trouver quelqu’un de la haute société pour être le père de son enfant. Quelqu’un de riche, qui lui permettrait de rester à la maison pour s’assurer que le gamin irait bien. Si possible avec d’autres qualités que la richesse. Alors, cette fois, elle y avait vu une chance, et elle avait choisi l’endroit le plus huppé du moment pour leur futur rendez-vous. Et il avait répondu oui. La pauvre dame avait tremblé d’excitation pendant deux jours, et n’avait pas dormi la nuit précédente, ce qui expliquait le temps qu’elle avait mis pour se maquiller et dissimuler les vilaines cernes qui alourdissaient son visage. 16 robes, elle avait essayé, avant d’en choisir une rouge, sexy, fendue sur le côté, avec un superbe décolleté. Entre la catin et l’élégante, elle avait un look de James Bond Girl, au moment de son départ pour le restaurant. Et probablement 10 minutes de retard. Entières.

Elle savait d’avance que les mecs qu’elle fréquentait d’habitude supportaient bien sa mauvaise habitude du retard, mais elle n’était pas certaine qu’un prince serait clément. Croisant les doigts pour qu’il soit toujours là, elle avait transplané, arrivant fièrement devant le restaurant. Elle en avait poussé la porte. Et s’était retrouvée dans le noir absolu. Aussi absolue que son dépit. Tant d’efforts pour qu’on ne la voit même pas, c’était terrible. Attristée, elle enroula sa main autour de la pierre philosophale qui pendait au bout d’une chaîne – ironiquement, une pierre de soleil, mais elle se doutait que si elle l’utilisait, elle risquait de fâcher un restaurant entier. Un serveur la guida jusqu’à sa table – comment faisait-il pour se repérer, elle avait cogné trois choses avant d’arriver, retenant des grognements douloureux à chaque fois. Alors, elle s’assit, délicatement, veillant à limiter au maximum le bruit délicat de son postérieur s’affaissant sur une chaise en bois grinçante et puis elle murmura, intimidée par la noirceur – quel dommage que personne ne puisse la voir en compagnie d’un Prince :

« Veuillez excuser mon retard, mon Prince, j’ai eu des ennuis sur la route. »

Faux, faux, mensonge. Espérons qu’il ne veuille pas approfondir le sujet, parce que Gillian n’était vraiment, mais alors vraiment pas douée pour mentir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

Prince Solus
Messages : 159
Date d'inscription : 27/07/2014



Message
30.08.14 11:16

Son altesse entendit le bruit caractéristique d'une chaise que l'on tire, avec ce raclement hideux sur le plancher, et jugea que la vile flatteuse qui l'avait invité en ce jour venait enfin d'arriver. Le Prince Solus reposa les couverts qui lui servaient à triturer ses algues depuis dix minutes ; de toute façon, il n'avait pas très faim. Il entendit la miséreuse baragouiner quelques mots et dû tendre les oreilles pour réussir à comprendre les mots prononcés, ce qui l'irrita profondément ; en fait, il avait surtout les nerfs échauffés par ce retard impardonnable.

- Parlez plus clairement, sujet X, ce n'est pas parce qu'il fait noir qu'il s'agit d'un dortoir ici. Vous ne réveillerez personne. Évitez à sa majesté une migraine à trop se concentrer sur ce que vous racontez.

Il eut un geste dédaigneux de la main que son admiratrice ne put remarquer, étant donné la pénombre ; mais lui-même dérangé par cette obscurité, fit tomber ce qui devait être un pichet d'eau, dans sa manoeuvre. Cela ne le dérangeait pas particulièrement ; personne ne verrait ce stupide pantalon tout mouillé, et lui, l'eau, il aimait ça.

- Vous auriez pu choisir un lieu plus pratique, sujet X. Vous faite là preuve d'un très vilain goût dans vos fréquentations. Même l'immonde Creature's Café a la décence de posséder fenêtres et lumières.

Une des passions dans la vie du Prince Solus, depuis son arrivée à Londres, c'était de critiquer l'établissement sus-mentionné, alors, pour le coup, lui faire un compliment, ça lui arrachait un peu la langue. Il humecta ses lèvres, comme un sentiment de dégoût sur les papilles d'avoir proféré de tels mots.
A dire vrai, la pénombre aussi l'agaçait. Il y avait plein de bruits autour de lui qu'il ne pouvait voir ; et, surtout, personne ici bas ne pouvait contempler sa splendeur. C'était d'un dommage ! Sa majesté soupira, lasse des choix ratés des gueux.

- Ceci étant dit, puisque le Prince Solus a daigné se déplacer pour vous... dites-lui donc à quoi rime cette invitation. Son altesse est très occupée, vous savez. Être l'héritier du trône et l'ambassadeur de tout un peuple confère de lourdes responsabilités et s'amuser n'est guère dans les priorités d'un si formidable personnage.

Et, tout en disant cela, le Prince Solus se rappela son dernier entretien avec le sujet Tyllus. Elle avait parlé d'une tache d'ombre, d'une personne menaçant son pouvoir, et de sa vie sentimentale. Est-ce que, par le plus grand des hasards, elle évoquait ce sordide rendez-vous.. ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

Gillian H. Twain
Messages : 147
Date d'inscription : 27/07/2014
Age : 24



Message
01.09.14 7:47

Gillian ne savait pas franchement quoi dire. Elle écoutait les mots durs du Prince, grimaçant à chaque nouvelle remarque, sans chercher à retenir ses mimiques dépitées et dégoutées : après tout, elle était dans le noir, personne ne remarquerait rien à son comportement. Elle se doutait qu’un être noble comme lui serait un peu arrogant et orgueilleux, mais elle n’avait jamais imaginé que ça puisse être à ce point désagréable : il venait de perdre, en quelques trop nombreuses phrases, de nombreuses places dans son classement du papa parfait. Et même si elle était d’accord avec lui concernant le choix du restaurant – si elle avait su que son blind date serait blind à ce point ! – elle trouvait ça franchement rustre et impoli.

Oui, c’était ça. Le Prince était un rustre, probablement un de ces gamins pourris gâtés à qui on n’avait jamais appris la politesse. Et si Gillian n’était pas particulièrement réputée pour être agressive, nul être dans le monde sorcier n’aurait osé dire qu’elle n’avait pas de répartie ou de répondant, et qu’elle se laissait marcher sur les pieds. Elle n’était pas ce genre de femme : elle était prête à tout pour trouver le père parfait pour ses enfants, mais elle avait trop de fierté et d’amour propre pour se laisser marcher dessus comme une moins que rien. Miss Twain était une femme entière, et ça, le prince de pacotille allait vite le comprendre. Gonflée au bout de 5 minutes en sa compagnie – il était peu probable que le repas entier se passe correctement, d’ailleurs, - elle répondit simplement :

« Mon cher Prince Solus, mon invitation n’avait rien d’une obligation, et si être présent vous ennuie, alors vous n’avez qu’à vous débrouiller pour trouver la sortie. »

Elle avait parlé fort et clairement, articulant bien pour que chacun de ses mots atteigne ses supposées oreilles, lui évitant scrupuleusement une migraine douloureuse. Gillian était soudainement envahie d’une vague d’adrénaline : elle aimait bien ces petits conflits, et son sale caractère combiné à son sens du répondant l’avaient plus d’une fois amenée dans le lit d’un homme, ne serait-ce que pour un soir. C’était sa façon à elle de faire la paix, en quelques sortes. Evidemment, si elle avait vu le visage de son rendez-vous, elle n’aurait probablement pas pensé ça, mais à cet instant précis, un petit nuage d’idées sulfureuses flottait dans un coin de sa tête.

« Quant à l’amusement, vous avez tort : vous n’êtes qu’un prince, pas un roi, et c’est maintenant que vous devriez profiter des frivolités de la vie. Frivolités que je vous ferai découvrir avec joie. »

Si tu savais Gillian, si tu savais… Un peu surprise par la facilité avec laquelle les mots snobs lui venaient à l’esprit, elle rejeta ses cheveux en arrière d’un coup de tête sensuel, réalisant à peu près simultanément combien ce geste était inutile, étant donné le noir dans lequel ils étaient plongés. Mais ça lui donnait confiance en elle, quelque part. Elle soupira en silence, attendant une réponse du Prince – qui, visiblement, ne devait pas avoir l’habitude d’être secoué de son trône de cristal. Espérant secrètement que cette prise de position un peu agressive les amènerait quelque part.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

Prince Solus
Messages : 159
Date d'inscription : 27/07/2014



Message
02.09.14 14:13

Voilà une souillon bien méprisable devant lui. Elle ne manquait pas de culot, cette petite traîne-misère, pour tenter de le remettre à sa place. Le principal soucis, c'était que le Prince Solus la connaissait très bien, sa place ; celle d'une altesse royale et d'une figure politique emblématique du Londres magique actuel. Réellement, des deux, il n'était pas celui à qui l'on devait rappeler sa position.
L'être de l'eau eut un reniflement dédaigneux à l'égard de la gueuse qui s'échauffait de mot en mot. Voilà qu'elle lui donnait des ordres, tout de même. Des ordres à lui, un prince, un membre de la haute société ! Ses nageoires de bras s'en hérissèrent de contrariété.

- Sujet X, sachez vous souvenir de votre rang. Il serait tout à fait regrettable que vous déclenchiez un conflit diplomatique en raison de paroles inappropriées, n'est-ce pas ? Maîtrisez votre langue de sirène et tout ira pour le mieux.

Il s'agissait d'une menace déguisée en conseil dont le Prince Solus n'était pas peu fier. Il était toujours un peu triste de constater qu'on lui obéissait peu, alors sur les sages recommandations du fidèle Jamie, il s'entraînait matin et soir devant la glace à se donner une expression sérieuse et à placer dans sa voix un soupçon de la royauté qui était sienne.
Mais, quand même, il était surtout fier d'avoir comparé cette miséreuse à une sirène. Sa majesté détestait les sirènes. Elles avaient beau appartenir à la catégorie des êtres de l'eau, comme lui, il ne pouvait vraiment pas voir en peinture ses cousins des eaux chaudes.

- Vous devriez vous montrer flatter que sa majesté prenne du temps pour vous. Elle ne s'en ira que si elle le désire, et non sur l'ordre puéril d'une moins que rien. Il va de soit, de plus, que si vos mots persistent à se montrer outrageants, son altesse ne manquera pas d'en référer à quelques autorités compétentes. Le Prince Solus ignore ce que vous savez de lui, mais il espère que vous n'ignorez pas son rôle d'ambassadeur.

L'être de l'eau chercha à tâtons les couverts et picora quelques algues tout en se concentrant sur la musique que diffusait la radio de l'établissement. Comme tout digne représentant de son peuple, le Prince Solus était très sensible à cet art, mais il devait avouer trouver ce chant d'un certain Kiho de très mauvais goût. Un peu comme cette pénombre et cette admiratrice secrète.

- Et, sans vouloir vous offenser, sa majesté doute que vous puissiez lui faire découvrir quoi que ce soit qu'il ne connaisse déjà. Ceci bien qu'il ignore ce que vous entendez par "frivolités". Son altesse a appris votre langue, dans sa grande mansuétude, mais n'en maîtrise pas toutes les subtilités.

Disons qu'il était beaucoup plus facile pour lui d'insulter et de rabaisser les roturiers que de débattre de l'importance de l'importation de baguettes de fabricants étrangers dans le Londres magique.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

Gillian H. Twain
Messages : 147
Date d'inscription : 27/07/2014
Age : 24



Message
02.09.14 14:36

Le Prince Solus n’avait pas l’air très sensible à l’art de la séduction par la colère. Malheureusement, Gillian était un être peu subtil, et pas toujours assez intelligente pour comprendre quand agir avec délicatesse. Elle était bien trop mauvaise en politiques et en interactions sociales pour appréhender le danger du terme « conflit diplomatique », et voyait cela comme une menace en l’air, sans réel intérêt. Et puis, il y avait de nombreuses lois entre les différents sorciers, et elle imaginait qu’une guerre ne serait sûrement pas déclenchable sous prétexte qu’un petit prince de pacotille avait été déçue par une prétendante. Evidemment, elle était bien loin d’imaginer que Solus était un être de l’eau, et que les lois en question ne s’étendaient pas – ou pas encore, du moins – aux peuples non humains.

En plus d’être profondément ignorante en politiques, ou même en actualités – elle aurait déjà entendu parler du Prince ambassadeur des êtres de l’eau, si cela avait été le cas – Gillian était une personne aussi joueuse que culottée, et elle n’appréciait franchement pas le ton qu’employait l’homme arrogant qui lui faisait face. Il avait décidément chuté bien loin dans sa liste, et l’agacement qu’il provoquait en elle avait même réussi à lui faire oublier toute envie d’avoir un enfant avec lui – et pour que Gillian oublie sa volonté d’avoir un enfant, il fallait vraiment, vraiment y mettre du sien, nombreux étaient les pauvres misérables qui en avaient fait les frais. Décidée à mentir, elle répondit donc, sans laisser pointer une seule trace d’agacement – talent de professeure, voyez-vous :

« Prince Solus, peut-être devriez-vous surveiller votre ton vous-même. »

C’était une menace, à peine dissimulée par un ton un peu trop affable. Un sourire carnassier passa brièvement sur le visage de Gillian – sourire que personne ne pouvait voir – alors qu’elle réfléchissait à la façon la plus snob qu’elle avait de dire la suite de ses propos. Finalement, après quelques trop courtes secondes, juste le temps que la phrase précédente s’incruste dans l’esprit de son interlocuteur, elle reprit :

« Si je connais votre identité, il n’en va pas de même pour vous. Il est fort possible, et, hélas pour vous, très probable que je fasse moi-même partie de la noblesse sorcière. Quant aux autorités compétentes auxquelles vous voulez vous référer, vous pourriez tout aussi bien vous adresser à moi, cela éviterait d’utiliser une importante quantité de parchemins inutiles. »

Menteuse, menteuse, menteuse. Et bonne menteuse, en plus : pas l’ombre d’une inflexion dans sa voix, ni dans son visage. C’était quand elle était en colère, que Gillian révélait tout son potentiel d’intelligence. Evidemment, elle n’avait aucune qualité politique, et aurait probablement préféré se trancher les veines qu’arriver au Ministère de la magie. Mais, sans connaître son identité, le prince Solus n’avait aucun moyen de le savoir. Enivrée par l’adrénaline qui courrait dans ses veines, le Professeur Twain rajouta, et c’était peut-être de trop :

« Quant à votre maîtrise de notre langue, en tant qu’ambassadeur, vous devriez faire preuve d’un peu plus de subtilités. »

Bien heureusement pour elle, le début de dispute fut abrégé par l’arrivée du serveur, auquel elle demanda le plat du jour, bien incapable de lire la carte puisque pas douée du tout pour la vision dans le noir. Elle sentait presque le prince bouillir en face – sushis pour tout le monde ! – mais ne fit aucun commentaire, prenant un temps considérable pour choisir, un peu trop heureuse de le torturer. Gillian n’avait jamais été réputée comme une femme méchante, on la pensait même souvent un peu stupide, tant elle souriait. Et pourtant…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

Prince Solus
Messages : 159
Date d'inscription : 27/07/2014



Message
02.09.14 15:31

Le Prince Solus se sentit particulièrement offensée que cette vaurien persiste à lui tenir tête de manière aussi arrogante. Si son altesse royale n'avait pas été dotée de naissance d'une patience et d'une bonté d'âme à l'épreuve de la plupart des désagréments générés par l'espèce enquiquinante des sorciers, voilà de longues minutes maintenant que cette petite peste serait devenue l'ennemi publique numéro un de son peuple. Trop de clémence en lui. Les êtres de l'eau n'auraient pas pu rêver d'un meilleur prince que lui.
La créature aquatique eut un geste de main désinvolte que personne ne put apercevoir dans cette agaçante pénombre, mais qui le confortait dans sa position de royal personnage et lui conférait toute l'assurance dont il avait besoin pour clouer le bec de cette harpie de bas étage.

- Que sa majesté vous reprenne à lui parler d'un ton aussi discourtois et il en sera terminé de votre agréable petite vie de cloporte. Son altesse n'hésitera pas un instant à vous bannir de son royaume et a faire de vous une paria, sujet X. Le Prince Solus est désagréablement surpris de rencontrer une gueuse aussi insolente que vous.

Le nez pincé, l'être de l'eau barbota ses pieds dans la bassine. Elle commençait à se vider. Il devrait probablement aller la remplir, d'ici la fin de cet entretien hautement litigieux. Par mesure de sécurité, il chercha sur la table sa flasque de potion de condition humaine et en but une gorgée pour en prolonger les effets. Il n'avait aucune envie de perdre ses jambes en dehors de son lac et, avec l'opportunité de quitter cet établissement avec vives protestations.
Le Prince Solus manqua toutefois de s'étouffer lorsque son admiratrice tenta de lui faire gober qu'elle pouvait appartenir à une quelconque noblesse sorcière. Il toussa bruyamment et tapota sa poitrine et découvrit combien il était désagréable d'être pourvu de voies respiratoires humaines ; avec des branchies, on ne pouvait pas avaler de travers, et rien que ça, ça prouvait toute la supériorité des êtres de l'eau sur la race humaine.

- La noblesse sorcière ? Ce que vous êtes drôle, sujet X ! Il n'y a rien de noble chez les sorciers, cela va s'en dire. Ne tentez pas de vous faire passer pour moins misérable que vous ne l'êtes, sorcière ou non, vous restez une simple humaine, une roturière, une race inférieure. Inviter un prince des êtres de l'eau sans rien connaître de leur peuple est une faute grave, sujet X. C'est une grande offense que vous faîtes-là au peuple de sa majesté !

Si l'admiratrice n'avait toujours pas compris qui se tenait devant elle, elle ne le comprendrait sans doute jamais. Le Prince Solus peinait grandement à refréner le rire qui lui démangeait les lèvres. Des nobles, chez les sorciers. Il aurait tout entendu. Le sorcier le plus noble qu'il connaissait, c'était Ater Bumblebee, et quand on voyait la tête de son frère, monsieur Saumon, ça faisait tout de suite relativiser la notion de noblesse sorcière.

- Soyez déjà reconnaissante que son altesse ait appris votre langue. Comme elle ne pouvait décemment pas demander à des miséreux d'apprendre son langage, il lui a fallut faire preuve de charité. Très peu des vôtres ont été capable de comprendre toutes les subtilités de notre parler.

Il soupira. Il n'aurait jamais dû répondre à cette invitation. Ce sujet X était la preuve formelle qu'il ne fallait rien attendre des sorciers. Leur arrogance et leurs idées stupides mettaient l'intégrité de son peuple en péril, et forcément, c'était lui qui devait se coltiner de résoudre ces problèmes. Là, il avait clairement plus envie de déclarer à monsieur Saumon une guerre que de rester diplomatique.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

Gillian H. Twain
Messages : 147
Date d'inscription : 27/07/2014
Age : 24



Message
02.09.14 18:20

Un sourire narquois et un brin arrogant sur le visage, Gillian savoura les attitudes outrées du Prince, et le manque d’élégance qu’il eut en manquant de se noyer les poumons. Une toux bien dégueulasse, ça lui allait bien. La demoiselle ne haïssait personne, et il fallait vraiment y mettre du sien pour l’agacer, mais l’arrogance dont le stupide poisson faisait preuve lui rappelait le Professeur Emerald, et elle n’aimait pas trop le petit personnage qui la mouchait très – et trop – souvent. C’était sûrement ça qui l’amenait à être aussi peu agréable – elle devait reconnaître qu’elle n’y avait pas mis beaucoup du sien pour faire en sorte que ce rendez-vous se passe bien.

Pendant que Solus s’étouffait sans aucune dignité, le plat du jour, dûment commandé, arriva enfin sur la table. Les papilles toutes excitées – bien plus, sûrement, que son utérus à cet instant précis (je sais, c’est très classe !) – elle sentit une salive peu délicate naître dans sa bouche. Ça sentait vraiment bon. Sans hésiter plus longtemps, elle chercha ses couverts à l’aveuglette, les planta une première fois dans ce qui, au toucher, ressemblait vachement à une serviette de table, se recentra sur son assiette, coupa un bout d’un met dont elle ignorait tout, l’amena à sa bouche, écoutant d’une oreille distraite les racontards outrés de son rendez-vous raté… Et s’étouffa à son tour, à peine plus élégamment que son prédécesseur.

Quoi. Que. QUOI ?! Secouée d’une toux peu subtile, Gillian arriva enfin à avaler de travers, en essayant de processer la nouvelle information qui venait d’arriver jusqu’à son cerveau, décidément peu dégourdi. Un être de l’eau. Le Prince Solus était un être de l’eau, mi-homme, mi-thon. Ses yeux s’agrandirent d’étonnement et, s’il avait fait jour, auraient pu être comparés à la soucoupe dans laquelle se trouvait une sauce qu’elle n’avait pas identifiée. L’homme qu’elle s’était fait suer à séduire par lettre, et qui se révélait être un être ignoble par son arrogance, n’était même pas un père potentiel : c’était une créature. Le genre de créature qui peut vous convaincre de quitter l’Unité pour rejoindre la Ligue, d’ailleurs.

Une fois son pauvre petit esprit remis de ses émotions, la demoiselle réalisa enfin les implications de son comportement. Elle venait de mettre sérieusement en colère un être des eaux, qui pouvait effectivement déclencher une guerre à tout moment. Certes, guerroyer sans pouvoir sortir de son lac était difficile, mais il n’y avait aucun doute sur un sujet particulier : il y avait un lac et des êtres des eaux juste à côté de Poudlard. Et Gillian ne souhaitait pas être responsable de la destruction de son lieu de travail. Tout son être s’affaissa, d’un coup, alors qu’elle cherchait une solution. Finalement, pour se donner une contenance, elle éclata de ce rire cristallin que beaucoup trouvaient charmant, avant de dire, sérieusement radoucie :

« Alors c’est vrai, ce qu’on dit, Prince Solus. Je voulais savoir si les racontards des petits gens du monde sorcier étaient vrais, vous concernant, mais vous avez effectivement une verve digne de la splendeur de vos écailles. »

Elle souriait, l’air passionné qu’elle savait si bien prendre sur son visage. Evidemment, il n’était pas capable de le voir, mais elle était persuadée que la chaleur de son attitude se ressentait dans sa voix. Alors, elle rajouta :

« Ne soyez pas outragé par mon comportement, mon Prince… Tant de choses se disent ici, qu’il en devient dur de démêler le vrai du faux. J’ai ouï dire que vous maniiez les mots de notre langue avec une élégance exquise, et que même la plus froide des colères ne parvenait pas à vous les faire perdre. Alors, je me suis dit qu’un être de l’eau comme vous, réputé comme bon Prince, bon ambassadeur, ourdé d’élégance et de savoir-vivre ne pouvait pas avoir cette qualité en plus. Eh bien, il semble que si. »

Flatter, flatter, flatter. C’était comme ça qu’on gagnait les gens rongés par leur ego.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

Prince Solus
Messages : 159
Date d'inscription : 27/07/2014



Message
03.09.14 16:44

Oh, quel étrange changement d'attitude chez son interlocutrice ! Comme c'était suspicieux. Le Prince Solus avait presque peine à y croire. Bien sûr, le choix des mots était tout de suite plus intéressant et la voix se faisait plus douce, mais tous les humains étaient-ils si lunatiques dans leurs humeurs ? Quelle bizarrerie. Bon, elle le flattait, comme elle l'avait flatté dans sa lettre, et sa majesté ne pouvait décemment pas rester insensible à de telles courbettes, mais quelque chose le chiffonnait malgré tout.

- Il était très mal avisé de votre part de vous jouer d'un monarque, sujet X. Si sa majesté s'était décidée à déclarer votre peuple offensant, ce n'étaient pas quelques excuses et une justification de ce genre qui auraient sauvé la politique. Ceci dit, puisque vous semblez avoir retrouvé vos esprits, déclinez votre identité.

L'air supérieur, il chercha son verre de vin aux algues d'Océanie de plutôt bonne qualité qu'il sirota tout en attendant une réponse. Il espérait en son fort intérieur qu'elle ne trouverait pas un moyen de conserver le mystère, parce que le Prince Solus commençait à fatiguer de devoir suivre l'horrible cheminement de pensée de cette misérable humaine.

- Sa majesté se demande tout de même comment vous pouvez constater de la beauté de ses écailles dans une telle pénombre.

La question venait tout juste de lui effleurer l'esprit, en fait. Il n'avait pas réalisé sur le coup, mais maintenant qu'il y repensait, c'était un peu étrange. Les êtres de l'eau voyaient plutôt biens dans les profondeurs sombres de leurs lacs, mais cette vue ne lui était d'aucune utilisé dans ce sinistre établissement.

- Le Prince Solus est tout de même attristé que qu'on lui douter de ses qualités. Vous savez, les oeufs royaux ne sont pondus que tous les mille ans. Il est impossible qu'un être à la venue aussi attendue ne soit pas digne d'être considéré comme la perfection incarnée.

C'était dans les cas ainsi qu'il s'efforçait d'apparaître. Le problème étant certainement que sa vision de la perfection n'était pas la même que celle des autres. Si le Prince Solus avait été moins égocentrique, il aurait presque pu être d'une compagnie agréable. Presque.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

Gillian H. Twain
Messages : 147
Date d'inscription : 27/07/2014
Age : 24



Message
04.09.14 13:45

Evidemment, le Prince souhaitait connaître l’identité de Gillian. Quelque part en elle, tous ses poils se dressèrent, hardis, décidés à lui faire comprendre que c’était un certain risque de la lui donner. Elle avait complètement changé de comportement, se jouant de lui pour l’adoucir. Peut-être que lui aussi avait fait de même, pour la faire écarteler par un groupe de poissons à la force monstrueuse ? Peut-être qu’il désirait son nom pour la punir, pas simplement pour la connaître ? Miss Twain n’était pas connue pour sa prudence, pourtant, cette fois, elle avait eu l’état d’esprit de réfléchir – peut-être que le noir avait des propriétés curatives sur son cerveau névrosé ? Elle décida de garder son prénom, qu’elle n’était évidemment pas la seule à porter, mais choisit un autre nom de famille. PRESQUE au hasard.

« Gillian. Gillian Harper. »

Aussitôt, elle se mordit la lèvre, espérant ne pas avoir mis son ami dans une fâcheuse situation. En premier lieu, elle avait pensé à utiliser le nom de Hemsey. Mais Solus avait cité le Creature’s Cafe juste avant, ce qui signifiait qu’il était probablement au courant de l’identité de son gérant. Il mettrait sûrement un peu plus de temps à retrouver Laertes… Mais Laertes n’aurait pas forcément la présence d’esprit de cacher son identité, alors que Lester l’aurait fait, à coups sûrs. Par la barbe de Merlin, Gillian espérait qu’elle avait fait le bon choix, et qu’elle ne se retrouverait étouffée par une troupe d’algues sauvages dans le fond d’un lac, son bon ami à ses côtés.

« C’est que, j’ai déjà été éblouie par l’éclat somptueux de vos écailles dans le royaume Solus. »

Menteuse, elle l’avait jamais vu. Parce que sinon, croyez-moi, elle n’aurait pas invité un demi-thon au restaurant – sûr, d’ailleurs, qu’il ne paierait pas l’addition, goujat comme il était ! Espérant très fort que le plat du jour ne la ruine pas de tous les gallions qu’elle avait durement économisés, Gillian trouva une nouvelle raison de savourer son plat… Qui, soit dit en passant, était très délicat sur ses papilles. Elle soupira d’émerveillement en sentant les multiples saveurs s’écraser dans sa mouche délicate, peut-être juste un peu trop fort pour qu’elle soit audible, et répondit au Prince Solus :

« Ah non, je ne savais pas… »

C’était intéressant, d’un point de vue alchimique, cette histoire. Elle fronça légèrement les sourcils et, muée par un nouveau désir purement passionné, elle osa demander, le plus poliment du monde :

« Pourriez-vous me parler des particularités de votre peuple, Prince Solus, si vous ne jugez pas cela comme une façon terrible de gâcher votre temps ? »

Elle en serait presque délicate, la Gigi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

Prince Solus
Messages : 159
Date d'inscription : 27/07/2014



Message
06.09.14 15:00

Gillian. Un nom fort laid. Comme le nom de la plupart des humains, en fait. C'était fou comme se tenir sur deux jambes s'accompagnait d'une incroyable faute de goût. Néanmoins, correctement éduqué malgré les apparences, le Prince Solus garda cette réflexion pour lui. Après tout, Gillian, ce n'était guère pire que Velma ou Mary. Ou que Jamie. Son conseiller attitré était un brave garçon, mais ses parents manquaient cruellement de discernement quant au choix du nom de leurs enfants.
Eh, oh, ainsi donc, elle avait eut l'occasion de visiter le Royaume Solus. Son royaume. A lui. Là où lui-même resplendissait le plus, puisqu'il y avait son lac non loin. De ce fait, c'était tout de même toujours aussi bizarre qu'elle doute de la splendeur de ses écailles.

- Sujet Gillian, donc, vous êtes une humaine des plus... bizarre. Pour ne pas dire idiote. En soit il existe bien peu de différences entres ces deux termes. Et, oh, ne jugez pas vous-même de ce qui fait perdre son temps à sa majesté. Vous êtes nées beaucoup trop tard pour cela.

Un autre défaut majeur des humains, c'était bien leur espérance de vie exceptionnellement courte. Certes, les sorciers jouissaient d'une existence un peu plus longue, mais cela demeurait dérisoire. Lui-même fêtait déjà ses cent sept années de grâce, alors que cette femme devant lui ne devaient probablement pas dépasser le demi-siècle. Pour un être de l'eau, elle serait tout juste sortie du berceau.

- Son altesse peut vous parler de son peuple, mais il vous faut le questionner. Il y en a bien trop à dire pour s'engager à discuter d'une espèce sans se choisir une idée directrice. C'est la logique même. Vous n'êtes pas très futée, finalement. Comme la plupart des fréquentations du Prince Solus.

L'ambassadeur se frotta les bras. Il se trouvait la peau de plus en plus sèche. Il n'allait pas tarder à devoir s'hydrater davantage que de simples pieds dans une bassine d'eau. Cet établissement n'était vraisemblablement pas pourvu de grand bassin et c'était tout à fait regrettable.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

Gillian H. Twain
Messages : 147
Date d'inscription : 27/07/2014
Age : 24



Message
17.09.14 9:54

Il était difficile de donner un adjectif correct décrivant le comportement du Prince Solus. Agaçant était bien trop faible. Horripilant était également un adjectif peu adéquat. Il aurait fallu un mot encore plus fort pour désigner l’homme-poisson, qui avait achevé de se faire dresser de dégoût tous les poils de la pauvre Professeur. Elle n’était pas réputée pour son calme à toute épreuve, mais elle pouvait se féliciter d’un self contrôle manifeste face à sa classe – malgré de nombreux accès de rougeurs incontrôlables. Furieuse, elle s’imagina être face à un élève particulièrement stupide et mal éduqué, auquel elle devait expliquer clairement les choses, sans lui envoyer discrètement un sort de pustules sur la face. Etait-il seulement possible qu’un être de l’eau se retrouve plein de pustules ?

Elle lui poserait probablement la question… Avant de partir, un bref sort sous la table ferait du meilleur effet, elle n’en doutait pas. Dans un coin de sa tête, elle commença à formuler son sort d’intention, car sa voix ne devait en aucun cas filtrer, d’autant que le monde aveugle dans lequel ils vivaient actuellement avait une fâcheuse tendance à réveiller leur ouïe. Cela faisait des années qu’elle n’avait pas lancé un sort informulé, et ce petit exploit risquait de tourner en drame. Mais elle était si agacée qu’elle se sentait prête à prendre le risque. Penser travail, soucis diplomatiques et oublier sa personnalité pour le moins… Difficile à complimenter. Gillian respira, et décida de commencer par lui demander de parler du système politique : commencer large, et resserrer ensuite :

« Vous êtes Prince, j’en déduis qu’il y a une royauté dans votre peuple. Y-a-t-il des Assemblées élues ? Les rois ont-ils un pouvoir supérieur aux autres, dans le sens… Des pouvoirs magiques, ou une vitesse/force plus importante ? Y-a-t-il d’autres formes de castes dans votre peuple ? »

Attentive, elle écouta la réponse. En fait, elle s’en fichait un peu, mais elle voulait surtout faire parler le petit Prince, en réfléchissant à autres choses. Et puis, une fois ces questions politiquement correctes- c’était le cas de le dire ! – elle pourrait passer aux choses sérieuses, utiles pour ses connaissances personnelles, d’une part, et pour son étude de pierres philosophales de l’autre. Une fois ses premières interrogations satisfaites, elle enchaîna donc, incapable de réprimer sa curiosité – Solus devenait un peu moins désagréable, quand il ne parlait pas que de lui :

« Et comment les gens sont-ils soignés chez vous ? Y-a-t-il seulement des maladies ? Et quand vous êtes sous forme humaine, vous prenez une potion de condition humaine ? Cette potion annule-t-elle toutes vos caractéristiques d’être de l’eau, ou bien avez-vous toujours des effets, comme la déshydratation, la capacité de respirer sous l’eau ou la peau aussi brillante que vos écailles ? »

On en venait aux choses sérieuses.

HRP : Désolée pour le retard, j'ai eu du mal à trouver l'inspiration pour des questions intéressantes x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

Prince Solus
Messages : 159
Date d'inscription : 27/07/2014



Message
20.09.14 11:18

Le Prince Solus continuait de frotter nerveusement ses bras. Il se déshydratait à vue d'oeil et allait finir par perdre ses jolies écailles ; ce qui, au demeurant, serait une calamité telle qu'il n'y survivrait pas. Un monarque dépourvu de sa beauté naturelle était indigne de gouverner. Que penserait son peuple de lui, s'il se changeait en le dernier des laiderons, comme ces hirsutes sirènes narcissiques de la Méditerranée ? Quoique, elles étaient préférables aux vulgaires de la mer Egée. D'insolentes créatures sans savoir vivre que celle-là.
Sa majesté commençait à avoir très chaud, conséquence de ce manque d'humidité ambiant. Il ne pouvait décemment pas abandonner le sujet Gillian ici alors qu'elle s'intéressait à la culture de son peuple mais, cependant, à cette allure, il allait devoir être transporté de toute urgence à Sainte-Mangouste. Ou chez le sujet Panshel. Alors, pour éviter le drame, le Prince Solus tâtonna sur la table à la recherche d'une carafe d'eau ; et la déversa toute entière sur sa tête lorsque enfin il la trouva, soupirant de soulagement. Ses cheveux tout trempés et collés à son visage gouttaient sur le nappe mais de cela, il s'en fichait autant que de la petite flaque qu'il avait créé sous sa chaise.

- En témoignent les gestes de son altesse ; la potion de condition humaine permet mobilité terrestre et discussions dans une mêle langue mais ne change rien à la nature profonde de ceux qui la boivent. Sa majesté demeure un être de l'eau dont le nom explicite le milieu de vie et les besoins primordiaux. Vous seriez bien embêtée d'avoir à rester longtemps sous un lac, sujet Gillian, même sous l'effet d'une potion, disons, de condition de créature.

Il ignorait si une telle potion existait, mais l'image était tout à fait compréhensible dans tous les cas. Elle n'allait pas faire sa difficile, non plus. Oh bien sûr il existait bien quelques sorts permettant aux fichus sorciers de respirer dans les profondeurs, mais en aucun cas cela ne leur accordait toutes les facilités d'un être né dans cet environnement aquatique.

- Les êtres de l'eau peuvent, même sans potion, respirer aussi bien sous l'eau qu'à la surface ; sinon, ils ne pourraient converser avec votre peuple dans leur langue originelle. Cette caractéristique demeure. Et, bien entendu, il va de soit que sa majesté conserve toute la beauté de ses écailles ; quoique l'apparition de jambes le prive de son organe le plus délicieusement décoré.

C'était bien la queue des êtres de l'eau, toute en écailles, membranes et nageoires, qui leur conférait une telle aisance sous l'eau.

- Comme toutes les créatures magiques, ce peuple connait en effet le fléau de la maladie, mais elles ne sont pas celles des humains. Elles se soignent, lorsque le remède est connu, à l'aide de plantes principalement. Le plus grand mal des êtres de l'eau est de loin la fièvre grise ; les humains polluent les eaux et contaminent les algues, phénomène qui ne va guère en s'arrangeant, et c'est bien pour cela que sa majesté, en tant qu'ambassadeur, refuse que soit bafoué le secret magique. La curiosité des moldus ne feraient qu'empirer la situation.

Les êtres de l'eau ne pouvaient tenir de baguettes et lancer de sortilèges repoussent moldus. Certains lacs réussissaient à obtenir l'assistance de sorciers, mais tous n'avaient malheureusement pas cette chance. Et puis, certains sorciers peu scrupuleux s'amusaient à briser ces enchantements, les scélérats !

- Ceci dit. En effet, les êtres de l'eau sont dirigés par un couple royal, chaque lac s'organisant comme il le souhaite. C'est en partie pour cela qu'il existe des dissensions au sein de notre espèce ; en outre, dans le lac de sa majesté, on n'apprécie guère les êtres de l'eau des eaux chaudes, que vous connaissez sans doute mieux sous l’appellation de sirène. Il but une gorgée de sa potion de condition humaine. Les oeufs royaux naissent beaucoup plus rarement que les autres ; c'est un peuple déjà de base peu fertile de par la longévité de ses représentants. Ceci sont donc très attendus et, en effet, constatez-le, un cran au dessus des autres. C'est bien le minimum pour obtenir le droit de gouverner.

Finalement, elle en avait posé, des questions, et le Prince Solus avait certainement oublié de répondre à quelques-unes d'entre elles. La présence de son fidèle conseiller aurait été utile, pour prendre des notes et lui rafraîchir la mémoire. Où diable pouvait donc s'être éclipsé Jamie, depuis quelques jours ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

Gillian H. Twain
Messages : 147
Date d'inscription : 27/07/2014
Age : 24



Message
28.09.14 8:13

Gillian bouillonnait de rage contre elle-même. Elle avait un sujet plein de connaissances, qui pouvait peut-être lui apprendre tout ce qu’elle devait savoir pour créer une pierre – ou, une partie du moins – et elle n’avait rien pour noter. Entreprise qui, si elle avait été possible, se serait révélée fort complexe à mettre en pratique au sein du restaurant où il n’y avait pas le moindre rayon de lumière. Alors, elle concentrait toutes ses ressources sur les dires du Prince, luttant avec son propre cerveau pour en inscrire la plus grande partie dans la durée. De ce fait, elle hochait bêtement la tête, bien incapable de parler et de réagir, sans réaliser que l’ambiance du restaurant rendait ses mouvements intéressés un brin inutiles.

Et puis, à un moment, deux rouages de son cerveau se connectèrent. Des êtres de l’eau devaient, bien évidemment, être principalement composés d’éléments d’eau. Alors que les Hommes étaient des êtres composés de terre, majoritairement, en règle générale – en ce qui concernait leurs corps, bien entendu, pas leurs âmes. Si elle pouvait créer une pierre qui transformait la nature aquatique des êtres de l’eau en nature de terre, cela pourrait-il régler leurs problèmes de déshydratation ? Et comment faire pour transformer durablement leur queue en jambe, en mimiquant les résultats de la potion de condition humaine.

Soudainement, Gillian était devenue sourde à la moindre réplique du monarque qui lui faisait face. Elle réfléchissait – et Merlin sait qu’elle n’en a pas l’habitude ! – et elle avait l’impression de tenir quelque chose. Il fallait à tous prix qu’elle aille essayer dans sa maison, qu’elle aille faire des calculs, qu’elle dessine des cercles et se perde dans sa longue quête de solutions. Elle adorait l’espèce d’influx électrique qui la traversait, qui la galvanisait, quand elle sentait qu’elle avait quelque chose de sensé à dire. Finalement, donc, elle céda à ses propres pulsions, et se leva. Mais elle était face à un Prince quand même. A tâtons, elle chercha sa main, et finit par trouver le membre – humide, et un peu plus gluant que d’habitude. Sans trop faire preuve de révérences et sans s’embarrasser d’un surplus de conventions, elle y écrasa ses lèvres – avec le minimum de délicatesse requise – et susurra, de l’excitation plein la voix :

« Merci, Prince Solus, merci. Vous venez de me donner la solution de… Enfin peut-être… Enfin je vous créditerai si je trouve. Mais merci. »

Et puis, elle lâcha la main partit résolument vers la porte, persuadé que l’homme-poisson paierait anyway, s’éclata le genou dans une table, réalisa son manque de convenances, fit demi-tour, écrasa un pied mal rangé, se confondit en excuses, retrouva enfin ce qu’elle pensait être la table où elle et le Prince Solus avaient passé le pire premier rendez-vous imaginable, et déclara :

« Je vous présente mes excuses, je dois aller noter tout ça sur papier. Je. Viendrai boire un thé d’algues avec vous un jour ! »

… Ou pas. Mais c’était sympathique, néanmoins, de lui donner l’espoir de la revoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

Prince Solus
Messages : 159
Date d'inscription : 27/07/2014



Message
28.09.14 8:49

Le Prince Solus haussa un sourcil. Du silence. Pas la moindre réponse. L'impolie sorcière était-elle décédée en plein discours ? Ce serait là un grand outrage. On ne mourrait pas lors d'un rendez-vous avec un monarque, c'était inconvenant et fort peu hygiénique. Sa majesté n'aimait guère dîner en tête-à-tête avec un cadavre. Pas assez de conversation et une vilaine odeur pour gâcher le goût des algues.

Finalement, une chaise racla le sol et, oh, tiens, on prenait sa main et on y déposait un baiser bien peu délicat. Le Prince Solus esquissa une large grimace que l'humaine ne put voir ; ce dont, en fait, il se serait éperdument fiché, mais, tout de même, quel manque cruel de connaissances du protocole. Ils n'avaient pas élevés les saumons ensemble. Lorsqu'elle l'eut lâché, son altesse secoua férocement sa main comme pour s'en débarrasser de quelque chose de foncièrement dégoûtant.

- Les admiratrices ne sont vraiment plus ce qu'elles étaient... ah, ce que le monde sorcier est désobligeant.

Le Prince Solus secoua la tête, désolé, à peine concerné par le grabuge que fit le sujet Gillian avant de finalement revenir le voir pour quelques dernières paroles. Bah. Ce n'était pas comme s'il tenait spécialement à revoir cette traîne-misère des plus insolentes. Il avait perdu beaucoup de temps, aujourd'hui, et ne comptait pas réitérer l'expérience.

Son altesse appela un serveur et paya sa part ; précisant bien que l'autre moitié serait à quémander auprès de celle qui avait réservé la table et dont ils devaient bien avoir les coordonnées, puis n'oublia pas de mentionner qu'autant d'obscurité était inadmissible.
Et, avant qu'on ne puisse répliquer, il chemina vers la sortie, l'allure fière, avec la ferme conviction de s'n retourner chercher son conseiller disparu.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé



Message

Revenir en haut Aller en bas

rp surprise ϟ prince solus & gillian

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PIMENTINE ! :: 
 :: La Place Universelle :: Les cafés & restaurants
-
Vote pour Pimentine parce que tu l'aimes ♥



Et si tu as un soucis, rends-toi sur la F.A.Q. !