Être sorcier dans le Londres magique, c'est vraiment tranquille.
Sauf lorsque trois frères, les Bumblebee, décident de révolutionner le monde magique en proposant trois idées qui s'opposent : révéler les sorciers aux moldus, intégrer les créatures à la société, ou tout laisser en l'état en se méfiant bien des deux autres.

Du coup, tout le monde se sent un peu concerné, surtout lorsque des créatures, des hybrides, des sorciers étrangers et même des moldus débarquent dans le Londres magique pour avoir leur mot à dire ! En soi, ce n'est pas grave. Tout le monde continue sa petite vie, s'occupe de son quartier, son métier, sa petite vie amoureuse.
Mais à la fin, l'un des trois finira bien par être ministre, mais rien de tout ça ne vous empêchera de vivre votre vie extraordinaire dans le Londres magique !








S.A.U.M.O.N. ϟ 10
ligue des sorciers ϟ 10
l'unité ϟ 20

nés-moldus ϟ 04
sang mêlés ϟ 21
sang purs ϟ 01

femmes ϟ 16
hommes ϟ 24

créatures ϟ 05
hybrides ϟ 06

moldus ϟ 00
cracmols ϟ 03







Cassandre Ollivander ▬ fondatrice
absente ϟ (mp)
Tybalt Burgess ▬ fondatrice
présente ϟ (mp)
Chance Shamrock ▬ modérateur
présent ϟ (mp)
Shasandre Tyllus ▬ modérateur
absent ϟ (mp)
Laertes Harper ▬ modératrice
présente ϟ (mp)
Prince Solus ▬ modératrice
présente ϟ (mp)












3293
4371
3280




LE CHEF DE LA NOUVELLE BRIGADE RÉVÉLÉ


Le projet de Brigade de Surveillance des Créatures et des Hybrides mis-en-place par Ater Bumblebee semble sur le point de voir le jour. Le chef de cette nouvelle Brigade, qui était resté jusque là secret, vient de nous être révélé.
Il s'agit de Mercutio Burgess, trente-huit ans, ancien chef de la Brigade des Aurors. Mercutio Burgess est connu pour avoir perdu dix de ses hommes lors d'une mission d'infiltration qui a mal tourné. Lorsque nous avons tenté d'obtenir ses réactions par rapport à sa nouvelle nomination, il a refusé de répondre à nos questions. Il n'y a plus qu'à espérer que cette nouvelle Brigade ne subira pas le même sort que la précédente.

réagir à l'article ?


















 

Partagez|


Un ours qui se déclare, c'est jamais très beau à voir - [PV Edward]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas




avatar

Nihal W. Torak
Messages : 39
Date d'inscription : 14/08/2014



Message
21.08.14 16:21

Texte remplaçant l'image
Un ours qui se déclare, c'est jamais très beau à voir

Cela faisait maintenant 20 minutes que l’imposant loup garou fixait la porte d’entrée de son collègue et ami suceur de sang. Et une petite voix dans sa tête espérait qu’il ne suçait pas que le sang… Mais ça, c’est une autre histoire. Donc, depuis environs vingt bonnes minutes, il était planté là, comme un piquet, à incendier du regard cette pauvre porte, qui n’avait au demeurant rien demandé. La raison d’un tel comportement –assez louche vous l’admettrez- ? Et bien, disons simplement que Nihal n’est pas vraiment le genre d’homme doué en relation social. Ce qui, entre autre, le rendait beaucoup trop nerveux pour le moment.

Si d’habitude, il s’en fichait comme de sa première chaussette, aujourd’hui était complétement différent. Il avait pris son courage à deux mains, et avait décidé de se rendre chez  l’élu de son cœur pour tout lui avouer. « On n’est pas un ancien griffondor, si on n’a pas les couilles de se bouger le fion » comme il le disait si bien. Seulement voilà, c’était bien jolie de débarquer comme une fleur chez le dit élu, mais fallait-il encore savoir dire.

Cela faisait maintenant une semaine jour pour jour, que le lycanthrope s’était rendu compte de son attirance pour le buveur de sang. Le déclic avait été quand l’autre s’était un peu trop rapprocher d’une quelconque personne sans importance que Nihal avait eu la soudaine envie d’étriper. Cette montée fulgurante de jalousie et de possessivité l’avaient par la suite surpris. Il s’était alors creusé les méninges pour comprendre pourquoi, merlin, il avait eu envie de réagir aussi violement.  Peut-être parce que ce sale cloporte n’avait pas le droit d’être aussi proche de sa sangsue ? Les jours qui suivirent, il ne quitta pas un seul instant Edward des yeux, le détaillant sous tous les angles, toutes les coutures. Son regard glissait sur le corps de son pauvre collègue sans se rendre compte qu’il était plus menaçant, que discret. Les sourcils toujours froncés, les lèvres pincées, les yeux plissés… Rien dans son attitude ou ses expressions ne pouvaient vraiment faire penser que le loup garou était amoureux. C’était plutôt tout le contraire en fait. On aurait pu croire qu’il était prêt à se jeter sur le serveur pour le tabasser. Cependant dans la tête tordu de cet espèce d’ours mal léché, c’était des pensées tout à fait différentes qui prenaient place. Du genre…« Il sent bon.  Bordel, pourquoi est-ce qu’il se tient si près de cette sale greluche ?  Il a un joli cul… Salaud, arrête de m’aguicher !  J’vais me le faire, si il n’a arrête pas je jure que j’vais me lever et lui faire l’amour comme jamais il n’a pris son pied ! ». Autant dire que plus les jours passaient, moins Nihal’ devenait cohérent.

Donc, au bout d’une semaine, il avait fini par craquer et, avait finalement décidé de se rendre chez ce pauvre Edward qui ne savait pas encore ce qui allait lui tomber dessus. Nous voilà donc à notre point de départ. Devant cette satanée porte, que le loup garou avait commencé à maudire de tous les noms puisqu’elle était visiblement la seule chose sur qui il pouvait se défouler. Après un énième grognement d’hésitation, il avait enfin daigné toquer à la porte quoi signaler sa présence. Ses poings se crispèrent un instant d’appréhension avant qu’il ne soupire profondément pour évacuer l’air de ses poumons et détendre un brin ses muscles.

Son regard se fixa alors sur l’homme qui l’avait obsédé depuis plus d’une semaine. Machinalement sa langue passa sur ses lèvres comme un fauve qui se lécherais les babines, le visage toujours dur, et fermé qu’à l’accoutumé, il lâcha d’une voix rauque :

« Faut qu’on cause Ed’. »

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

Edward H. Nicolas
Messages : 60
Date d'inscription : 27/07/2014
Age : 19



Message
21.08.14 21:24

Tu avais passé ta journée enfermé dans ton appartement, volets fermés, sans aucun contact avec le reste du monde. Oui c’était bel et bien quasi-entièrement dans le noir que tu passais toute la journée de repos qui t’avait été accordée, loin des clients débiles et de leurs regards indiscrets, et surtout, loin de la lumière. Cet appartement était en quelque sens ton tombeau, tu t’y enfermais pour pourrir à l’écart de tout le monde sous cette chaleur assommante d’été.

Cette belle journée reposante avait commencé vers midi, quand tu t’étais extirpé de cette courte nuit d’insomnie, tu avais ensuite passé facilement deux heures couché sur ton canapé à végéter, paresseux, quelques poches de sang en main. Encore jusque-là affublé seulement d’un caleçon rose, tu y avais rajouté un large t-shirt blanc à manches courtes trop grand pour toi et un modeste short en jean. Et tu avais ensuite passé ces dernières heures à peindre ce qui te passait par la tête. Et ton inspiration t’avait finalement menée à représenter ce qui semblait être un pingouin embrassant un ours. Drôle d’idée, qui ressemblait fortement à un bad trip zoophile mais peu importe.

Ta journée se passait plutôt normalement jusqu’à cette fameuse visite. Tu avais entendu toquer à la porte et tu t’y étais rapidement rendu, t’essuyant les mains dans un chiffon usagé, toujours avec ton t-shirt blanc plus tellement blanc puisque couvert de taches bleues et rouges. Tu avais ouvert cette même porte avec nonchalance et sans même penser à regarder par l’œil de bœuf, après tout puisque tu n’attendais aucune visite qui oserait venir embêter un vampire ? Qui à part Nihal, qui se tenait désormais fermement devant toi. Tu crus tout d’abord mal voir, te frottant les yeux, ébloui par la lumière du couloir. Les yeux plissés, tentant de t’y accoutumer, une boule se forme dans ton ventre. Et au lieu de t’encombrer d’un traditionnel « bonjour » tu lances un plus original :

Qu-Qu’est-ce que j’ai fait ?!

Figé à l’entrée de ton propre habitat, les yeux grands ouverts. C’était bien Nihal, ce même Nihal qui avait passé une semaine entière à te lancer des regards effrayant, des regards tueurs. Ce même Nihal qui te fixait toute la journée sans raison, te faisant flipper à chaque fois que tu l’entre-apercevais et qui faisait ça pour une raison qui te restait complètement inconnue. Après tout tu ne lui avais rien fait de mal d’autant que tu saches…

Alors aujourd’hui tu te retrouvais finalement devant lui pour une inévitable confrontation, te demandant s’il allait finir par te frapper et te montant dans la tête des scénarios tous plus glauques les uns que les autres…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

Nihal W. Torak
Messages : 39
Date d'inscription : 14/08/2014



Message
22.08.14 11:13

Texte remplaçant l'image
Un ours qui se déclare, c'est jamais très beau à voir

Le regard froid du loup garou scruta sur son vis-à-vis visiblement paniqué de sa venue. Ses sourcils se froncèrent un peu, ne comprenant pas pourquoi sa visite était aussi redouté mais pas seulement… Un grognement lui échappa alors que ses yeux glissèrent sur les jambes nues du vampire. « C’pas possible d’être aussi irresponsable ! Ouvrir dans cette tenue !  Tss » pensa le très aimable lycanthrope. Il fixa alors l’homme dans les yeux, légèrement irrité. La mâchoire un peu crispé, les poings serré et le regard qui disait plus « Je vais te tuer » plutôt que « Je te désire ardemment, tu vas prendre cher. » Enfin, « désirer ardemment », dans la tête de Nihal, c’était plutôt « j’ai envie de te culbuter sauvagement contre un mur».

« C’que t’as fait ?! T’as rien remarqué depuis une semaine ?! Tsk » grogna-t-il avant de s’avancer vers le pauvre suceur de sang. Tel le gros bourrin qu’il était, il entra dans l’appartement du plus jeune, le poussant au passage avant de lui choper le poignet et de claquer la porte derrière lui. L’endroit sombre le fit un peu ronchonner, lui préférait nettement la lumière du soleil mais soit, il était chez un vampire… Et puis pour le moment ce n’était pas vraiment la déco ou la luminosité qui l’intéressait.  

Sa grande patte d’ours se resserra sur le maigre poignet de sa victime, avant qu’il ne lui lance un regard assassin. Qui dans le fond n’en  était pas vraiment un. Doué comme il était, il n’avait pas vraiment conscience de l’aspect assez menaçant qu’il pouvait avoir dans ce genre de situation. Rapidement, il rapprocha son visage de celui d’Edward avant de le pousser contre le mur, sans le lâcher. Son poing s’abattit à côté du crâne du plus petit, avant de rapprocher sensiblement son corps du sien. Presque coller à la sangsue, le Loup-garou le surplombait de toute sa hauteur, le visage baissé vers celui qu’il avait pris en sandwich. Délicieux sandwich. Il prit un instant pour savourer la délicieuse odeur qui émanait de son cadet. Le genre d’odeur qui le faisait frémir…

« Ed… » dis-t-il d’une voix dangereusement rauque. « T’as même pas une p’tite idée de pourquoi je suis ici ? » Doucement la main qui avait atterrit sur le mur se glissa dans les mèches blanches, presque tendrement. Enfin aussi tendre que puisse être le lycanthrope.

« Ed, j’crois que… Enfin non j’crois pas. Je suis sûr. » se reprit-il en grognant contre lui-même. Il plongea ensuite ses yeux dans ceux de son vis-à-vis . « Je t’aime. » souffla-t-il.

Son regard se fit plus intense, alors que tout son corps se pressait un peu plus contre l’autre. Il s’était déclaré sans aucune gêne, et pourtant le ton qu’il avait employé démontrait clairement de toute l’émotion qu’il contenait. Il était franc, aucune possibilité de douté de ses mots, et porteur d’innombrables promesses.

L’ours se pencha un peu plus sur le vampire alors que sa main descendait sur sa joue. Il ne laissa pas le temps à l’autre de réagir que déjà, il ravissait ses lèvres. Enfin dévorait serait plus exacte. Il l’embrassait avec passion, intensément. Comme un homme qui retrouve son amant. Un baiser plein de fougue, dominateur, empreint d’un amour inconditionnel.

Après un moment, il décida de reculer un peu, pour laisser à l’autre le temps de reprendre son souffle. Son regard ne l’avait pas quitté et instinctivement, il se lécha les lèvres comme pour gouter les vestiges de ce baiser.

« Alors, on sort ensemble hein ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

Edward H. Nicolas
Messages : 60
Date d'inscription : 27/07/2014
Age : 19



Message
28.08.14 0:46

Les yeux de ton vis-à-vis te faisaient peur, ces yeux semblant haineux et pleins de reproches. La personne à qui appartenaient ces yeux te faisait peur, aussi, en elle-même. Un frisson te parcouru l’échine à l’entente des paroles du loup-garou ; alors tu n’avais pas interprété ces regards de la semaine passée de manière paranoïaque ? Ce grand monsieur était donc venu pour te découper en petits morceaux puis te bouffer ? Quoi qu’il en soit il fallait que tu te reprennes. Alors en prenant une grande inspiration tu te redresse et tu fermes cette bouche qui était restée entre-ouverte tout ce temps. Tu étais un vampire quoi bordel ! (un demi-vampire mais voilà) s’il te faisait chier c’était une petite morsure et capoute le toutou !

Mais toute cette soudaine assurance s’en alla tel un coup de vent lorsque le gros ours te bouscule pour entrer dans ton appartement.

Nihal Arrête ! Tu me fais mal.

Dis-tu en agitant ton poignet pour tenter de l’extraire de sa poigne. Rapidement cette même assurance se transforme même en peur, lorsque celui-ci te coince contre ton propre mur et s’approche dangereusement de toi, te surplombant de tout son grand corps. Un autre frisson te parcours le corps accompagné d’une sueur froide.

Non je sais vraiment pas pourquoi tu es là… mais s’il te plait…

Bégayes-tu, la voix tremblante face à la masse qui se dresse devant toi. Lorsqu’il entreprend de caresser tes cheveux de nombreuses pensées traversent ton esprit. Alors finalement il était venu ici pour te violer ? Pour abuser d’un vampire ? Après tout si ça se trouve c’était ça son trip, culbuter des vampires parce que ça le faisait fantasmer…

Ses autres mots, « je t’aime », te frappent de plein fouet, comme une évidence que tu te refusais de comprendre jusqu’ici. Les yeux tout d’abord grand ouvert vers les siens tu les abaisses dans un second temps, soudain toute ta peur et ta colère disparaissent, soudain tu te sens désolé, tu te sens mal de ne pas avoir compris plus tôt ce que ton ami ressentait. Mais pas tellement le temps de comprendre ce que cet ami ressent puisque directement, te prenant par la joue, celui-ci t’embrasse sauvagement. Tu le repousse, tu essayes. La main sur son torse, rapidement tes protestations trop faibles se transforme en ce qui passerait presque pour une caresse. Impuissant, tu attends la fin de cebaisercontraint.


Et puis quand il finit par te lâcher tu demeures incroyablement calme, immobile et muet, comme si en un seul baiser il venait de détruire tout ton déroulement interne, te laissant totalement déboussolé. Et puis lorsque le son de sa voix se fait réentendre ça agit comme un gong en toi, tu te réveilles. Rouge de colère et de honte tu finis par le repousser, haussant subitement le ton, tu remontes ton regard pour voir ses yeux.

Tu peux pas entrer chez les gens comme ça ! Commences-tu. Et non, il suffit pas d’embrasser quelqu’un contre son gré pour sortir avec lui !

Tu prononces ces mots même si une partie de toi tout au fond, un centième de toi dans ton inconscient sais que tu l’aimes déjà. Que tu l’aimes déjà comme n’importe qui qui t’as approché de trop près et t’a porté un peu trop d’attention dans ta vie. Et puis tes yeux reprennent le sens de tes pieds, te rappelant que la dernière fois que tu as osé le fixer, il t’a embrassé…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

Nihal W. Torak
Messages : 39
Date d'inscription : 14/08/2014



Message
03.09.14 12:17

Texte remplaçant l'image
Un ours qui se déclare, c'est jamais très beau à voir

Après ce baiser plus ou moins forcé –bien que complétement consentant du point de vue de Nihal-, ce dernier fronça un peu les sourcils pas vraiment content de la réaction de sa petite sangsue. Un grognement irrité passa la barrière de ses lèvres, montrant son « désaccord » face au geste purement inutile du plus petit qui tentait de le repousser. Il fit un pas en arrière, avant de se recoller à lui, le dominant de toute sa taille.

 « Quoi ? » grogna-t-il en fronçant beaucoup plus les sourcils, durcissant son regard.   « Pourquoi j’pourrais pas ?! » demanda-t-il d’un ton agacé. Son visage s’approcha de nouveau de celui du serveur, leur front se frôlant, et son regard perçant planté dans ceux de son vis-à-vis.  « J’ai dis « je t’aime » ! Alors j’ai le droit non ?! »

Comme si les 3 syllabes étaient une formule magique qu’il suffisait de dire pour que l’on puisse vous aimez en retour.  La logique du lycanthrope n’était pour ainsi dire pas vraiment conventionnelle. Tout comme sa façon de réagir. Mais après tout, c’était le propre de l’animal. Un bourrin dans toute sa splendeur, qui ne fait pas vraiment attention à l’avis et aux sentiments de l’autre. Il avait décidé que les choses étaient « comme ça », alors elles devraient l’être. Toutes autres opinions étaient automatiquement rejeter. Et pour le coup, il avait décidé qu’Edward et lui allaient s’aimer passionnément et très certainement copuler comme des bêtes sauvages jusqu’à épuisement. Bon, peut-être pas aujourd’hui… Mais un jour prochain !

La bouche du loup garou s’étira en une grimace désapprobatrice, dévoilant sa parfaite dentition. Il n’aimait pas que les choses n’aillent pas dans son sens. Bien sûr, il envisagé que l’autre ne veuille pas de lui. Mais, l’espèce d’ours sans cervelle qu’il était, avait plutôt pensé que cette possibilité n’était quasiment pas envisageable. Cela faisait des années qu’il n’avait pas « aimer » quelqu’un. Ce sentiment désagréable et compliqué, il avait réussi à l’éviter pendant un certain temps. Mais il devait bien se rendre à l’évidence aujourd’hui, il y avait quelqu’un qui le rendait fou, qui occupait ses pensées, faisait battre son cœur, et attirait sa nouille. Alors… Autant en profité non ? Avec le temps, il avait appris à se gérer. Il n’avait plus fait de mal à personne depuis des années…. Alors… Alors oui. Il pouvait se permettre d’avoir quelqu’un dans sa vie. Quelqu’un avec qui il serait sérieux.

 « Edward » souffla le  loup avant de ravir une fois de plus ses lèvres. Ses grandes mains s’emparèrent des hanches fines du vampire. Ses pouces passèrent sur la peau douce et un grognement de contentement échappa au grand méchant loup qui mordillait sensuellement la lèvre inferieur de son cadet. Il se recula légèrement observant presque tendrement le visage de celui qu’il aimait. Une de ses mains remonta jusqu’à la joue de ce dernier, avant de la caresser doucement, amoureusement. Un sourire en coin étira les lèvres du lycanthrope.

 « Mon p’tit Ed… T’es à moi à partir de maintenant. »

Possessif le Nihal ? Plutôt deux fois qu’une oui. Et même si la pauvre sangsue n’a rien demandé ni accepté, il allait se retrouver avec un loup garou jaloux sur le dos.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

Edward H. Nicolas
Messages : 60
Date d'inscription : 27/07/2014
Age : 19



Message
24.09.14 14:29

A chaque fois que Nihal pressait son corps contre le tien ton cœur battait un peu plus vite. Autant dire donc qu'à chaque fois qu'il t'embrassait, ton cœur semblait être sur le point d'exploser.

"Quoi ? je... tu ... enfin..."

Tu bégayais et tu étais certainement teinté de rouge à l'heure qu'il était. Son regard collé sur le tien, ses yeux si près de tes yeux, et ses lèvre, si belles et délicieuses à la fois... C'était donc ce que ça faisait, être amou... Non ! tu te secoues la tête pour te remettre les idées en place, non tu n'étais pas amoureux, c'était lui qui te forçait depuis le début.

"Arrête tes caprice Nihal ! Et..."

Tu n'eus pas le temps de finir ta phrase que celui-ci te coupa en posant ses lèvres sur les tiennes de plus belle. Tu sentais ses mains se balader un peu sur ton corps et le contact des celles-ci avec ta peau te provoqua un frisson. Tu te tortillais un peu sous ses caresses, sans savoir si tu te débattais réellement ou si ton corps ondulait juste d'excitation. Ton cœur s'emballait encore plus fort, te faisait manquer quelque souffle et faussant ta respiration, deux centièmes de toi lui appartenaient dorénavant, plus que 98 autres baisers. Tu essayais de reprendre tes esprits, ces assauts répétés n'avaient fait que te laver le cerveau pour que la seule chose à laquelle tu penses en ce moment même soit lui. Lorsque tu y arrives tu finis bel et bien par t'imaginer, toi, en couple avec lui. Tu te demandais ce que ça donnerais, si Nihal était devenu complètement cinglé ou si peut-être que... Et puis finalement non, ça te fait peur, tu trembles, tu n'as pas envie d'être avec lui. Ou peut-être plutôt que tu as peur de l'amour, que tu n'as envie d'être avec personne. Peut-être que toutes ces années passées seul sans que ce fameux "amour" ne tombe réellement sur toi t'avaient rendues craintif, peut-être avais-tu fini par détester l'amour ? Tu détaches sa main de ta joue et tu en profite pour glisser tes doigts fins dans la paume de sa grande main, constatant sa dureté.

Ses dernières paroles te firent rougir et esquisser un sourire gêné. Tu finalement sa main loin de ton corps et tu te glisses le long du mur pour t'échapper de son étreinte. Puis tu te postes à côté de la porte –toujours- ouverte et tu lâches

"Nihal s'il te plait. Je... Je veux p..." Tu t'éclaircis la voix "Je veux pas..."

Déjà après t'être tiré de son contact tu ressentais un manque, tu voulais gouter un peu plus à lui. Seulement tu étais hypocrite envers toi-même, tu n'osais pas te l'avouer, tu n'oserais peut-être jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé



Message

Revenir en haut Aller en bas

Un ours qui se déclare, c'est jamais très beau à voir - [PV Edward]

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PIMENTINE ! :: 
 :: Les Quartiers Résidentiels :: Bourg la Fantasque
-
Vote pour Pimentine parce que tu l'aimes ♥



Et si tu as un soucis, rends-toi sur la F.A.Q. !