Être sorcier dans le Londres magique, c'est vraiment tranquille.
Sauf lorsque trois frères, les Bumblebee, décident de révolutionner le monde magique en proposant trois idées qui s'opposent : révéler les sorciers aux moldus, intégrer les créatures à la société, ou tout laisser en l'état en se méfiant bien des deux autres.

Du coup, tout le monde se sent un peu concerné, surtout lorsque des créatures, des hybrides, des sorciers étrangers et même des moldus débarquent dans le Londres magique pour avoir leur mot à dire ! En soi, ce n'est pas grave. Tout le monde continue sa petite vie, s'occupe de son quartier, son métier, sa petite vie amoureuse.
Mais à la fin, l'un des trois finira bien par être ministre, mais rien de tout ça ne vous empêchera de vivre votre vie extraordinaire dans le Londres magique !








S.A.U.M.O.N. ϟ 10
ligue des sorciers ϟ 10
l'unité ϟ 20

nés-moldus ϟ 04
sang mêlés ϟ 21
sang purs ϟ 01

femmes ϟ 16
hommes ϟ 24

créatures ϟ 05
hybrides ϟ 06

moldus ϟ 00
cracmols ϟ 03







Cassandre Ollivander ▬ fondatrice
absente ϟ (mp)
Tybalt Burgess ▬ fondatrice
présente ϟ (mp)
Chance Shamrock ▬ modérateur
présent ϟ (mp)
Shasandre Tyllus ▬ modérateur
absent ϟ (mp)
Laertes Harper ▬ modératrice
présente ϟ (mp)
Prince Solus ▬ modératrice
présente ϟ (mp)












3293
4371
3280




LE CHEF DE LA NOUVELLE BRIGADE RÉVÉLÉ


Le projet de Brigade de Surveillance des Créatures et des Hybrides mis-en-place par Ater Bumblebee semble sur le point de voir le jour. Le chef de cette nouvelle Brigade, qui était resté jusque là secret, vient de nous être révélé.
Il s'agit de Mercutio Burgess, trente-huit ans, ancien chef de la Brigade des Aurors. Mercutio Burgess est connu pour avoir perdu dix de ses hommes lors d'une mission d'infiltration qui a mal tourné. Lorsque nous avons tenté d'obtenir ses réactions par rapport à sa nouvelle nomination, il a refusé de répondre à nos questions. Il n'y a plus qu'à espérer que cette nouvelle Brigade ne subira pas le même sort que la précédente.

réagir à l'article ?


















 

Partagez|


Le chant des couleurs ϟ Laertes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas




avatar

Cyriane S. Wolfram
Messages : 31
Date d'inscription : 27/07/2014
Age : 22



Message
20.08.14 14:57
















Le chant des couleurs





Aujourd’hui  Cyriane était de bonne humeur, même de très bonne humeur.  Ce n’est pas tous les jours que son chef l’autorisait à aller faire un mini reportage sur une petite exposition d’art. Bon, on lui avait pas non plus dit qu’elle ferait première page avec son article, ni même qu’il serait publié, mais qu’importe, au moins elle allait pouvoir sortir des bureaux et faire autre chose que du thé ou du café. Sur le moment elle n’avait pas trop compris pourquoi on l’avait envoyée elle, enfin, bon, elle n’allait pas se plaindre de pouvoir enfin se mettre dans la peau d’un journaliste, ne serait-ce que pour quelques heures, c’était déjà très bien.

Pleine d’enthousiasme elle avait préparé ses affaires la veille, dans un petit sac en cuir à bandoulière elle transportait donc un carnet, une plume et de l’encre. Elle n’avait pas eut le temps d’aller acheter une plume à papotte, et à vrai dire, ses investissements pécuniaires du moment étaient surtout dirigés vers l’ameublement de son domicile. L’épuré c’était un style de décoration (si,si elle l’avait lut dans un magasine moldu), mais il ne fallait pas confondre épuré et quasiment vide. Pour l’occasion elle avait même des vêtements plus ou moins classes.

Pleine d’entrain notre journaliste d’un jour s’était dirigée vers les bureaux de la Gazette ou on lui avait donné quelques menus détails (comme le lieu ou devait se tenir l’exposition). Ce qu’elle avait retenu c’est qu’il fallait que son article ne soit pas trop long (environ cent-cinquante mots), pas trop compliqué et décrive l’esprit de l’exposition. En quelques mots, court, clair, net et concis. Et elle devait rendre son (potentiel) article suffisamment tôt pour qu’il puisse (potentiellement) paraitre dans le numéro du lendemain.

Une fois en possession de l’adresse de l’exposition la demoiselle quitta le bâtiment de la Gazette, pour s’y rendre à pied, elle n’était pas très loin des bureaux. En effet celle-ci était nichée dans une maison, située dans une petite ruelle pas non loin de la Place Universelle. Une fois arrivée près de la Fontaine aux vœux, pas très difficile de trouver le chemin. Le seul souci, c'est que la galerie ou avait lieu l'exposition semblait bel et bien déserte. Hmm, ne sachant pas vraiment quoi faire, elle posa la main sur la poignée et la tourna, a sa grande surprise la porte s'ouvrit. Elle s'aventurât dans la bâtisse en pierre dont les murs intérieurs étaient ornés de tableaux.    

« Bonjour, il y a quelqu’un ? »
Personne ne lui répondit. Les seuls mouvements provenaient des tableaux, ne sachant pas vraiment quoi faire et pour tromper son attente  (aussi parce que les toiles attiraient son regard), Cyriane se mit à faire le tour de l’exposition, et s’arrêta devant une toile particulièrement fascinante.










_________________

Merci Shashandre et Prince ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

Laertes Harper
Messages : 80
Date d'inscription : 15/06/2014
Age : 26



Message
21.08.14 13:50

Laertes le sentait, cette fois, ce serait la bonne.

C'était au moins la cinquième exposition à laquelle il participait depuis son installation dans le Londres sorcier, mais pour le moment, personne n'avait semblé voir ses toiles. Le jour du vernissage il restait à côté de ses oeuvres, prêt à répondre à toutes les questions qu'on lui poserait, mais rien, rien de plus qu'un vague coup d'oeil, un froncement de sourcil et hop, plus personne. Mais ce jour-là, Laertes avait reçu un appel dans sa cheminée pour venir à l'exposition. Quelqu'un voulait acheté une de ses peintures ! Ni une ni deux, il avait enfilé sa veste en cuir au-dessus de sa chemise constellée de taches de peinture, et s'était dirigé vers la place universelle - à pied. Il voulait profité de ce clair matin d'août où sa chance allait tourner.

Il arriva à la salle d'exposition et se dirigea d'un pas rapide vers le bureau du gérant. Inspirer. Frapper à la porte. On lui dit d'entrer.

"Monsieur ? Vous m'avez demandé de passer ?"

L'homme leva les yeux de ses papiers, l'air agacé. "Hm ?"

"Vous m'avez appelé ce matin ? vous avez vendu une de mes toiles."

"Hein ? Vous êtes Harper, non ?"

"Oui, c'est moi."

"J'ai rien vendu de vous. Si je vous ai appelé, c'était une erreur." Puis, sans un autre mot, il se replongea dans son travail.

La déception de Laertes était palpable, mais le gérant ne semblait pas s'en soucier. Avec son boulot, il devait en écraser, des rêves de jeunes artistes. Ce n'était pas grave, tentait de se convaincre Laertes. Londres n'était pas prêt pour son art, pas encore… A moins qu'il soit juste incompétent ? Il soupira en sortant du bureau. Personne n'aimait ses toiles, il devait bien y avoir une raison. Mais il ne pouvait pas arrêter de peindre, de toutes façons, c'était impossible, il en mourrait, il en était sûr. Il ne pouvait pas non plus peindre différemment, c'était son âme qu'il transmettait dans ses toiles. Alors, il devait se contenter d'être le mal-aimé de la scène artistique Londonienne.

Il fut surpris de voir quelqu'un dans la gallerie en sortant. Au milieu de la matinée ? Ce devait être une passionnée d'art ! Et… Mais… Elle était devant sa toile ! Sa toile à lui ! Et elle ne semblait pas juste passer devant, elle l'observait. Pour de vrai. Sa toile à lui. Tout de suite, son désespoir fut relégué dans une petite boîte au fond de sa tête, et un petit sourire apparut sur son visage. Elle était devant une de ses toiles préférées. Au centre, une forme ailée noire striée de gris survolait des tâches de couleur bleues et vertes qui s'entremêlaient et se mélangeaient. Laertes se plaça à côté d'elle. C'était une femme très jeune, habillée élégamment.

"Ca vous plaît ?" Dit-il, essayant d'avoir l'air détaché. "Il s'appelle Polymorphose. Euh, moi, je m'appelle Harper. Laertes. Enfin, Laertes Harper. C'est mon tableau. Euh. Ravi de vous rencontrer."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

Cyriane S. Wolfram
Messages : 31
Date d'inscription : 27/07/2014
Age : 22



Message
01.09.14 16:12
















Le chant des couleurs



Cyriane était véritablement captivée par la toile qu'elle avait sous les yeux. Elle avait toujours manifesté un intérêt assez marqué pour l'art en général, en particulier pour la photographie, mais elle n'excluait aucune forme d'art, pas de discrimination ! Elle s'était même intéressée à l'art moldu pendant son temps libre.

Toujours absorbée par les formes qui se mouvaient sous ses yeux. La forme ailée n'était pas sans lui rappeler les oiseaux des temps anciens. Mais si, les prerodatique ptérodactyles. La nuance subtile du bleu et du vert qui s'enlaçaient pour se séparer à l’ infini avait quelque chose d'hypnotisant. La miss n'arrivait pas à détacher ses yeux du tableau. Plongée dans la contemplation de l'œuvre, elle fut sortie de ses pensées par l'arrivée d'une personne à ses cotés.

Réussissant enfin à détourner son attention du tableau accroché devant elle, Cyriane se concentra sur l’individu qui venait de s’installer près d’elle. C’est un homme, pas très vieux, ce qui montrait le plus qu’il était peintre comme il venait de le dire ? Les pans de sa chemise dépassant de sa veste étaient ornées de petites taches de peinture, ça complétais bien son apparence entière en fait. Non pas qu’il avait l’air débraillé ou quoi que ce soit, non,non c’est juste qu’il faisait vraiment peintre. La miss se tourna donc vers Harper, Laertes de son prénom pour lui répondre. C’était à elle de se présenter.

« Pour ne rien vous cacher  j’aime beaucoup votre tableau, il est vraiment très intéressant.  Vous êtes vraiment doué Mr Harper. Au fait, je m’appelle Cyriane, Wolfram. Je suis ici pour la Gazette. Enchantée de faire votre connaissance. »

Le tout étant dit avec un grand sourire plaqué sur le visage et une main tendue en guise de salutation. La reporter d’un jour était heureuse de tomber sur quelqu’un, pendant un instant elle avait crut qu’on lui avait fait une mauvaise blague, que c’était un reportage bidon et qu’il n’y avait personne dans la galerie. Alors oui, c’était tout à fait logique qu’elle soit heureuse de croiser quelqu’un parmi les toiles. Et plus intéressant encore, c’est que cette personne était un peintre, dans quelqu’un de très bien placé pour lui parler de l’exposition en question. Tiens, si elle commençait par ça.

« Je suis ici pour faire un petit article pour la Gazette, pas grand-chose, je suis juste stagiaire, mais hmm, est-ce que vous pourriez me parler un peu de l’exposition ? Si ça ne vous dérange pas, bien sur. »










_________________

Merci Shashandre et Prince ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

Laertes Harper
Messages : 80
Date d'inscription : 15/06/2014
Age : 26



Message
03.09.14 17:26

Une journaliste de la Gazette ? Vraiment ? C'était la toute première fois qu'il était exposé quelque part dont la Gazette allait parler ! Bon, bien sûr, la Gazette était beaucoup trop mainstream pour avoir l'approbation de Laertes pour ce qui était de sa couverture des arts, mais quand même. On allait parler de lui. Enfin, des tableaux qui étaient à côté du sien, plus probablement, soyons réaliste. Mais c'était déjà très excitant. Et du coup, il se sentait un peu coupable d'être si content, après tout il peignait pour l'art, pas pour la gloire. Mais quand même. Peut-être était-ce le premier pas vers la reconnaissance ? Peut-être qu'attirés par l'article, plus de monde viendrait dans la gallerie, et plus de monde verrait son tableau, et il aurait plus de chances d'être apprécié et qu'on parle enfin de son art ! Peut-être que bientôt, l'ère des portraits sans âme serait terminée ! Laertes avait de l'espoir. De nouveau. C'était un peu l'ascenseur émotionnel ce matin-là.

Il sourit à la reporter et, voyant sa main tendue, la lui serra. C'était bien ce qu'il était sensé faire, hein ? Bon, sa main était pleine de tâches de peinture (comme sa chemise) (en pire) mais c'étaient des tâches propres. Il se lavait les mains, quand même. Mais c'était pas facile à faire partir ces trucs-là.

« Euh, enchanté, Miss Wolfram. » Il était bien sensé l'appeler Miss Wolfram, hein ? Ils venaient de se rencontrer, et c'était une journaliste, ils n'allaient quand même pas se donner des petits noms. Mais peut-être qu'elle était mariée, et qu'il était sensé l'appeler Mrs Wolfram, et qu'elle serait horriblement vexée ? Mais elle était jeune encore. Mais ça ne voulait rien dire, après tout. Peut-être que... Respire, Laertes. Be cool. « Vous avez un joli prénom. C'est français ? » Noooon, qu'est-ce que tu fais ! Maintenant elle va penser que tu la dragues ! Pense un peu avant de parler espèce de débile profond !

Cyriane ajouta ensuite qu'elle n'était qu'une stagiaire à la Gazette. On ne lui avait commandé qu'un petit article. Mais un article quand même ! C'était assez pour faire de Laertes une vraie boule de nerfs. Surtout qu'on lui demanda de parler de l'exposition. Or, Laertes aurait pu parler des heures de son tableau et du concept derrière, mais les autres œuvres... On dit bien, quand tu n'as rien de gentil à dire, ne dis rien ? Ben, voilà. Il devrait sûrement se taire. Pas qu'il n'y avait pas de talent dans la galerie, hein. C'était juste que c'était plein de tableaux soit encore très vieux jeu, qui n'auraient pas trop fait tâche dans les couloirs de Poudlard, soit modernes juste pour choquer, des tableaux sans âme, qui ne prenaient pas du tout en compte les leçon que pouvaient nous apprendre les peintre moldus, par exemple. Et il ne voulait pas vraiment être cité dans la Gazette comme un rabat-joie qui n'aimait rien. Après, ce serait impossible de trouver des galeries pour l'exposer !

Il se gratta la tête et regarda autour de lui. La diplomatie, ce n'était pas du tout son truc.

« Eh bien. Cette galerie est connue pour son côté très disparate, des tas de styles différents sont les bienvenus, et beaucoup de jeunes peintres y trouvent leur place. Mais pour vous parler de tout ça, le gérant sera plus efficace que moi. Je trouve quand même que ce qui manque à cette exposition – et à notre génération, en fait – c'est un vrai regard critique sur l'art moldu. Pas tout accepter en bloc, bien sûr, mais pas tout rejeter non plus. Beaucoup de sorciers craignent que s'inspirer des moldus, ce soit dire adieu à notre identité de sorciers, mais je pense que c'est être aveugle que de vouloir garder notre monde enfermé dans son carcan de magie, sans rien voir autour. C'est le mélange des deux cultures – qui existe depuis la nuit des temps – qui fait notre force. C'est ce que j'essaye de réaliser dans mon art à moi, la rencontre des deux mondes, à travers des clins d'oeil, des références plus ou moins évidentes à l'art moldu – surtout la peinture, mais aussi la littérature et la musique. »

Il s'était laissé emporter et avait oublié sa gêne un instant, comme ça arrivait souvent lorsqu'il parlait de quelque chose qui l'intéressait vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

Cyriane S. Wolfram
Messages : 31
Date d'inscription : 27/07/2014
Age : 22



Message
27.09.14 16:09
















Le chant des couleurs





[justify]Ce n'était pas la première fois que l'apprentie journaliste mettait les pieds dans une galerie. Mais a chaque fois il en ressortait la même impression de calme, un endroit ou les parcelles de poussière jouaient dans les rayons de lumière qui se faufilaient par les fenêtres venant se superposer aux œuvres présentées et ça ajoutait toujours un petit coté magique aux œuvres. Après que le peintre lui eut serré la main et que les présentations furent faites, celui-ci lui posa une question. A laquelle elle était bien incapable de donner une réponse.

« Euh, c’est une bonne question, je n’en sais fichtrement rien, mais merci. »

Alors qu’elle venait de le questionner sur l’exposition l’apprentie journaliste se rendit compte de sa bourde. Un artiste préférait certainement parler de son œuvre que de celles des autres. Argh, quelle idiote, elle faisait tout de travers. Il ne fallait surtout pas qu’elle continue comme ça. Aller Cyriane écoute bien ce qu’il va dire, tu trouveras peut être un moyen de te rattraper. Attends, mais il vient bien de parler d’art moldu, oh par le barbe du grand Merlin, enfin quelqu’un qui avait un point de vue différent, nouveau sur l’art sorcier. Merveilleux, et en plus il paraissait vraiment passionné, comme elle pouvait comprendre pourquoi il pensait ça. Elle tenait enfin un moyen d’amener la conversation sur un autre terrain qu’une simple exposition. Et puis, surtout, c’est que le fils de la conversation les menaient dans une direction vraiment intéressante. Reportant son attention sur son interlocuteur l’apprentie journaliste lui répondit donc .

« Votre vision de l’art sorcier est peu orthodoxe Mr Harper, mais je dois avouer que vous n’avez pas tort. Et puis, si c’est pour garder l’art sorcier cantonné dans un carcan ou les œuvres qui sortent un tant soit peu de la définition sorcière de l’art sont décriées, ce n’est pas spécialement intéressant. A ce rythme l’art risque de devenir plus lassant qu’autre chose. Non, il faut trouver le juste milieu entre l’art moldu et sorcier. Et c’est sans doute pour cela que votre tableau est si intéressant, c’est un peu comme si il capturait l’œil quand on passe devant. »

Et tout ce qu’elle venait de dire venait droit du cœur, l’art sorcier manquait cruellement de renouveau. Qui sait, peut être qu’un jour ce Mr Harper serait le porte étendard d’une nouvelle génération de peintres. A que le futur était plein de mystères. Mais pour l’instant concentrons nous sur la réponse que Mr Harper allait lui faire.




_________________

Merci Shashandre et Prince ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

Laertes Harper
Messages : 80
Date d'inscription : 15/06/2014
Age : 26



Message
14.10.14 21:30

Zut. Il l'avait vraisemblablement prise au dépourvu avec sa question sur son prénom, il espérait vraiment qu'elle n'était pas mal à l'aise maintenant. Il était comme ça, Laertes, toujours nerveux quand il s'agissait de parler avec n'importe qui, en fait, mais surtout les femmes, pour une raison qu'il ignorait. Enfin, quand il commençait à mieux connaître les gens, ça allait tout de suite mieux. Et il se prenait à avoir envie de mieux connaître Cyriane. Elle devait être vraiment passionnée pour accepter de faire des reportages sur de toutes petites expositions de peinture comme ça, dans l'espoir de faire de grandes choses plus tard. Ou alors, l'art en lui-même la passionnait, et c'était peut-être encore mieux. En tous cas, elle l'intriguait.

Il tenta de répondre tant bien que mal à sa question sur l'exposition, et se laissa emporter sur sa propre vision de l'art, ce qu'il regretta. Ca n'allait pas du tout l'aider pour son article tout ça. Mais il fut agréablement surpris : loin de le reprendre et de rediriger leur entretien vers la gallerie, elle sembla vraiment intéressée par ce qu'il avait à dire. Elle était même d'accord, en fait. Une journaliste était d'accord avec lui ! Bon, c'était une journaliste stagiaire, une jeunette, à qui on pouvait faire la même critique qu'on lui faisait à lui - d'être une idéaliste, tout ça. Mais ça faisait tellement de bien à Laertes d'entendre ces choses, surtout après le faux espoir qu'il venait d'avoir, qu'il en aurait presque pleuré. Il était sensible, Laertes. Son sourire s'agrandit.

"Vraiment ? Vous pensez ? Ah, ça fait tellement de bien d'entendre ça de la part de quelqu'un de la presse. Sans vouloir vous offenser, votre profession participe beaucoup du surplace que fait l'art depuis des années. C'est un cercle vicieux. Pour être un artiste reconnu, il faut être reconnu par la critique. Pour être reconnu par la critique, il faut faire ce qui est considéré comme de "l'acceptable" art sorcier. Du coup, les bons artistes qui veulent être reconnus se contentent de rester dans les limites imposées, et font même parfois des choses intéressantes, mais toujours limitées, et les critiques n'ont que ces oeuvres sur lesquelles se baser, et du coup leurs attentes restent les mêmes. Mais vous voyez, vous, vous me donnez de l'espoir. Il y a un renouveau parmi les journalistes comme parmi les artistes. C'est à nous, la nouvelle génération, de changer les choses. Connaissez-vous l'art moldu ? Ce serait une merveille si les journalistes de demain - enfin, d'aujourd'hui - s'y connaissaient vraiment en art."

Il faisait déjà des plans dans sa tête pour lui faire visiter le Tate - qui n'était pas très loin, si elle acceptait de prendre le métro. Mais il s'emballait. Il venait à peine de la rencontrer !

_________________
Merci à Shas pour l'avatar ! ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé



Message

Revenir en haut Aller en bas

Le chant des couleurs ϟ Laertes

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PIMENTINE ! :: 
 :: La Place Universelle
-
Vote pour Pimentine parce que tu l'aimes ♥



Et si tu as un soucis, rends-toi sur la F.A.Q. !