Être sorcier dans le Londres magique, c'est vraiment tranquille.
Sauf lorsque trois frères, les Bumblebee, décident de révolutionner le monde magique en proposant trois idées qui s'opposent : révéler les sorciers aux moldus, intégrer les créatures à la société, ou tout laisser en l'état en se méfiant bien des deux autres.

Du coup, tout le monde se sent un peu concerné, surtout lorsque des créatures, des hybrides, des sorciers étrangers et même des moldus débarquent dans le Londres magique pour avoir leur mot à dire ! En soi, ce n'est pas grave. Tout le monde continue sa petite vie, s'occupe de son quartier, son métier, sa petite vie amoureuse.
Mais à la fin, l'un des trois finira bien par être ministre, mais rien de tout ça ne vous empêchera de vivre votre vie extraordinaire dans le Londres magique !








S.A.U.M.O.N. ϟ 10
ligue des sorciers ϟ 10
l'unité ϟ 20

nés-moldus ϟ 04
sang mêlés ϟ 21
sang purs ϟ 01

femmes ϟ 16
hommes ϟ 24

créatures ϟ 05
hybrides ϟ 06

moldus ϟ 00
cracmols ϟ 03







Cassandre Ollivander ▬ fondatrice
absente ϟ (mp)
Tybalt Burgess ▬ fondatrice
présente ϟ (mp)
Chance Shamrock ▬ modérateur
présent ϟ (mp)
Shasandre Tyllus ▬ modérateur
absent ϟ (mp)
Laertes Harper ▬ modératrice
présente ϟ (mp)
Prince Solus ▬ modératrice
présente ϟ (mp)












3293
4371
3280




LE CHEF DE LA NOUVELLE BRIGADE RÉVÉLÉ


Le projet de Brigade de Surveillance des Créatures et des Hybrides mis-en-place par Ater Bumblebee semble sur le point de voir le jour. Le chef de cette nouvelle Brigade, qui était resté jusque là secret, vient de nous être révélé.
Il s'agit de Mercutio Burgess, trente-huit ans, ancien chef de la Brigade des Aurors. Mercutio Burgess est connu pour avoir perdu dix de ses hommes lors d'une mission d'infiltration qui a mal tourné. Lorsque nous avons tenté d'obtenir ses réactions par rapport à sa nouvelle nomination, il a refusé de répondre à nos questions. Il n'y a plus qu'à espérer que cette nouvelle Brigade ne subira pas le même sort que la précédente.

réagir à l'article ?


















 

Partagez|


Smooth afternoon – Edward

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas




avatar

Xavier B. Hallward
Messages : 114
Date d'inscription : 27/07/2014
Age : 24



Message
02.08.14 23:37

Smooth Afternoon
Edward H. Nicolas
feat.
Xavier B. Hallward


 

 



 

 

En raison de son explosion, de sa multiplication, de sa surabondance, l'information se trouve littéralement contaminée, empoisonnée par toutes sortes de mensonges, polluée par des rumeurs, par des déformations, les distorsions, les manipulations. Δ Ramonet


Ce samedi après midi, Xavier obtenait du temps libre depuis longtemps. Il n’avait aucune enquête à poursuivre pour pouvoir en parler à la RITM, il n’avait pas de café surprise chez lui, personne au pallier de sa porte. Encore mieux, il s’était levé à 11 heures, avait eu le temps de prendre un petit déjeuné copieux et de se préparer en prenant son temps. Mais ses pensées avaient toutes été tournées vers un livre lu dans la soirée, pour occuper ses neurones ; sans quoi, il ne trouvait jamais le sommeil. Et il fallait dire que les moldus étaient plein de ressources, et que leur imagination n’avait aucune borne ! Aussi, il lut un livre intéressant sur les vampires. Quoi qu’intéressant était tout à fait relatif, mais s’il ne lui avait pas plus à lui, il plairait surement à l’une de ses connaissances.

Ainsi avait-il transplanté sur le chemin de traverse pour se rendre dans un bar qu’il connaissait assez bien. Et pour cause ! Tout journaliste qui se respecte se doit d’enquêter sur des faits divers, et qui est mieux renseigné sur les rumeurs que la masse populaire ? Le jeune homme avait pris pour habitude d’aller se cacher, d’aller s’assoir et écouter les gens dans un pub particulier ; le chaudron baveur. L’endroit stratégique idéal pour un journaliste : rumeurs moldues comme sorcières y circulaient sans arrêt. Et Xavier avait eu de la chance, il s’y était fait un allié de taille. Un serveur sympa qui l’aidait énormément, il lui devait beaucoup. Les serveurs avaient le potentiel de journalistes, mais il leur manquait du temps. C’était l’avis du sorcier qui, finalement, poussa la porte du lieu.

Un peu macabre, dit-on ? Les vieux sorciers qui y étaient ressemblaient aux sorciers des contes moldus. Beaucoup devaient bien connaitre l’allée des embrumes. C’était sans compter sur le manque de lumière cuisant. Mais l’endroit était sympa, et certaines personnes semblaient sympathiques. Xavier sourit timidement à une personne qu’il connaissait, lui fit un signe de main et alla s’installer au bar, grimpant d’un petit saut sur un des tabourets vides. C’était sympa le bar. Bar où Edward n’était pas. PAS. Pourquoi n’était-il pas là ?! « Bouaaaaarg » ; ceci est une sorte de grognement entre le ton désespéré et blasé, avec une couche de soulagement parce que bordel, il se reposait presque. En même temps, il allongea son bras sur le bar et déposa son front dessus,  puis finit par remonter sa tête pour y laisser son menton, ses yeux fixant les bouteilles qui lui faisaient face. Dire que des gens ne voyaient que par ça. Totalement à l’agonie ce garçon, il aurait presque pu s’endormir sur place. Il laissa son sac rempli glisser de son autre bras et s’écraser à ses pieds.

Il ferma les yeux pour écouter les conversations alentours ; toutes parlaient du dernier scoop, Mercutio Burgess, ancien chef de la brigade des Aurors passé chef de la Brigade de surveillance des hybrides et créatures. L’avis de Xavier était assez mitigé sur cette affaire, mais qu’importe : ce n’était jamais son avis qui comptait pour lui, mais bel et bien celui des autres. Il avait besoin de savoir qui était pour et contre, et de le divulguer à la RITM. L’avantage d’être animateur radio ? Beaucoup de personnes connaissaient sa voix, mais peu son visage, aussi pouvait-il encore enquêter tranquillement, et ce malgré les quelques photos déjà divulguées de lui. Les gens ne s’intéressaient pas à son visage, et tant mieux. Il se laissait bercer par les voix alentours ; toutes partageaient des avis différents ; mais un seul intriguait le jeune journaliste. Celui de Mercutio Burgess lui même, un avis qu’aucun pour le moment n’avait réussi à avoir.

Mais une main sauvage apparut. Il sursauta et se releva d’un coup. Il était sur d’avoir senti une main sur son épaule ! Paniqué, il se retourna, faisant pivoter avec lui le tabouret. En face de lui se trouvait le jeune serveur Edward – Xavier se fit rire tout seule, sa réaction avait été pitoyable. « Salut Ed ! » s’exclama-t-il en passant une main dans ses cheveux, un peu gêné d’être abordé de la sorte. Du moins, d’accueillir quelqu’un de cette façon. Xavier était réellement un boulet en matière de relations sociales. Il lui sourit, se pencha et fouilla dans son sac. « Tu devrais lire ça, un livre moldu. Le personnage s’appelle Edward et c’est un vampire, ça m’a fait penser à toi. J’ai pensé que tu aimerais le lire. ». Et avec un grand sourire, peut-être un peu taquin, peut-être un peu trop innocent, il lui tendit le bouquin – après tout, il ne lui garantissait pas la qualité de la lecture. Twilight. Il priait simplement pour qu’il n’en ait pas entendu parler, et qu’il ne se prenne pas un verre d’eau dans la tête à cet instant précis.
 
© Gasmask



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

Edward H. Nicolas
Messages : 60
Date d'inscription : 27/07/2014
Age : 18



Message
06.08.14 12:16

SMOOTH AFTERNOON FT. Xavier B. Hallward




Tu es assis sur une banquette, près d'une table au chaudron baveur. Une table isolée, dans le fond de la salle, dans la pénombre. Là où peu de gens t'ont remarqué, c'est mieux comme ça. Tu as le regard perdu par la fenêtre, en train de regarder les passants depuis quelques minutes déjà. Tu fais le point, avec le brouhaha des clients qui parlent en arrière-plan.

Qu'est-ce que tu entends ? Un nouveau leader de la Brigade de surveillance des créatures ? Tu n'aimes pas cette idée, tu trouves que la "police" magique, les aurors, suffit amplement. Tu sais que certaines créatures peuvent être dangereuses mais tu sais aussi à quel point les sorciers aussi peuvent l'être. Tu ne penses pas qu'une telle brigade est nécessaire bien qu’il est vrai que tu trouves Ater relativement charismatique.  Tu entends aussi que le nombre de vampires et de demi-vampires a remarquablement augmenté ces derniers temps à Londres. Pourtant tu n'en remarques pas tant que ça, tu aimerais bien croiser un autre de tes confrères un jour, ne serait-ce que par curiosité.

Tu avais passé ta journée  à servir ces sorciers. Tu étais fatigué. Aujourd'hui aucune de tes connaissances ne t'avait rendue visite même si tu avais prié pour que ça arrive, histoire de combler ton ennui. Et puis histoire de rigoler aussi, ça faisait longtemps que tu n'avais plus ris, c'était bien de rigoler non ? Alors tu étais définitivement triste.


Et puis tu reviens en quelque sorte à la réalité. Depuis combien de temps es-tu là, hors de ton poste à divaguer ? Jusqu’ici tu étais en pause, mais combien avait duré celle-ci ? Peut-être un peu trop longtemps, tu n’as pas de montre. Mais tu es en retard, ça tu le sais. Alors tu te lèves de la banquette et tu te diriges vers le comptoir pour reprendre ta position. Et puis là tu remarques cette chevelure brune, avachi. Tu la reconnais, Xavier. Non mécontent de le voir ici, tu poses doucement ta main sur son épaule pour lui signaler ta présence.
Tellement discrètement que tu le fais sursauter. Tu n’es pas très doué pour ça, c’est vrai que tu fais souvent peur aux gens de par ton allure.

EDWARD ● Salut Xavier !


Réponds-tu à ce dernier. Tu retires alors ta main de son épaule aussi lentement que tu l’y avais mise. Relativement embarrassé tu aimerais toi aussi passer ta main dans tes cheveux mais tu n’oses pas le singer. Tu restes donc ici, raide, immobile. Puis ton ainé t’offre un livre, « twilight », tu observes la couverture, te demandant si c’était cet homme ridicule qui était censé s’appeler comme toi. Néanmoins tu ne le connais pas, et pour faire bonne figure tu l’acceptes avec un sourire plus ou moins vrai, après tout un cadeau reste un cadeau et tu étais flatté qu’il te l’offre à toi. Alors toujours avec le même sourire  tu le remercies.

EDWARD ● Merci beaucoup. Dis -moi qu’est-ce que tu viens faire ici ? Tu veux un verre ?


C’était vrai ça, qu’est-ce qu’il venait faire ici ? La plupart du temps quand il lui offrait des cadeaux de la sorte c’était qu’il avait quelque chose à lui demander…  tu n’étais pas tellement contre, ses cadeaux remplissaient de plus en plus ton appartement après tout, s’empilant les uns sur les autres sur une étagère.

Tu t’en retournes derrière ton bar, essayant de faire bonne impression et espérant que ton absence de quelques minutes n’aurait pas été reportée à la vieille gérante du vieux pub. Tu prends appuie sur le comptoir, le coude posé, le menton sur la main et le livre callé sous ton autre bras. Et puis tu bailles, sortant légerement tes canines et poussant un grognement incontrolé.

Tu jettes un rapide coup d’œil sur la fenêtre auprès de laquelle tu étais assis quelques minutes plus tot.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

Xavier B. Hallward
Messages : 114
Date d'inscription : 27/07/2014
Age : 24



Message
13.08.14 21:29

Smooth Afternoon
Edward H. Nicolas
feat.
Xavier B. Hallward


 

 



 

 

En raison de son explosion, de sa multiplication, de sa surabondance, l'information se trouve littéralement contaminée, empoisonnée par toutes sortes de mensonges, polluée par des rumeurs, par des déformations, les distorsions, les manipulations. Δ Ramonet


[justify]Qu’est-ce qu’il venait faire ici hein ? C’était une très bonne question. Xavier était casanier, il était rare qu’il sorte de sa tanière s’il n’était pas tiré par les cheveux, ou si sa vie n’était pas en danger. Maintenant qu’il y pensait, il aurait été tellement bien chez lui, devant un feu de cheminé, un livre et un thé devant ses yeux, avec sa musique en fond. L’idée lui fit pousser un très long soupire et il fit en même temps tourner son siège pour se mettre en face du comptoir, où Edward était allé s’installer. Il y mit peut-être un peu trop de force, parce qu’il du se rattraper au bar pour ne pas faire un tour complet. Il observa les bouteilles d’un air au moins aussi blasé que celui du serveur, cherchant quoi prendre. Xavier n’aimait pas l’alcool – ou très peu, durant les repas de famille, ou les mariages. De simples conventions qu’il respectait par politesse, mais qui lui faisaient souvent très mal au crâne le lendemain. Il avait une constitution faible, de toute évidence. « Vous servez du lait de poule ici ? » Il haussa les épaules. « Sinon un jus d’oeillet ça ira, merci Edward ! Sers toi quelque chose aussi si tu veux, c’est pour moi. » et il sourit en le regardant, mains cachées entre ses deux genoux collés. Dans son manteau kaki délavé trop grand, il avait l’air d’un enfant. Il était bien conscient qu’au fond, il en était encore un – il avait du oublier de grandir du cerveau depuis l’âge de ses quatorze ans.

Mais maintenant qu’il était là, il avait des questions. Plein de questions, sur ses enquêtes inachevées, sur celles où il n’avançait pas, sur celles qu’il entamait. Ses yeux brillèrent de malice quand il vit le verre devant lui. « T’as l’air toujours aussi heureux de bosser ici mec » dit-il d’un air taquin en tapotant avec l’une de ses mains l’épaule du serveur. Edward avait toujours un air un peu blasé, un air un peu mélancolique ; il était pourtant quelqu’un d’agréable et gentil, du moins du point de vue de l’animateur radio. « Tu devrais prendre un jour de congé tu sais » conseilla-t-il gentiment. Xavier se demandait comment le vampire voyait son avenir, s’il était ambitieux, s’il visait un métier précis. Mais il n’osait pas demander, peut-être parce qu’ils n’étaient pas assez proches. Mais il le ferait, un jour, plus tard ! Mais qu’importe, il était temps de passer au choses sérieuses. « J’ai une mission pour toi ». Il attrapa une Gazette laissée à l’abandon par un client précédent à côté de lui et l’emmena devant lui. Le gros titre ne parlait que de l’affaire actuelle, Mercutio Burgess en chef de la Brigade d’Ater Bumblebee. Ce même Mercutio qui avait foiré une mission qui avait causé la mort de plusieurs aurors, et l’handicap de son propre frère. Ce même Mercutio qui refusait de se prononcer sur sa situation.

Et ce n’était pas une bonne chose. Les nouveaux dirigeants devaient se faire connaitre, savoir se montrer et parler: dire ce qu’ils en pensent, comment ils gèreront le monde. C’était ainsi — un nouveau président, comme ministre, devait discourir quelques minutes après son élection. Cela rassurait les peuples et leur promettait un meneur de taille. Le fait que ce garçon n’ait rien dit sur son nouveau poste inquiétait Xavier, bien qu’il n’en dit rien. Il doutait des compétences de l’homme, comme certainement 70% de la population. Ses yeux se plongèrent dans le regard d’Edward, yeux brillants d’une curiosité maladive.


« Il faut que tu m’aides à rentrer à Sainte Mangouste » expliqua Xavier. « Je dois rencontrer Tybalt Burgess, pour la bonne cause. » continua-t-il en tapotant de son index le gros titre de la Gazette. Il ne se rendait pas réellement compte de ce qu’il demandait ; pour lui, c’était une information, un passage secret, un moyen unique d’accéder aux chambres des malades qui ne voulaient voir personne. Bref, un plan de journaliste en béton quoi. Mais voilà, quand on demande de l’aide pour aller à l’hôpital, ce n’est jamais une très bonne idée. Quoi qu’il avait un dernier plan de secours, si jamais rien n’était possible… Avez-vous entendu parler de ce garçon qui s’est fait écraser par le Magicobus ? C’est dans ces moments là qu’il regrettait de ne pas être un animagus et d’espionner facilement. Il ne lâchait pas son sourire niais de garçon innocent, de garçon content. Parce que Xavier était toujours content. Même s’il aurait été mieux chez lui et qu’il ne pouvait toujours pas expliquer sa présence ici. Sa vraie raison. Celle de base, vous savez.

 
© Gasmask




Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

Edward H. Nicolas
Messages : 60
Date d'inscription : 27/07/2014
Age : 18



Message
18.08.14 10:10

Tu t'affaires derrière le comptoir, ouvrant les armoires derrière toi pour trouver ce qu'était un "jus d'œillet", tu n'en avais jamais servi auparavant. Quand tu mets finalement la main dessus tu chopes un verre qui traine pas loin et tu le remplis, le posant ensuite devant ton interlocuteur. Quant à toi tu te sers un verre de bieraubeurre et tu ranges les deux bouteilles rapidement. Tu fais venir un tabouret à toi en le tirant avec ton pied et tu t'assieds devant Xavier, remettant ton menton dans ta main. Tu as les yeux a moitié fermé et le regard qui divague, tu aimerais dormir à ce moment même, mais la journée ne semblait pas prête de finir, le temps aussi d'ailleurs semblait avoir décidé de passant à une lenteur assommante.

Et puis Xavier t'interpelle, alors tu déportes ton regard vers lui et sa bouille d'enfant. C'est touchant qu'il s'intéresse à toi tant que ça, tu l'aimes bien Xavier il est sympa... Alors tu lui réponds simplement.

Ouais tu peux pas savoir à quel point... T'as raison, je devrais prendre du repos, peut-être un jour.

Et tu esquisses un léger sourire pour la forme, même si tu sais très bien qu'il est feint, tu essayes quand même. Enfin Xavier finit par te dire ce qu'il était réellement venu chercher, une "mission".
"Sans blague ?" te dis-tu mentalement, à lui tu ne lui dis rien, tu attends seulement qu'il crache le morceau et qu'il te dise ce qu'il voulait vraiment, lorsque ses yeux se plongent dans les tiens tu le regarde plus intensément encore. Et finalement il te l'annonce. Tu soupires brièvement et tu lèves le regard vers le plafond sans vraiment faire attention à ce qu'il t'indiquait sur le journal. Des idées fleurissent déjà dans ta tête, certaines plus farfelues que d'autre mais enfin sans pour autant détacher ton regard du plafond tu lui réponds.

Je sais pas trop... Le polynectar, tu peux aussi escalader les murs avec un sort si tu en as le cœur...
Mais quelque chose te préoccupe un peu, alors tu rajoutes rapidement avec un légère grimace sur la bouche.

Tu sais j'ai pas plus d'idée qu'un autre pour ça... Je suis désolé, si t'étais venu me voir pour ça ...

Tu ne lui demandes pas plus d'information sur son projet, ça ne t'intéresse pas tant que ça, en revanche tu ne comptes pas non plus le laisser partir, la seule personne venue te voir aujourd'hui. Sans préavis tu reprends son verre pourtant seulement à moitié vide et tu le remplis à ras-bord.

C'était pas tout ce que tu voulais me dire si ? ...
Lances-tu sur un ton presque suppliant.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

Xavier B. Hallward
Messages : 114
Date d'inscription : 27/07/2014
Age : 24



Message
22.08.14 14:06

Smooth Afternoon
Edward H. Nicolas
feat.
Xavier B. Hallward


 

 



 

 

En raison de son explosion, de sa multiplication, de sa surabondance, l'information se trouve littéralement contaminée, empoisonnée par toutes sortes de mensonges, polluée par des rumeurs, par des déformations, les distorsions, les manipulations. Δ Ramonet


Il commença à rire à l’annonce du polynectar. C'était même un fou rire. L'avantage du rire, c'est que c'est contagieux. Non, vraiment, pas le polynectar, tout sauf ça. Ses souvenirs de Poudlard resurgissait tel un vomis de licorne. Mort de rire, il se cacha derrière ses deux mains. « Non vraiment, pas le polynectar » décréta-t-il entre deux rires. Il avait été un élève brillant, dans certainement beaucoup de matières – mais les potions ne faisaient pas parties de ses plus grands exploits. Il ravala ses rires avec une gorgée de jus d’oeillet. « La dernière fois que j’ai voulu en… boire enfin, en prendre, euh… en utiliser, je me suis retrouvé bloqué dans la salle commune des Gryffondors. C’était… Et bien euh… Enfin… Un peu comme quand tu trouves un gnome dans ton jardin ahahah. Ils m’ont tous regardé avec des yeux ronds, et euh. Ils m’ont dit, enfin il y avait un élève que j’aimais pas, il me… tapait dans l’épaule tout le temps, Baxter. Il était terrifiant ! En bref, il m’a dit. » il prit une voix soudain plus grave, et plus menaçante, plus méchante, arquant ses sourcils en mode sévère. « Hallward ! TOI ?! Tu vas voir ! » Il rigola et reprit sa voix normale. « Et j’ai vu ahahah. C’est un terrible souvenir » avoua-t-il en rigolant. Il tira ses manches pour couvrir ses mains. « J'ai pas su le gérer. C'est à cause du manque de temps, ça m'empêche de faire tout ce que je veux faire. Et je le fais quand même, même quand j'ai pas le temps. Du coup... C'est euh... Et bien enfin... T’as déjà essayé, toi ? » Il n’était jamais à l’aise dès qu’il s’agissait de parler, et le montrait par divers petits signes distincts. Pourtant, il aimait bien ça, parler. C’est juste qu’il était totalement naze pour le faire. Il se racla la gorge et commença à faire tourner son verre dans l’une de ses mains. « Ouais. Les souvenirs de Poudlard. » Il leva ses yeux vers le jeune vampire et sourit. Il haussa les épaules quand il lui fit remarquer qu’il n’avait pas d’autres idées. « J’avais peur que tu veuilles me casser un bras ou m’envoyer un sortilège un peu flippant dessus » avoua-t-il avant de rire et de boire une nouvelle gorgée.

Si son problème n’était pas réglé, il comprenait bien qu’Edward avait peu d’idées en la matière. Dommage, il faudra absolument qu’il trouve une solution à son problème. L’avis de Mercutio Burgess le passionnait plus qu’il ne le fallait. Il faut dire que le garçon avait de la chance ; lui faisait des choses qui le passionnaient. En réalité, chaque histoire, différente, l’intéressait, le poussait à en savoir plus. Il vivait de passion, il était passion. Des groupes de musiques aux dernières nouveautés, il tenait cette qualité de son père. Si ça lui faisait faire des folies, s’il en devenait barge au point de mettre sa vie en péril, il aimait ce qu’il faisait, et ne voyait jamais le temps passer. Contrairement au vampire en face de lui. C’était peut-être son air pâle qui donnait cet effet, mais il s’ennuyait. Du moins apparemment. Il n’avait rien à faire ici, ne semblait même pas aimer l’endroit. Enfin, c’était les observations de Xavier. Il voyait aussi l’air désespéré de ce dernier lorsqu’il lui demanda s’il comptait rester ou pas. Il avait du temps à perdre, de toute façon. Il n’avait pas sa solution miracle pour aller se promener dans les couloirs d’un hôpital, mais il pourrait au moins rester pour lui tenir compagnie. C’était rare de sa part.

Il était maladroit, même avec ses amis. Il ne les contactait jamais lui-même. Trop casanier, trop bien dans sa tanière. Il les oubliait même parfois; il fallait qu’on apparaisse par poudre de cheminette chez lui pour qu’il se souvienne de leurs existences. Pourtant, il les aimait, ses amis. Il en était proche, il ne les trahirait pour rien au monde. Il était quelqu’un de chaleureux Xavier, il était aimant. Mais il avait simplement ce côté trop passionné qui le poussait à constamment penser à autre chose. Même les filles le larguaient à cause de ça; il ne pouvait pas se concentrer une semaine sur ses relations humaines ; il fallait toujours que des problèmes environnants l’intéressent plus. Il avait essayé de changer, pourtant. Mais sa vie était devenue bien trop triste, il avait même perdu le gout de lire les journaux ; ça lui rappelait qu’il pourrait faire des choses tellement plus intéressantes. Il avait cédé, avait disparu une nouvelle fois dans sa passion. On lui pardonnait pourtant ; il restait un ami de confiance, et quelqu’un de sympathique, qui rigolait de tout et surtout, de lui.

« Ne t’inquiètes pas, j’vais pas te laisser tout seul ici » concéda Xavier, soudain pris d’empathie. La voix qu’il avait utilisé avait été très aigue, Il rigola. « C’est vraiment le pire endroit que tu pouvais trouver. En plus la gérante est terrifiante ! Avec ton talent, tu pourrais être, raaaaah je sais pas » il aspira sa lèvres inférieure et bougea sa tête de droite à gauche, les yeux rivés vers le plafond en cherchant une idée. « Un super dresseur de dragon ! » continua-t-il en écartant ses mains, comme si c’était évident. Il rigola. « Fais pas cette tête je rigole ! Maiiiiis… » continua-t-il en arborant un petit sourire taquin. « J’suis sûr que t’as un talent ! Tiens, t’aimes quoi dans la vie ? » demanda Xavier avant de boire dans son verre, sans lâcher les yeux du vampire ennuyé. « Y a bien un truc qui te passionne nan ? » rajouta-t-il de sa voix un peu cassée, un peu posée, un peu timide, pas assez forte.

 
© Gasmask



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé



Message

Revenir en haut Aller en bas

Smooth afternoon – Edward

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PIMENTINE ! :: 
 :: Le Chemin de Traverse :: Le Chaudron Baveur
-
Vote pour Pimentine parce que tu l'aimes ♥



Et si tu as un soucis, rends-toi sur la F.A.Q. !