Être sorcier dans le Londres magique, c'est vraiment tranquille.
Sauf lorsque trois frères, les Bumblebee, décident de révolutionner le monde magique en proposant trois idées qui s'opposent : révéler les sorciers aux moldus, intégrer les créatures à la société, ou tout laisser en l'état en se méfiant bien des deux autres.

Du coup, tout le monde se sent un peu concerné, surtout lorsque des créatures, des hybrides, des sorciers étrangers et même des moldus débarquent dans le Londres magique pour avoir leur mot à dire ! En soi, ce n'est pas grave. Tout le monde continue sa petite vie, s'occupe de son quartier, son métier, sa petite vie amoureuse.
Mais à la fin, l'un des trois finira bien par être ministre, mais rien de tout ça ne vous empêchera de vivre votre vie extraordinaire dans le Londres magique !








S.A.U.M.O.N. ϟ 10
ligue des sorciers ϟ 10
l'unité ϟ 20

nés-moldus ϟ 04
sang mêlés ϟ 21
sang purs ϟ 01

femmes ϟ 16
hommes ϟ 24

créatures ϟ 05
hybrides ϟ 06

moldus ϟ 00
cracmols ϟ 03







Cassandre Ollivander ▬ fondatrice
absente ϟ (mp)
Tybalt Burgess ▬ fondatrice
présente ϟ (mp)
Chance Shamrock ▬ modérateur
présent ϟ (mp)
Shasandre Tyllus ▬ modérateur
absent ϟ (mp)
Laertes Harper ▬ modératrice
présente ϟ (mp)
Prince Solus ▬ modératrice
présente ϟ (mp)












3293
4371
3280




LE CHEF DE LA NOUVELLE BRIGADE RÉVÉLÉ


Le projet de Brigade de Surveillance des Créatures et des Hybrides mis-en-place par Ater Bumblebee semble sur le point de voir le jour. Le chef de cette nouvelle Brigade, qui était resté jusque là secret, vient de nous être révélé.
Il s'agit de Mercutio Burgess, trente-huit ans, ancien chef de la Brigade des Aurors. Mercutio Burgess est connu pour avoir perdu dix de ses hommes lors d'une mission d'infiltration qui a mal tourné. Lorsque nous avons tenté d'obtenir ses réactions par rapport à sa nouvelle nomination, il a refusé de répondre à nos questions. Il n'y a plus qu'à espérer que cette nouvelle Brigade ne subira pas le même sort que la précédente.

réagir à l'article ?


















 

Partagez|


Know your enemy || Ft. Velma

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas




avatar

Cepheus A. Garrott
Messages : 44
Date d'inscription : 27/07/2014



Message
31.07.14 2:37



Cepheus dans une bibliothèque c’était comme Merlin au parc aquatique : affreusement rare et horriblement étrange. Avec son allure d’habituel égaré, ses cheveux en bataille, ses mains dans les poches de son pantalon aux drôles de motifs de canards roses, il avait plutôt l’air d’un castor en fugue qu’un rat de bibliothèque.
S’il était ici, en fait, c’était parce que le dernier volume de sa bande-dessinée magique favorite venait de sortir et qu’il était un peu trop pauvre en ce moment pour se l’offrir.
Vous voyez, le loyer, le nomnom, les potions pour garder ses cheveux flamboyants et tous les autres trucs plus futiles… Ça lui mangeait la majeure partie de ses paies (voire toutes).

L’air nonchalant, il déambulait dans la bibliothèque, le pas léger et presque gambadant. Sagement,  le roux s’arrêta devant le comptoir des nouveautés. Laissant le bas de son corps droit, il pencha le haut pour observer l’étagère de plus prêt (vous voyez, la pose drôlement exagérée qu’ils prenaient parfois dans les dessins animés).
Du bout de son doigt, il tapota chaque livre avec attention. « Pas lui… Non plus… Du tout… Voilà! » qu’il finit par s’exclamer en murmurant, le sourire aux lèvres. Sans perdre de temps, il tira la bande dessinée d’entre deux gros bouquins qui ne l’intéressaient pas plus qu’un cadavre de mouche.
Avec la curiosité tactile d’un gosse, il flatta la couverture du bouquin. Elle était en relief, donc c’était drôle! Elle ne bougeait pas et ça l’attristait un peu. Mais bon, on faisait avec ce qu’on avait.  Ça ne voulait pas dire que le livre était mauvais pour autant.

Remarquant que d’autres gens attendaient pour mieux voir l’étagère (ce qu’il trouvait bizarre puisqu’avec sa taille, il ne devait pas cacher grand-chose), il se poussa et tourna les talons pour aller envahir une table quelconque.
En chemin, il feuilletait la bande dessinée. Non sans manquer d’éclater de rire à la première blague pourrie. Se retenir était une sage décision, puisque son rire était parfois semblable à celui d’un vieux cochon ou toutes autres comparaisons animales peu gracieuses. C’était particulièrement horrible.
Il ferma finalement le bouquin, ne comptant pas se spoiler le reste avant d’être bien installé. Et comme il n’avait pas vraiment envie d’attendre pour lire le reste, il déposa le bouquin à plat dos sur la première table venue.  C’était une belle grande table vide sans personne pour le déranger. Parfait!
Il s’en alla pour s’asseoir dans ce bout de paradis, mais son regard capta furtivement quelque chose qui troubla grandement son pauvre cerveau. Étrangement, il n’était pas sûr de vouloir lever la tête pour confirmer son doute. Donc Cepheus  se contenta de s’asseoir calmement pour le moment.
Et puis, il se trompait peut-être. Ce qu’il pensait avoir vu était particulièrement flou, donc bon. Il ne lâcha cependant pas le morceau aussi facilement.

Qu’est-ce qu’il avait fait pour mériter ça ?
Bon merlin… Le roux redressa son livre pour pouvoir se cacher le visage derrière.  Il  leva un peu les yeux pour regarder autour. Il avait raison... Son cœur manqua un battement et le sang ne fit qu’un tour. Il avait soudainement trop chaud.
Sur le coup du stress, il ne tarda pas de se pencher un peu plus pour se cacher un peu mieux de l’ennemie.
De l’ennemie Velma.

« Oh, merde… »
Il fixa avec désespoir une case de sa bande-dessinée. Une case qui, à son grand malheur, le fit rire comme un phoque.
Subtilité : nulle.
La vie : 1 Cepheus : 0







|| «Know Your Enemy» ||
Ft. Velma


_________________
'Cause baby you're worth it
So don't act like it's a bad thing to fall in love with me Cause you might fuck around and find your dreams come true with me Spend all your time and your money just to find out that my love was freeSo don't act like it's a bad thing to fall in love with me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité


avatar

Invité



Message
01.08.14 14:37

Velma avait une journée de libre ; chose rare, et il était d'autant plus rare qu'elle n'en profite pas pour travailler sur un dossier en cours. Mais aujourd'hui, bien qu'elle se balade comme d'habitude avec de la paperasse dans son sac, elle était venue à la bibliothèque pour se distraire. C'était nécessaire, de temps en temps. En plus, lire c'était une activité respectable pour les gens cultivés, tout ça - oui, même quand on lit des bouquins de Liselotte Granger ou des mangas moldus tout pourris. Elle s'était découvert un certain goût pour ce type de littérature mais ne vous attendez pas à la voir lire un manga en public. Elle les achetait dans des librairies moldues avec une écharpe et un chapeau pour ne pas qu'on la reconnaisse et les rangeait dans un carton au fond de son armoire. Question d'honneur.

Bref, après avoir déambulé un peu dans les rayons, elle choisit un livre qu'elle n'aurait pas honte de lire en société. Bon, Ernest Hemingway était moldu mais il écrivait d'excellents bouquins - après tout ce n'était la faute de personne (et surtout pas celle de Velma !) si certains bons écrivains étaient nés sans une goutte de sang sorcier dans les veines ! Elle considérait que lire Pour qui sonne le glas était dans tous les cas plus respectable que de lire le dernier volume de Gintama. Mais elle allait quand même emprunter un ouvrage sorcier en plus de celui-là. Elle alla chercher Les vampires : comment s'en protéger ? un peu plus loin puis se mit en quête d'une table.

Elle ne mit pas très longtemps à trouver ce qu'elle cherchait. Un grand sourire s'imprima sur son visage et elle s'avança à pas vifs vers la table de son rouquin préféré.

Elle tira une chaise et s'assit en face de lui avant de déposer ses livres sur la table, souriant toujours en attendant qu'il se rende compte de sa présence. Cela ne prit pas beaucoup de temps. Tu ne peux pas te cacher, Cepheus, je suis là, je te vois et je ne vais pas te laisser tranquille. Niark niark.

- Mon amour, tu n'es pas petit au point de réussir à te cacher derrière ce livre, je suis désolée. C'est malpoli en plus.

Pour appuyer ses dires, elle attrapa la bande dessinée (qui faisait partie d'une série que Velma aimait bien d'ailleurs, mais qu'elle rangeait dans son carton de lectures honteuses sorcières, juste à côté de son carton de mangas) et la tint au-dessus de la tête de Cepheus pour qu'il puisse regarder son magnifique visage en face. Et de près - elle s'était penchée sur la table pour pouvoir lui prendre sa cachette.

- Alors, quoi de neuf ? Ca fait un moment qu'on s'est pas vus, je vais finir par croire que tu m'évites !
Revenir en haut Aller en bas




avatar

Cepheus A. Garrott
Messages : 44
Date d'inscription : 27/07/2014



Message
01.08.14 19:55



Cepheus avait envie de pleurer. Vraiment.
Tout ce qu’il voulait, c’était un après-midi tranquille pour décrocher un peu du boulot, pour décrocher un peu de lui-même. Mais voilà qu’il se trouvait avec Velma dans les pattes. Oh, Merlin, quelle connerie avait-il fait pour que le karma se retourne contre lui de cette façon ?
Il savait qu’il aurait dû lire son horoscope ce matin. Sincèrement.
Quand il attendit la chaise en face de lui grincer contre le sol, il savait que son arrêt de mort était signé. Qui d’autre viendrait s’asseoir en face de lui alors qu’il y avait encore plein de tables libres ? Le roux avait envie de ne faire qu’un avec la table, de refaire sa vie dans le bois luisant. De ses doigts, il serra le bouquin fortement, comme s’il  allait lui servir de bouclier invincible.

Or, comme on n’était jamais mieux servi que par soi-même, le fidèle-pas-si-fidèle compagnon se laissa kidnapper par l’ennemie sans chigner. Le damoiseau n’avait donc aucun autre choix que de lever la tête et de regarder la fille  en lui lançant un regard du genre «Rendez-moi Lucien ou je vais devoir vous tuer.»
Regard qui l’abandonna aussi vite que Lucien-le-bouquin. Cepheus  n’avait pas pu s’empêcher de tirer une tête de cinquante pieds de long suite à la remarque de Velma.

Genre wow! C’était qui elle pour critiquer sa glorieuse taille ?
Il n’était PAS petit. Il était format mignon,  simplement!
Et puis, ce «mon amour». Il avait envie de lui recracher au visage. Il détestait quand on l’appelait comme ça. Tout comme «mon petit» ou «mon enfant» ou «mon chaton». En fait, tout ce qui commençait par «mon». Ça le rendait exécrable.
Garrott fronça les sourcils, les joues mi-gonflées pendant quelques secondes. Avec toute la sincérité du monde, il avait l’air d’un hamster à qui on avait arraché les dents de sagesse.
«T’es laide et je prends pas plaisir à te le rappeler, hein !»
Qu'il lança en murmurant.

Sagement, il étira son bras pour lui tapoter la joue. S’il n’avait pas plus de self-control, il lui aurait probablement claqué une gifle. Mais comme il n’avait pas de bonnes raisons de le faire, il valait mieux se retenir, oui. Tout de suite après, il agita la main devant le visage de la fille genre «décampe, décampe», accompagnant son geste d’un grand sourire sarcastique.  

Du neuf ?
« Oooh. Pas grand-chose, crois-moi. Juste une petite maladie mortelle transmissible par la voie respiratoire, genre…  »
Non, en fait, il n’était pas du tout malade. Mais il avait le fin espoir que cette fausse excuse la ferait fuir loin et, surtout, pour très longtemps.
Lentement, il secoua la tête.
«La rhinopharyngite, qu’on appelle ça. J’en ai plus pour longtemps, les soins magiques font rien sur moi. Tu devrais peut-être t’éloigner d’un bon six cent mètres, on sait jamais.»
Une rhinopharyngite ou le nom compliqué pour désigner un rhume… Cepheus, si l’autre le savait, tu venais de t’enfoncer vraiment très profondément.

Sans attendre, il récupéra de force le bouquin que Velma lui avait enlevé. Il ne perdit pas de temps non plus  pour le rouvrir à la page où il était rendu.  L’instant d’une minute ou deux, le roux tenta de se concentrer sur sa lecture, mais c’était littéralement une mission impossible. La présence de l’autre le faisait monter d’un rouge de simili-rage. Ça l’emmerdait, ça l’énervait, ça l’irritait. Il avait étrangement l’impression que l’air était maintenant quatre fois plus lourd. Cepheus lâcha un léger grognement avant de lever la tête.
«Tu pars pas ? J’veux bien croire que t’as pas d’amis, mais là…»
Il roula des yeux.





|| «Know Your Enemy» ||
Ft. Velma


_________________
'Cause baby you're worth it
So don't act like it's a bad thing to fall in love with me Cause you might fuck around and find your dreams come true with me Spend all your time and your money just to find out that my love was freeSo don't act like it's a bad thing to fall in love with me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité


avatar

Invité



Message
02.08.14 20:58

Le sourire de Velma s'agrandit. Cepheus serait presque adorable quand il s'énervait ainsi, s'il n'était pas moche et roux. Pas qu'elle ait quelque chose contre les roux en général, mais ça aggravait le cas de Cepheus. Pauvre garçon. Il n'avait rien pour lui.

La main de Cepheus ne la fit pas bouger, loin de là ; ses paroles non plus. Eh, si elle était venue à cette table, c'était purement pour l'embêter après tout, elle n'allait pas être virée aussi facilement. Elle agita tranquillement le livre de son ami de toujours au dessus de sa tête.

Une rino... quoi ? Il essayait d'utiliser des mots compliqués pour l'impressionner, maintenant. Si c'était grave ou pas, elle n'en savait rien, elle doutait juste que Cepheus en soit vraiment atteint. Il avait l'air en pleine santé. Bien que trop petit, certes. C'était peut-être la maladie qui bloquait sa croissance ?

- Si tu avais une maladie aussi grave tu me cracherais dans la figure et tu m'embrasserais pour être sûr que je l'attrape, pointa-t-elle.

Elle le laissa reprendre son livre sans trop protester - maintenant, elle avait son attention de toute façon - et se laissa retomber au fond de sa chaise. Elle serait bien restée à fixer Cepheus à quelques centimètres de lui mais cette position était inconfortable à la longue. Elle croisa les bras et le regarda. Le détailla. Nota ses petits coups d'oeil furtifs au-dessus de la bande dessinée. Il n'allait pas mettre longtemps à craquer et à lui reparler. De toute façon, Velma avait tout son temps.

- Tu sais Cepheus, bien que tu persistes à vouloir me repousser, je sais qu'au fond tu m'adores. Et c'est pour faire plaisir à ce subconscient que je resterai à tes côtés.

Après un instant de réflexion, elle ajouta.

- Et puis je me suis découvert un fétichisme des petits.

Ils avaient eu cette conversation tellement de fois ; Velma était obligée d'aller chercher des explications louches pour ne pas se répéter. Son vis-à-vis ne faisait pas le moindre effort, par contre. Toujours dégage, pourquoi tu me parles, je suis pas petit, etc. Pfeuh.
Revenir en haut Aller en bas




avatar

Cepheus A. Garrott
Messages : 44
Date d'inscription : 27/07/2014



Message
04.08.14 20:14



«On calme les fantasme, ma grande. »
Le roux haussa un sourcil malgré sa grimace qui voulait tout dire.. L’embrasser pour lui transmettre une maladie grave ? Du tout. DU TOUT. Il n’était pas con comme ça. Du moins, pas encore. S’il avait vraiment été malade et qu’il aurait voulu contaminer Velma, il s’y serait pris vraiment plus subtilement. De façon à ne pas finir à Azkaban, disons. Genre une enveloppe louche. Ou un gâteau dans lequel il aurait toussé. Vous voyez le genre.
Avec l’air de quelqu’un qui ramassait un caleçon usagé qui ne lui appartenait pas, Cepheus tapota la tête de la blonde comme on le faisait à un enfant dont on était fier. Il hocha lentement la tête l’air de dire «désolé te t’avoir brokoroisée».

« Pffft! Pis j’suis Merlin tant qu’à y être ? J’veux bien croire que j’suis masochiste quand j’veux, mais y’a quand même des limites, on s’entend!»
Le roux s’empressa de fermer son bouquin (il n’avait plus la tête à lire, que ce soit le derrière d’une boîte de céréales sorcières ou sa bande dessinée préférée).  Avec exaspération, il se laissa tomber  pour s’appuyer contre le dos de sa chaise, croissant les bras contre son torse trop plat de damoiseau. Quelques secondes, il regarda ailleurs pour se calmer un peu. Cepheus savait qu’il avait la mèche extrêmement courte, comme une chandelle en solde pour défaut de fabrication, et qu’il valait peut-être mieux éviter d’éclater s’il voulait encore avoir accès gratuitement à ses bédés favorites.
Oh que s’il avait eu l’argent pour toutes les acheter, il se serait fait un plaisir d’hausser le ton au maximum et de faire l’engueulade du siècle à la pauvre tarte en avant de lui.

De plus en plus irrité, le roux roula des yeux. Si on portait un peu plus attention, on pouvait entendre Cepheus grommeler. Sincèrement, il avait en ce moment l’air d’un drôle de mélange entre un enfant de cinq ans insatisfait de ses cadeaux et un hamster frustré de la vie. Pathétiquement comique.  Un fétichisme des petits ? Sérieusement ? Et puis quoi, après, une attirance sexuelle envers les baguettes en bois de chêne ?
Oh. Finalement, il avait l’impression que l’instant allait être de plus en plus drôle. Une petite lueur d’amusement, passant inaperçue à cause de son air irrité trop imposant, naquit dans ses iris bleus.
Soupirant et toujours en regardant ailleurs (pas envie de voir la tête de ce troll, sincèrement), il s’étira pour écraser violement le pied de la miss.

« C’est drôle, hein, moi ça m’excite de salir tes chaussures. Pauvre petite chose. »
Qu’il lança d’un ton mi-riant, mi-méprisant, le tout accompagné d’un petit coup de tête style hochement tout-à-fait provocateur. Oui, elle l’embêtait. Oui, sa présence était pire qu’un poison. Mais bon Merlin qu’il aimait embarquer dans ce genre de disputes.
Cepheus était un être désagréablement étrange.
Il attendait avec impatience de voir la contrattaque de la miss (contrattaquer à quoi, sincèrement ? À sa stupidité ? ). Miss à laquelle il souriait d’un air horriblement fendant.

Let the game begin.





|| «Know Your Enemy» ||
Ft. Velma


_________________
'Cause baby you're worth it
So don't act like it's a bad thing to fall in love with me Cause you might fuck around and find your dreams come true with me Spend all your time and your money just to find out that my love was freeSo don't act like it's a bad thing to fall in love with me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité


avatar

Invité



Message
11.08.14 13:56

Ah, son roux préféré commençait à se défendre. Le sourire de Velma revint en force : c'était quand même plus distrayant quand il y mettait un peu du sien. Elle s'installa confortablement au fond de sa chaise et continua à le fixer. Il semblait réfléchir à ce qu'il allait lui faire. Son visage était fortement agacé, comme à chaque fois qu'il parlait à Velma en fait ; elle se demandait si elle verrait jamais une autre expression chez Cepheus. Ënfin, à part son expression moqueuse, son expression désespérée, et son expression "Velma ? Où ça ? Non, moi je suis concentré sur mon livre, je vous assure".

Quelque chose qui appuyait sur sa chaussure. Elle poussa un petit cri et dégagea rapidement son pied. Elle croisa sa jambe sur l'autre et jeta un regard noir à Cepheus. Il avait tellement peu d'inspiration qu'il était obligé de recourir à la violence ? Quel homme. Et nous passerons sous silence les maintes fois où Velma avait profité de la petite taille de Cepheus - mais surtout dans sa jeunesse, soyons clairs. Les deux jeunes gens avaient de longues années de haine derrière eux et Velma avait déjà tout expérimenté.

- Les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas, je comprends. Tout le monde a des fantasmes bizarres - et le fait que tu aies des fantasmes me concernant me plaît assez. Mais tu dois canaliser tes émotions négatives pour en faire quelque chose de positif. Je connais une bonne adresse de cours de yoga si tu veux, lui dit-elle d'un ton compatissant tout en posant sa main sur la sienne.

Oui, parce que ses chaussures appréciaient moyennement.
Revenir en haut Aller en bas




avatar

Cepheus A. Garrott
Messages : 44
Date d'inscription : 27/07/2014



Message
11.08.14 15:25



Oh, oh, oh, intéressant !
En sentant le regard que posait l’autre sur sa petite personne rousse, il considéra son initiative comme réussie. Un drôle de sourire carnassier fendit son visage : Cepheus, normalement, ne prenait pas souvent plaisir à la douleur ou à la honte des autres, mais avec Velma c’était différent. Très différent.
Fier de son coup, il croisa ses bras sur la bande-dessinée fermée (et accessoirement sur la table). Du bout des doigts, le roux pianota sur le bois vernis. Il trouvait le petit bruit qui en découlait horriblement énervant, mais paradoxalement ça le détendait.

Cepheus Abbott Garrott était maintenant dans son petit monde mental : celui où il dominait tout. Où il mesurait cinquante mètres de haut. Où il n’avait plus besoin de se montrer « méchant » pour s’imposer. Bien qu’on ne  pouvait lire dans ses pensées à moins d’être légilimens, on pouvait avoir des doutes sur son état d’esprit en remarquant l’air béta qui avait remplacé son sourire carnassier. Or, cette idylle psychologique n’était pas  là pour restée : quand l’invasion extraterrestre se posa sur sa main, arrêtant ainsi le pianotement, la bulle éclata en un  « PAF! » mental qui réveilla Cepheus de sa lune temporaire.

Le jeune homme fronça les sourcils et plissa les yeux, lançant un regarde réprobateur à l’étrangère-de-territoire-corporelle. Vivement, il dégagea sa main de sous la sienne.
Non, mais, elle était qui pour oser toucher sa MAJESTUEUSE (genre MA-JES-TU-EUSE) personne ? Avec un dédain bien véritable, même pas un peu caricatural, il frotta ses doigts sur la main « infectée » pour faire genre « OUACHOUACHBACTÉRIIIIES ».
C’était limite si sa détresse psychologique ne se sentait pas à travers ses iris bleus.
« Ça va pas me toucher comme ça !?  Ta laideur doit être hyper contagieuse! »

Garrott leva rapidement la tête, reprochant visuellement beaucoup de choses à la miss. En passant du posage de patte sur la sienne à la création de l’humanité toute entière.  Qu’elle pose son coude sur une miette de pain, celle-là!
En bon gamin qu’il était, il s’étira pour tirer les deux joues de la mademoiselle. Après tout, il était déjà infecté par la Velmarythe. Un jour ou l’autre il allait bien finir par passer à la phase finale, alors un tirage de joue n’allait pas le tuer.

« Pour en revenir à tes dires, blondasse, tu te méprends carrément. Mes fantasmes sont à l’intention de tes chaussures et non de ta simplette personne ! »
Lâchant les joues de la demoiselle, il agita un doigt dans les airs genre « je détiens la clé de la vérité ». Et puis, il hocha lentement la tête.
« Donne-moi ton adresse pour ton machin de yoga, sans problème, et en échange,  je te donnerais l’adresse de mon gym magique. Parce que, que tu le veuilles ou non, j’ai l’impression que tu commences à avoir un muffin top. Et c’est pas très, très, classe. »

En fait, il ne savait pas son état physique, il n’y portait pas attention. Même qu’il s’en fichait, à vrai dire.




|| «Know Your Enemy» ||
Ft. Velma


_________________
'Cause baby you're worth it
So don't act like it's a bad thing to fall in love with me Cause you might fuck around and find your dreams come true with me Spend all your time and your money just to find out that my love was freeSo don't act like it's a bad thing to fall in love with me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité


avatar

Invité



Message
29.08.14 12:35

Spoiler:
 

Sa laideur, contagieuse ? C'était l'hôpital qui se foutait de la charité. Au moins, elle n'était pas rousse, elle. Oui, c'était mesquin de se moquer des roux. Ce n'était pas leur faute si leur âme avait été sacrifiée à Satan à la naissance. (Velma avait l'impression que sa discrimination envers les roux s'était accentuée depuis qu'elle connaissait Cepheus. Quelle idée d'être insupportable lorsqu'on possède une telle chevelure, il ne contribuait pas à redorer l'image du peuple roux.)

- Ne t'inquiète pas, ta laideur ne peut pas vraiment s'aggraver. Seul un troll pourrait te faire de l'effet à ce niveau. Tiens, un contact avec un troll pourrait peut-être te faire grandir ? ajouta-t-elle.

Elle soutint le regard incendiaire de Cepheus. S'il avait pu la tuer avec ses yeux, il l'aurait fait. Dommage pour lui que ses pouvoirs de rouquin sataniste ne soient pas encore arrivés à maturité. Il fallait attendre l'âge adulte pour ça.

Par réflexe, elle donna une tape sur une des mains de Cepheus qui tirait ses joues.

- Et c'est à moi que tu dis de ne pas te toucher ?

Cepheus, je sais que tu n'es pas l'être le plus intelligent de la création, mais je m'attendais tout de même à un peu plus de logique de ta part.

La jeune femme observa ses chaussures avec un regard critique. De petits talons verts vernis. De très jolies chaussures, elle comprenait qu'on puisse fantasmer dessus.

- Tu veux les essayer ? Le vert te va très bien. J'accepte tes fantasmes, ne sois pas timide.

Elle imaginait bien Cepheus avec des chaussures à talons. Et une jupe. S'il était une fille, sa taille serait quand même moins ridicule.

Le commentaire sur sa forme physique lui passa à plusieurs kilomètres au dessus de la tête. Elle passait son temps à faire du sport : avec son métier, c'était obligatoire. Et elle n'avait pas de problème avec son corps.

- Alors là, il faudra trouver autre chose pour m'attaquer. Je suis à peu près sûre que je fais plus de sport que toi.
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé



Message

Revenir en haut Aller en bas

Know your enemy || Ft. Velma

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PIMENTINE ! :: 
 :: La Place Universelle :: La bibliothèque nationale des sorciers
-
Vote pour Pimentine parce que tu l'aimes ♥



Et si tu as un soucis, rends-toi sur la F.A.Q. !