Être sorcier dans le Londres magique, c'est vraiment tranquille.
Sauf lorsque trois frères, les Bumblebee, décident de révolutionner le monde magique en proposant trois idées qui s'opposent : révéler les sorciers aux moldus, intégrer les créatures à la société, ou tout laisser en l'état en se méfiant bien des deux autres.

Du coup, tout le monde se sent un peu concerné, surtout lorsque des créatures, des hybrides, des sorciers étrangers et même des moldus débarquent dans le Londres magique pour avoir leur mot à dire ! En soi, ce n'est pas grave. Tout le monde continue sa petite vie, s'occupe de son quartier, son métier, sa petite vie amoureuse.
Mais à la fin, l'un des trois finira bien par être ministre, mais rien de tout ça ne vous empêchera de vivre votre vie extraordinaire dans le Londres magique !








S.A.U.M.O.N. ϟ 10
ligue des sorciers ϟ 10
l'unité ϟ 20

nés-moldus ϟ 04
sang mêlés ϟ 21
sang purs ϟ 01

femmes ϟ 16
hommes ϟ 24

créatures ϟ 05
hybrides ϟ 06

moldus ϟ 00
cracmols ϟ 03







Cassandre Ollivander ▬ fondatrice
absente ϟ (mp)
Tybalt Burgess ▬ fondatrice
présente ϟ (mp)
Chance Shamrock ▬ modérateur
présent ϟ (mp)
Shasandre Tyllus ▬ modérateur
absent ϟ (mp)
Laertes Harper ▬ modératrice
présente ϟ (mp)
Prince Solus ▬ modératrice
présente ϟ (mp)












3293
4371
3280




LE CHEF DE LA NOUVELLE BRIGADE RÉVÉLÉ


Le projet de Brigade de Surveillance des Créatures et des Hybrides mis-en-place par Ater Bumblebee semble sur le point de voir le jour. Le chef de cette nouvelle Brigade, qui était resté jusque là secret, vient de nous être révélé.
Il s'agit de Mercutio Burgess, trente-huit ans, ancien chef de la Brigade des Aurors. Mercutio Burgess est connu pour avoir perdu dix de ses hommes lors d'une mission d'infiltration qui a mal tourné. Lorsque nous avons tenté d'obtenir ses réactions par rapport à sa nouvelle nomination, il a refusé de répondre à nos questions. Il n'y a plus qu'à espérer que cette nouvelle Brigade ne subira pas le même sort que la précédente.

réagir à l'article ?


















 

Partagez|


trinquons mes jolies, yoho — ft. Edward

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas




avatar

D. Arès Nazarth
Messages : 36
Date d'inscription : 27/07/2014
Age : 22



Message
30.07.14 14:13






EDWARD

TRINQUONS MES JOLIES
YOHO YOHO


Arès était un bon vampire.
Arès soupira, étalé de tout son long sur le comptoir du magasin, vide à l'heure actuelle. Il lança un coup d'oeil rapide à la pendule accrochée au mur avant de soupirer une nouvelle fois, une plainte pitoyable sortant de ses lèvres. Il posa ses yeux sur le reste de la boutique, glissant sur les fauteuils inoccupés aux étagères bien remplies. Il regarda une nouvelle fois l'horloge, ses yeux pétillant un bref instant remarquant l'avancée fulgurante de la grande aiguille — une minute de passée. Il était environ vingt-deux heures quarante-neuf et personne n'avait passé la porte depuis deux bonnes heures. Pour le dire simplement ; Arès s'ennuyait comme un rat mort, enterré, déterré, autopsié puis brûlé depuis trois millénaires environ. Après une demi-seconde à regarder une mouche voler, il se décida à se bouger. Il n'allait pas se laisser moisir ici alors qu'il y avait tellement de choses intéressantes à faire dehors. Se levant d'un bon, il alla tourner la pancarte accrochée à la porte, notifiant à ses peu probables derniers clients que la boutique était fermée et qu'il était sorti faire quelques courses « urgentes ».

Ricana sombrement, il se recoiffa sommairement devant sa vitrine avant de s'enfuir tel un voleur, fermant néanmoins à clé, il ne fallait pas pousser mémé dans les orties. D'un pas presque sautillant, il s'engagea dans l'Allée des Embrumes, observant le monde autour de lui avec un grand sourire. À cette heure de la nuit, il y avait encore moins de trafique dans cette sombre rue et ce n'était pas ici qu'il allait trouver de quoi le divertir. Continuant sa marche, il fut prit d'une illumination aussi soudaine que sauvage, cavalant sur les plaines vertes et inoccupées de son cerveau. Il tourna une fois à droite, deux fois à gauche. Il revint sur ses pas et tourna sur lui-même une demi-douzaine de fois avant d'arriver à destination.
Pourtant il y venait souvent, on pouvait simplement dire qu'Arès avait un très mauvais sens de l'orientation, et ce n'était rien de le dire. Avec une classe digne des plus grand dandy des films moldus qu'il avait regardé intensément l'été passé lors de sa semaine de congé, il rentra dans le Chaudron Baveur, d'un pas souple et aéré — on est un vampire swaggy, ou on ne l'est pas. Dans le cas d'Arès, la question était en droit de se poser, mais étant passablement ennuyé, il avait préféré faire une entrée digne de son rang.

Il n'y avait pas grand monde à cette heure de la nuit, quelques clients somnolant devant leur mug de bierre-au-beurre ou encore quelques habitués tardifs qui discutaient dans un coin. Son regard accrocha une silhouette bien connue. À pas de loup, il s'approcha de sa victime avant de sauter sur son dos, l'entourant dans un câlin sauvage et spontané, plaçant son menton sur le haut du crâne du pauvre serveur.


— « Edward ! »  

Il le libéra d'un mouvement souple, évitant la confrontation tout en lui offrant un grand sourire, faisant briller ses canines et autres dents à la lumière diffuse de l'auberge. Ses doigts glissèrent sur les joues du pauvre jeune homme avant de les tirer non sans douceur — délicatesse by Arès.

— « Tout baigne ? T'as la pêche ? La patate ? La pomme-prune-poire ? »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

Edward H. Nicolas
Messages : 60
Date d'inscription : 27/07/2014
Age : 18



Message
31.07.14 9:01

Aujourd'hui avait été éprouvant pour toi, tu avais passé tout ton début de journée dans ton lit, volets fermés et lumières éteintes comme la loque de (demi) vampire que tu étais. C'était épouvantable, tout ce soleil, cette chaleur... Il y avait de quoi faire une crise !

La fin d'après-midi n'en avait pas été meilleure. Tu t'étais rendu au boulot un peu trop tôt, emportant donc avec toi un parapluie en tentant de te protéger de ce soleil qui semblait vouloir s'accrocher pour te faire chier jusqu'au bout. Dans ta tête tu priais le dieu de la pluie – s'il en existait un – de bien vouloir exaucer tes prières et de rendre ce foutu monde un peu plus beau avec un orage divin. Mais personne ne semblait avoir entendu ton appel. Tu passais alors ta soirée à servir des gens inutiles, des gens qui tu ne connaissais pas et qui ne te connaissaient pas de toute façon.

Mais maintenant la totalité des clients servis, tu n'avais plus rien à faire. Il était rare qu'à cette heure de nouveaux clients se pointent, alors il ne te suffisait plus que d'attendre que ceux-ci aient fini puis de nettoyer leurs restes. Et tu attendais, tout sage ! Là, debout, les yeux fixant une chaise depuis un bon quart d'heure, immobile. Sur cette chaise il y avait eu un client quelques minutes plus tôt mais il avait très vite fuit sous ce regard persistant... Si seulement tu avais pu faire pareil pour tous les autres clients... Mais tu étais sûr que la vieille gérante du chaudron baveur t'en aurait tenu rigueur, alors tu n'avais pas essayé.

... Et là tu te prends la peur de ta vie, tu sens des bras et des pieds s'agripper à toi. Alors surpris, déboussolé, tu ne comprends pas tout de suite et tu donnes des coups dans le vide derrière toi, essayant de détacher ce parasite. Finalement c'est lui qui se détache tout seul, précautionneusement, tu te tournes vers lui et tu vois ce visage que jamais tu n'aurais cru autant aimer voir. Ce visage long et perfide, et puis cette voix à glacer le sang, non finalement tu n'étais pas tellement sûr d'aimer le voir.

- Arès ! Lances-tu, répondant à son exclamation à lui.

Tandis que cette première vague de gentillesse s'efface, lui il contorsionne le visage sans vergogne, tirant tes joues dans tous les sens possibles. Tu lui lances alors un regard tueur en plissant les yeux et à ton tour tu sors tes canines, poussant un léger feulement. Pour le repousser tu poses ton doigt sur sa joue, et tu appuies sur son visage pour le pousser aussi loin que tu peux. Et puis tu arrêtes.

-Je m'ennuyais justement...  Dis-tu en passant une main dans tes cheveux.

Tu pointes un doigt accusateur sur le vampire qui te fait face.

-Tu viens faire quoi ici ? Tu me stalkes c'est ça ? Ça t'amuses ?!
Soudainement tu te tiens le dos, c'est qu'il t'as fait mal avec ses conneries celui-là. En faisant comme une vieille personne tu courbes ton dos et tu marches à petits pas trainants vers une chaise. Et le spectacle ne faisait que commencer.

-Oh Arès tu me brises le cœur en même temps que le dos !

Soupires-tu en posant l'autre main sur ton front, jouant la comédie. C'était une bonne excuse pour aller te reposer à une table après tout...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

D. Arès Nazarth
Messages : 36
Date d'inscription : 27/07/2014
Age : 22



Message
12.08.14 18:54






EDWARD

TRINQUONS MES JOLIES
YOHO YOHO



Arès cligna des yeux très rapidement tel un hibou prit d'une crise d'épilepsie. Il n'avait plus vraiment l'habitude du comportement de son cadet préféré — il y avait exactement 54 personnes qui entraient dans cette catégorie, ce qui était un privilège en soit. Être affabulé de ce titre dans l'esprit dérangé de ce vampire en particulier pouvait être synonyme d'une grande affection de sa part. Affection qui va se paire avec une mordillement d'oreille totalement spontané. À force de boire du sang en poches — merci à heatus, ses instincts étaient un peu chamboulés et il se devait de compenser avec ce qu'il y avait sous la dent, aka quelques oreilles et mollets sauvages passant par là.
Alors on pouvait dire que malgré son air de chouette sous acide, Arès était plutôt content. Il faut dire que ça faisait longtemps qu'il n'était plus passé voir Edward — trop occupé à roupiller la journée et à vadrouiller une fois la nuit tombée. Pourtant l'hybride était follement amusant — surtout lorsqu'il était fatiguée, il devenait presque grognon, c'était trognon. Certains auraient pu dire qu'il jouait avec le feu, mais il préférait se dire qu'il ne prenait jamais de vrai risques ; personne ne voudrait faire de mal à une bouille pareille. Enfin. C'est ce qu'il croyait avant qu'Edward enfonce violemment son index dans sa tendre et imberbe joue, le poussant loin de lui comme un mal propre ! Il agita ses bras dans l'air de façon inutile avant de se rendre, faisant un pas en arrière pour s'éloigner de ce doigt de malheur. Malheureusement, Edward n'en avait pas fini avec lui, pointant le même doigt juste sous son nez — il allait le gober s'il continuait ainsi.


— « Tu viens faire quoi ici ? Tu me stalkes c'est ça ? Ça t'amuses ?! »  

Un ricanement de contentement sorti de ses lèvres ourlées pour l'occasion, laissant apercevoir à quiconque sa dentition parfaitement alignée, brossée avec application midi et soir — le sang donne mauvaise haleine que voulez-vous. Et avant qu'il ne puisse répliquer, Edward fit sa drama-queen, apportant une main à son front tout en déclamant — de façon très maladroite si vous voulez l'avis d'Arès, quelques mots à la volée.

— « Mooh. Eddy, tu ressembles à Pépé Gégé ainsi, l'âge se fait sentir ? »

Sourire moqueur. Oeillade complice. Il lui prends le bras pour l'amener vers unes des tables dégagées, la gérante ne vas pas lui en vouloir de prendre soin de son employé non ? Il se sent d'humeur joueuse ce soir, il faut croire que ces heures passées dans la boutique à ne rien faire ont titillés son âme d'enfant — comme s'il n'agissait pas comme un bambin de cinq ans constamment. Sur le chemin vers leurs nouveaux sièges attitrés, son regard sanglant posé dessus suffisant à l'afficher comme sa propriété pour les heures à suivre, Arès se tourna vers Edward et pencha la tête sur le côté, ses yeux glissant sur son torse.

— « Tu as mal au kokoro ? Tu veux un bisou magique ? »

Sans vraiment laisse le temps au demi-vampire de réagir, il s'arrêta pour se pencher, posant ses lèvres sur l'endroit désigné — le côté gauche de sa poitrine avant de partir en un grand rire satisfait. Plusieurs têtes se tournèrent vers leur duos et bien vite elles se désintéressèrent, retournant à l'activité follement plus intéressante du vidage intensif de verre. Gloussant telle une dinde de Thanksgiving, Arès s'éloigna rapidement — pour ne pas dire en sautillant telle une princesse Disney, vers leur table. Il s'installa en tailleur sur sa chaise, attendant l'arrivée imminente de son serveur vampirique préféré.






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

Edward H. Nicolas
Messages : 60
Date d'inscription : 27/07/2014
Age : 18



Message
16.08.14 17:11

Ton comportement semblait avoir amusé le vieux vampire qui était venu te voir ce soir. En même temps c'était exactement pour ça que tu avais agis ainsi, il fallait que tu te divertisses un peu pour oublier le reste. Lorsque celui-ci avait même émis un petit ricanement tu avais lancé un regard joueur en sa direction. Alors quel ne fut pas ton plaisir lorsque tu constatas qu'il entrait dans ton jeu, prononçant cette simple phrase signifiant que cette petite scène ne faisait visiblement que commencer.

"Oui c'est l'âge, c'est dire... Même moi du haut de mes 20 ans ne suis pas aussi bien conservé que toi du haut de tes... Mais t'as quel âge au fait ?"

Ça t'intriguait réellement, Arès avait l'allure d'un vampire relativement expérimenté (même s'il avait le physique d'un jeune homme) mais il ne semblait pas mentalement plus élevé qu'un enfant de 10 ans. C'était vraiment énigmatique, et même très étrange. Ce fut alors avec plaisir que tu te laissas entrainer, tiré sauvagement par le bras, jusqu'à l'une des tables proche du comptoir. Qu'il était brusque ce rustre ! Pensas-tu, te faisant légèrement rire toi-même. Pensée qui fut immédiatement balayée lorsque celui-ci prononça une phrase de plus, LA phrase.

Tu le laissais se pencher sur toi et t'embrasser à l'endroit où était logiquement situé ton cœur, cette action de la part du vampire te fit rire un peu plus encore, gloussant fort, une main devant la bouche.

"Arès..." Arrives-tu seulement à prononcer dans l'hilarité de la situation.

Tu rougis même lorsque tu t'aperçois enfin que de nombreux yeux de la clientèle sont rivés sur vous, te coupant dans ton élan. Figé, avant même d'arriver à hauteur de la table tu te penches par-dessus le comptoir pour récupérer un verre plein de tu-ne-sais-pas-quoi qui trainait là histoire d'offrir à boire et tu t'en retourne vers ton petit brun qui t'attend sagement, assis comme un enfant à la table. Tu lui tends alors le grand verre rempli d'un liquide rose et tu t'installes à ses coté.
Et tandis qu'il commence à siroter tranquillement, tu lui lâches de but en blanc, un grand sourire aux lèvres.

"Ne crois surtout pas que c'est offert par la maison, tu vas le payer ce verre..."

Attendant la suite, la tête posé dans une main, tu pokes même finalement ton ainé à la joue, l'empêchant de boire et le provoquant simplement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé



Message

Revenir en haut Aller en bas

trinquons mes jolies, yoho — ft. Edward

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PIMENTINE ! :: 
 :: Le Chemin de Traverse :: Le Chaudron Baveur
-
Vote pour Pimentine parce que tu l'aimes ♥



Et si tu as un soucis, rends-toi sur la F.A.Q. !