Être sorcier dans le Londres magique, c'est vraiment tranquille.
Sauf lorsque trois frères, les Bumblebee, décident de révolutionner le monde magique en proposant trois idées qui s'opposent : révéler les sorciers aux moldus, intégrer les créatures à la société, ou tout laisser en l'état en se méfiant bien des deux autres.

Du coup, tout le monde se sent un peu concerné, surtout lorsque des créatures, des hybrides, des sorciers étrangers et même des moldus débarquent dans le Londres magique pour avoir leur mot à dire ! En soi, ce n'est pas grave. Tout le monde continue sa petite vie, s'occupe de son quartier, son métier, sa petite vie amoureuse.
Mais à la fin, l'un des trois finira bien par être ministre, mais rien de tout ça ne vous empêchera de vivre votre vie extraordinaire dans le Londres magique !








S.A.U.M.O.N. ϟ 10
ligue des sorciers ϟ 10
l'unité ϟ 20

nés-moldus ϟ 04
sang mêlés ϟ 21
sang purs ϟ 01

femmes ϟ 16
hommes ϟ 24

créatures ϟ 05
hybrides ϟ 06

moldus ϟ 00
cracmols ϟ 03







Cassandre Ollivander ▬ fondatrice
absente ϟ (mp)
Tybalt Burgess ▬ fondatrice
présente ϟ (mp)
Chance Shamrock ▬ modérateur
présent ϟ (mp)
Shasandre Tyllus ▬ modérateur
absent ϟ (mp)
Laertes Harper ▬ modératrice
présente ϟ (mp)
Prince Solus ▬ modératrice
présente ϟ (mp)












3293
4371
3280




LE CHEF DE LA NOUVELLE BRIGADE RÉVÉLÉ


Le projet de Brigade de Surveillance des Créatures et des Hybrides mis-en-place par Ater Bumblebee semble sur le point de voir le jour. Le chef de cette nouvelle Brigade, qui était resté jusque là secret, vient de nous être révélé.
Il s'agit de Mercutio Burgess, trente-huit ans, ancien chef de la Brigade des Aurors. Mercutio Burgess est connu pour avoir perdu dix de ses hommes lors d'une mission d'infiltration qui a mal tourné. Lorsque nous avons tenté d'obtenir ses réactions par rapport à sa nouvelle nomination, il a refusé de répondre à nos questions. Il n'y a plus qu'à espérer que cette nouvelle Brigade ne subira pas le même sort que la précédente.

réagir à l'article ?


















 

Partagez|


absynthe ✧ digital love

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas




avatar

Absynthe Bridgestone
Messages : 37
Date d'inscription : 28/07/2014



Message
29.07.14 22:57


Absynthe Leonard Bridgestone
I'm a grenade and at some point I'm going to blow up, so I would like to minimize the casualties, okay ?


Âge ϟ 27 ans
Nationalité ϟ Anglais
Origine ϟ Sang-mêlé
Emploi ϟ Infirmier assistant à Poudlard
Ancienne maison & école ϟ Gryffondor, Poudlard
Lieu de vie ϟ Poudlard Il squatte chez papa-maman au Bourg la Fantasque ou chez des amis en-dehors des heures de travail.
Date de naissance ϟ 23 septembre 1987
Groupe ϟ Unité

Son avis sur la situation du Londres magique ϟ Absynthe, c'est le genre de personne pas trop perturbée par ce qui l'entoure, principalement parce qu'il s'occupe de ses problèmes avant de se mêler de ceux des autres. Et aussi parce qu'avoir l'air détaché ça vous donne l'impression de maîtriser la situation - alors que pas du tout. Déformation professionnelle. En parlant de profession, quand on demande à Absynthe de se prononcer sur ses penchants politiques, il dit Heatus Bumblebee, parce qu'il faut toujours soutenir le patron.








Caractère
Tu sais ce que tout le monde aime ? Le clafoutis.


Absynthe Bridgestone n'aime pas le clafoutis, mais ça c'est une longue histoire. Absynthe aime des tas de choses, quand même. L'hiver à Poudlard, les cafés le matin, les plages britanniques, sa trop grande famille, les gâteaux de sa mère, les pétards mouillés du Dr. Flibuste, le vieux rock et les émissions de la RITM. Et puis des tas d'autres choses que l'on devrait abandonner en grandissant, comme les farces et attrapes, les bièreaubeurres aux Trois Balais, les longs fou-rires et les promesses d'enfants. Mais en le voyant comme ça, la seule chose qu'on lui accorderait, c'est le sommeil, ou la discrétion. Il n'a pas l'air très intéressant, avec le peu d'effort qu'il fait pour se sociabiliser, et pas très drôle, à toujours faire une tête d'enterrement. Il lui arrive de sourire, mais c'est tellement crispé que ça a l'air de le blesser. Et peut-être que ça lui fait mal, en effet.

Son humeur semble toujours osciller entre la fatigue et l'exaspération. C'est vraiment dommage qu'il ait l'air aussi peu avenant, mais il ne fait aucun effort dans le sens contraire. Il prend très peu soin de lui et son allure de grand épouvantail sombre le rend un peu effrayant. Parlez-lui et il ne fera rien pour relancer la conversation. Il vous écoutera à peine, l'esprit ailleurs, allant jusqu'à froncer les sourcils si la discussion s'éternise. Il n'a pas l'air très content de parler aux gens, en fait il n'a pas l'air content tout court. Tout le temps.

Mais il suffit de faire attention aux détails pour se rendre compte que ce n'est pas exactement ça. Il a la démarche rapide des gens pressés, les gestes maladroits des catastrophes ambulantes, le regard fuyant des gens stressés et les mots des grands timides. Il croise les bras quand on lui parle et se balance d'avant en arrière sur ses pieds comme s'il se retenait de partir en courant. Il vous regarde rarement dans les yeux et baisse les siens quand il n'a plus rien à dire. Il écoute d'une oreille attentive mais garde ses histoires pour lui et son humour, plus extravagant qu'on ne le pense, enfermé à double-tour. S'il se mord la lèvre ou grimace à vos blagues, c'est que son rire est coincé trop profondément dans sa gorge, et son estomac trop serré pour laisser la gêne s'envoler. Absynthe ne déteste pas les gens, au contraire. C'est un assistant infirmier très gentil et très à l'écoute malgré des maladresses qui lui valent une triste réputation dans les couloirs de Poudlard - une réputation tout à fait méritée. Pourtant Absynthe ne veut de mal à personne, non. Il est content d'aider du mieux qu'il le peut, et tout en étant méfiant ou réticent au premier abord, il reste une personne altruiste et loyale. Il était à Gryffondor et, même s'il considère que son courage s'est fait la malle avec sa naïveté dix ans plus tôt, il lui reste assez d'aplomb pour ne pas laisser sa culpabilité le ranger dans un coin pour s'oublier. Retenir ses sourires, déballer timidement sa gentillesse et sa patience, c'est vraiment le moins qu'il puisse faire dans la vie de tous les jours. Il a encore trop peu de courage pour éviter les gens, mais vraiment, il ne les déteste pas. Il a juste peur. Peur d'une trop grande maladresse, parce qu'elle pourrait bien l'achever, celle-là.





Histoire
Là, on est au sommet du gouffre.


On n'aurait jamais dû emménager dans ce quartier. C’est vraiment n’importe quoi, ici.

La maman d’Absynthe avait les sourcils froncés et la moue réprobatrice, comme à chaque fois qu’elle regardait au-dehors. Avec ses cheveux noirs, sa peau mate et ses yeux sombres, c’était fou ce qu’elle ressemblait à son fils. Mais c’était le papa d’Absynthe qui avait légué sa tignasse ébouriffée à tous leurs rejetons.

─ Maëva, ça aurait été bien, reprit-elle, inquiète.

Elle avait un accent qui venait du sud, quelque part près de la mer. On l’imaginait bien vivre au milieu de maisons blanches et de palmiers, mais c’était à Londres qu’elle avait décidé de faire sa vie, entre son ciel gris et pollué et sa pluie qui faisait vraiment comme chez elle. Dans ses quelques moments de romantisme exacerbé, elle disait toujours que c'était son mari qui illuminait sa vie avec son sourire rayonnant - et les garçons Bridgestone grimaçaient, dégoûtés. Absynthe avait déjà deux frères quand ses parents s’étaient installés au bourg la fantasque. C’était que la famille s’agrandissait un peu vite pour leur petit appartement quatre pièces. Ici, le quartier avait tout pour plaire : des espaces verts, une bonne entente entre voisins, des animations tout l’été…

─ Tu te rends comptes, Hael, ils se jettent dans des feux !
─ C’est anticonformiste, chérie. Tu dis toujours que tu aimes l’anticonformit… les choses pas banales.
─ Oui, mais enfin, de là à élever des enfants ici… C’est un peu trop fantasque.


Hael Bridgestone haussa un sourcil peu convaincu devant Galwen et Duncan, les deux aînés, qui faisaient déjà des concours de dragées surprises avec les enfants des voisins. Ces deux-là n’avaient pas attendu de déménager pour être « anticonformistes ». Absynthe gazouilla dans son berceau, et il était tellement mignon que sa mère se dit, pendant un instant, que lui au moins ne serait pas fantasque du tout. Mais juste pendant un instant.

Absynthe était en effet un enfant très mignon. Et comme tous les gamins un peu mignons, il le savait. Petit, il s’en servait pour amadouer sa mère lorsqu’il faisait une bêtise, se réfugier dans ses jupes quand ses aînés l’embêtaient, et avoir la plus grosse part de gâteau parce que « il était en pleine croissance, tu vois ». Mais ça lui valait aussi de se faire pincer les joues trois fois plus fort par ses tantines, les gros bisous baveux de mémé Bridgestone et les moqueries de ses frères quand il faisait pleurer les filles « parce qu’il ne comprenait vraiment pas pourquoi elles venaient l’enquiquiner, d'abord ». Comme la fois où il avait poussé une fille par terre parce qu’elle voulait jouer au docteur mais qu’elle n’avait pas de bobos.

─ Je voulais juste qu’elle ait un bleu, tu vois, pour faire plus réalistique !

Sa mère aurait dû savoir, ce jour-là, que le petit Absynthe n’était pas fait pour travailler dans la médicomagie. Mais on ne fait pas toujours ce qu’on veut dans la vie. Ou ce que les autres veulent. Bref.
Ce qu’Absynthe préférait à cet âge-là, à part pousser les filles qui l'enquiquinaient, c’était faire des blagues. D’ailleurs il ne voulait pas devenir infirmier, lui, il s’en fichait un peu de jouer au docteur. Trop compliqué. Pas assez drôle. Il voulait un magasin de farces et attrapes. Avec deux aînés vachement plus grands et bruyants que lui, il avait vite compris que sa bouille d’ange ne rivaliserait pas bien longtemps. Sans compter l’arrivée de ses petites sœurs, qui accaparaient toute l’attention de ses parents. Être l’enfant du milieu, quelle galère ! Heureusement qu’il avait un don pour faire des blagues, parce qu’il pouvait déclencher un vrai branle-bas de combat dans toute la maisonnée et attirer instantanément l’attention de tous les autres occupants sur lui. Il développait son imagination débordante et apprenait à courir. Vite. Il ne comptait plus les punitions, mais il se sentait très fier de faire son intéressant. Ses parents le comprirent et finirent par ne plus relever aucune de ses frasques, ce qui est très frustrant quand on a huit ans et qu’on a passé toute la matinée à astiquer le sol de la cuisine de bombabouse, pour se voir accabler d’un « oh, très drôle Absynthe, tiens voici une serpillière ». C’est pour ça qu’il était très content de recevoir sa lettre pour Poudlard. Là-bas, au moins, on ne le connaissait pas. Pas encore, héhéhé.

Don't you know, I met my first love at thirteen ?


Le jour du départ, il promit à ses soeurs qu’il leur garderait une place sur le banc de sa maison. Il ne savait pas trop où il allait aller, mais Galwen était à Gryffondor et Duncan à Poufsouffle, ça ne pouvait pas être si terrible. Serdaigle éliminée - fallait vraiment avoir un cerveau intelligent, et Absynthe n’en avait que pour faire rire - et Serpentard de même au vu de ses ambitions peu développées, il s’en allait sans se soucier de la décision du Choixpeau. Ce serait forcément chouette. En plus, il avait une baguette en ventricule de coeur de dragon, si c’était pas la classe !

─ Ramènes-moi un bout de toilette, demanda Gabrielle.

Leur maman la gronda en lui demandant comment une petite fille de six ans pouvait bien dire une chose pareille, et de ne pas donner des idées à Absynthe. Ce dernier échangea un regard entendu avec ses frères. À cette époque-là, il n’y avait pas qu’une cérémonie de répartition, il y avait aussi un rite de passage chez certaines volées, et Absynthe espérait y échapper. Duncan avait dû se promener avec un veracrasse toute une semaine et Galwen, eh bien… une cuvette était apparemment accrochée au-dessus de son lit à Poudlard. Absynthe avait bien envie d’aller à Gryffondor rien que pour vérifier si son frère racontait n’importe quoi.

─ Hum, hum… encore un Bridgestone, hein ?
─ Non sans blague, marmonna Absynthe, un peu agacé que le Choixpeau le reconnaisse comme tel.


Un peu plus et il priait pour être à Serpentard rien que pour se démarquer des autres. Un petit silence se fit dans la Grande Salle, et il se demanda, stressé, si le vieux bout de tissu l’avait entendu.

─ Vieux bout de tissu magique, précisa le Choixpeau. Trêves de bavardages, pour toi cela ne fait aucun doute… GRYFFONDOR !
─ Wouhou !


Non mais Serpentard, quand même… c’était pour rire, ahah ! Absynthe sauta du tabouret et se jeta sur la table des Rouge et Or avec un grand sourire victorieux sur le visage. Galwen le prit dans ses bras et pour la première fois de sa vie, il fut heureux de partager quelque chose d’aussi grand avec un de ses frangins.

─ Je suis fier de toi, Absou !
─ M’appelle pas comme ça ici...
─ On va former une équipe du tonnerre !
─ Ouaiiiis on pourra se coucher super tard et se promener dans les couloirs la nuit et je porterai tes vieux uniformes et…!
─ Ouais, bon, t’emballes pas, hein. Va t’asseoir avec les autres premières années.
─ Humpf.


C’était assurément le moment le plus magique de sa vie. Absynthe sentit tout de suite qu’il serait à l’aise à Poudlard. Il aurait pu revivre cette soirée encore et encore, tellement c’était bon. La découverte du château, la chanson du Choixpeau, le discours du directeur-adjoint, le banquet délicieux, le lit trop confortable… Il avait décidé que ce serait son meilleur souvenir de toute la vie. Avant de rencontrer mademoiselle Euphrasie.

Mademoiselle Euphrasie était l’infirmière de Poudlard. Elle l’est toujours, mais on en parle au passé parce que c’est un fantôme. Nous reviendrons sur ce point. Bref, du temps où Absynthe entra pour la première fois à l’infirmerie, l’infirmière était tout à fait vivante, et tout à fait charmante. Il avait entendu des tas de choses sur elle. Les filles disaient qu’elle était trop gentille, les garçons qu’elle était trop jolie, et lui il voulait bien croire tout le monde, mais il attendait de se faire sa propre opinion, c’était plus juste. Parce que bon, sa maman aussi elle était trop jolie et trop gentille, sauf quand il essayait de voler des cookies dans la cuisine. Mademoiselle Euphrasie avait l’air vraiment parfaite, mais personne n’est parfait, non ?

─ Ce sera ton rite de passage ! Tu dois trouver une excuse pour parler à mademoiselle Euphrasie.
─ Pff, c’est trop facile ! fanfaronna Absynthe.


Il se dirigea gaiement vers l’infirmerie, préparant dans sa tête une excuse banale du genre « j’ai mal à la tête, vous voulez pas me faire un mot pour le cours de sortilèges ? », se concentra pour qu’on ne voit pas sur son visage qu’il jouait la comédie, et poussa la porte en appelant l’infirmière :

─ Mam’zelle Euphrasie ?

Vous vous souvenez quand il pensait que personne n’était parfait ? Eh bien il venait subitement de changer d’avis. Elle était tellement belle que c’était comme si un ange était tombé du ciel, les cheveux blonds au vent, entourée d’un halo de lumière - elle se tenait dos à la fenêtre ouverte et c’était très lumineux dehors. En plus, elle sentait très bon. C’est la première chose qui marqua Absynthe, et la dernière aussi puisqu’il sent toujours son parfum même si cela fait très longtemps qu’elle ne peut plus en mettre. Dans sa grande innocence, le jeune Gryffondor se dit que c’était sûrement la personne la plus magnifique du monde - et aussi qu’il ne l’aurait jamais frappée si elle lui avait demandé de jouer au docteur, elle. Il était tellement ébahi qu’il se retrouva incapable de placer un mot devant l’autre et finit par balbutier un « euuuuuuuh-jour » avant de détaler en courant.
Il avait raté son rite de passage, trop la honte.

Après ça, il avait un peu tendance à se retrouver très souvent à l’infirmerie « comme par hasard » et « en passant dans le coin » - mais rien qu’un peu, hein. Le reste du temps, il se blessait tout seul comme un grand, parce qu’il n’avait évidemment pas oublié le goût des farces et attrapes. Ce n’était plus tant pour se faire remarquer, car comme il le disait lui-même : « si j’avais voulu me la péter, je serai entré dans l’équipe de Quidditch », davantage parce que ça faisait rire les gens, et qu’Absynthe adorait faire rire les gens. Ses blagues n’étaient pas toujours innocentes, mais il ne s’en rendait pas compte. La bombabouse sous la table des Serpentards, c’était juste pour rire, d’accord ? Et le sol un peu trop glissant à leur sortie de la Grande Salle, c’était rien que pour pratiquer le sortilège Glisseo qu’ils venaient d’apprendre en cours ! Bizarrement son directeur de maison ne le croyait pas, et il avait un petit palmarès de punitions et de remarques - les plus courantes étant « attachez votre cravate » et « comment ça, vous avez ENCORE oublié vos devoirs sous votre lit ? ». Il connaissait très bien la salle des trophées à force de l’astiquer et il avait même eu droit à une retenue à l’infirmerie, le plus beau jour de sa vie.

Heureusement, tous ses copains ne faisaient pas que l’encourager à faire des bêtises, il y avait aussi ses frères Caesius Carthaigh. Caesius avait un an de plus que lui et c’était le cliché du Serdaigle asocial qui passe sa vie dans la bibliothèque, donc à priori aucune raison de fréquenter un zouave comme Absynthe. Mais ce dernier avait trouvé très drôle de l’embêter un jour, et ils étaient devenus amis. Absynthe lui-même se demandait comment c’était possible, parfois, mais Caesius avait un effet très positif sur lui et ils se complétaient bien - il l’aidait dans ses devoirs et Absynthe l’aidait à parler aux filles. Absynthe avait des tas de copains, mais le seul qu’il pouvait vraiment appeler son meilleur ami, c’était lui. Il y avait aussi Lyra, mais Lyra c’était pas pareil. Elle faisait quasiment partie de la famille et même si Absynthe ne savait pas toujours comment il devait l’appeler (sa meilleure amie ? la grande soeur qu’il aurait voulu avoir ?) il aimait l’enquiquiner au moins autant que Caesius quand elle venait à la maison. Il trouvait trop cool qu'elle soit métamorphomage. Elle n’aimait pas trop ça mais Absynthe se disait qu’il finirait par le lui faire accepter à force de lui demander de changer son nez en groin de cochon - enfin bref. Absynthe aimait beaucoup Lyra, mais il n’osait pas l’entraîner dans ses bêtises parce qu’elle le grondait toujours. Tandis qu’avec Caesius, c’était plus facile, et c’était très drôle aussi. Il aurait probablement continué comme ça jusqu'à aujourd'hui s’ils n’avaient pas fait tous les deux une plus grande bêtise que les autres qui avait coûté la vie à mademoiselle Euphrasie.

when I was young, it was more important


À Poudlard, la chambre d'Absynthe était dans un état presque aussi déplorable que son propriétaire. Bon d’accord, les murs tenaient toujours, le lit était en un seul morceau et il n'y avait pas de substance explosive cachée dans ses tiroirs - ça, c'était chez ses parents. Mais il ne la rangeait jamais. Heureusement, il était le seul à voir ce champ de bataille. Avec les elfes de maison. Et les occupants des tableaux sur les murs. D’ailleurs, il les avait retournés, les tableaux. Il supportait très mal les regards qui le fixaient, mais ça n’avait rien à voir avec le bordel, ça. Ou alors pas celui de sa chambre. Dans tous les cas, c’était important de le préciser, la chambre d’Absynthe était un cauchemar pour technicien de surface - comme disent les Moldus - ou pour elfe de maison. D’ailleurs Absynthe se demandait s’ils ne passaient pas moins souvent que chez les autres, les elfes, tellement ils avaient peur de sa chambre. Alors il rangeait, un peu. Ça lui changeait les idées pendant, disons, dix minutes, et après il laissait retomber les papiers, les vêtements, les livres qu’il ne lisait jamais et tout le fatras et il se trouvait autre chose à faire. Généralement à l'infirmerie. C’est qu’Absynthe broyait du noir, quand il se laissait aller. Il en broyait tellement qu’il aurait pu manger du noir en compote au goûter et mettre du noir pressé dans son jus de citrouille du matin.

Ça expliquerait peut-être qu’il fasse toujours la tête, remarquez.

Pour qui ignorait les faits qui s'étaient déroulés dix ans plus tôt, Absynthe avait juste l’air dépressif. Pour qui les connaissait, il l’était. Ça ne faisait pas beaucoup de monde, mais ça l’embêtait que ce peu de monde le ressente, parce que ce peu de monde n’avait pas besoin de ça. Ce peu de monde, c’était principalement sa famille, hein, vous n’allez pas raconter au premier venu que vous êtes infirmier assistant à Poudlard parce que vous avez accidentellement tué votre collègue, et sinon vous faites quoi dans la vie, vous ? Quant aux connaissances et aux amis de longue date, Absynthe n’avait gardé contact avec personne, sauf Caesius, par la force des choses (il enseignait à Poudlard) (mais ils n’avaient pas vraiment de contacts). Absynthe ne se rendait pas compte, ou ne voulait pas se rendre compte, que ça lui manquait. Les gens qu’il côtoyait la majorité du temps avait entre onze et dix-sept ans, alors forcément, il ne se rappelait pas trop ce que ça faisait que de sortir avec des gens de son âge.
Il était trop discret et sûrement trop mal à l’aise pour se lier avec ses collègues, la seule personne avec qui il avait une très bonne relation était, ironiquement, celle qu’il avait tuée, mais quand cette personne n’est pas au courant, ça aide. Il se voyait très mal sortir pour s’amuser, vous voyez, alors il se contentait de faire la tête et puis merde à ceux qui râlaient.

Enfin sauf sa mère, quand sa mère râlait il faisait pas le malin, Absynthe. Comme dit plus haut, il faisait beaucoup d’efforts pour que tout ça ne retombe pas sur ses proches qui savaient ce qui s’était passé, et n’avait certainement pas besoin d’en subir encore les conséquences. Sans compter que sa mère était la seule personne au monde à lui demander très sérieusement s’il n’avait pas une petite amie à son âge parce que franchement elle tenait à avoir des petits-enfants hein alors bouge-toi mon fils. Rien que pour ça, Absynthe avait envie de lever les yeux au ciel. Et puis aussi de sourire, un peu.
Mais surtout de lever les yeux au ciel.

─ Galwen et Duncan sont déjà mariés et…
─ Maman...
─ Bientôt ce sera le tour de Gabrielle et Margarita, tu verras, et qui me donnera des petits-fils et des petites-filles en attendant, hein ?
─ Tu en as déjà trois, maman.
─ J’ai pas fait cinq enfants pour me retrouver qu’avec la moitié de petits-enfants !!!


Galwen et sa femme avaient deux enfants, un garçon et une fille, Fig et Cherry. Absynthe s’était marré à chaque fois, persuadé que le troisième s’appellerait Apple ou quelque chose comme ça. Peut-être que le travail de contrôleur au ministère de Galwen n’était pas assez fantasque pour lui et qu’il cherchait l’originalité dans le reste de sa vie. Quand Absynthe s’était pointé à la maternité pour la troisième fois (en retard), il avait espéré que Duncan était assez heureux dans son travail à la R.I.T.M. pour ne pas affubler son premier gamin d’un nom pareil. Sa mère lui avait ressorti le fameux discours de la jeune grand-mère en mal d’amour. Pendant ce temps, Duncan s’extasiait sur le ton du nouveau papa béat. Le bébé, bizarrement, ne semblait pas dérangé par le brouhaha.

─ Il avait les cheveux verts ! Je vous jure quand les infirmières l’ont vu elles n’en revenaient pas. Il avait les cheveux bruns et l’instant d’après ils étaient verts, on a failli ne pas le reconnaître !
─ Aucun risque, il a la même tête d’ahuri que toi, ricana Galwen.
─ C’est normal, c’est un bébé, le gronda Margarita, que tout le monde appelait Maggie pour des raisons pratiques.
─ C’est vrai qu’il a l’air un peu ahuri.
─ Abs !
─ Je vous ai dit qu’il avait les cheveux verts ?
─ Au moins six fois !


Absynthe sourit et fit gouzi-gouzi au bébé, jusqu’à ce que l’un de ses frères fasse remarquer qu’il était peut-être métamorphomage, ou peut-être juste un sorcier très précoce, et cela lui rappela une autre personne qui changeait la couleur de ses cheveux. Et aussi une promesse faite il y avait très, très longtemps, qu'il n'avait pas tout à fait respectée. Voire pas du tout. Restait une photo sur la commode de sa chambre terriblement en désordre à Poudlard, qu’il avait retournée, comme toutes les autres, comme les tableaux, mais pas parce qu’il se sentait observé. En parlant de se sentir observé...

─ Il est mignon, hein ? Tu le trouves pas adorable ? Ça te fait pas env-
─ Maman, ça suffit !
─ Absou a raison, maman, dit Maggie. Il a pas l’âge d’avoir des enfants...
─ C’est vrai, il est pas si vieux que ça ! Tu as, quoi… vingt-cinq ans ?
─ Mais non, ça c’est moi.
─ Vingt-six ?
─ Vingt-sept…
─ C’était pas vingt-huit ?
─ Tu crois que je me souviens de l’âge de tout le monde ici ? Demande plutôt à maman !
─ C’est vrai que t’es vieux, Abs.
─ Mais pas du tout !
─ Qui c’est qu’est vieux ?
─ Parlez pas si fort, vous allez réveiller le bébé.
─ Il est déjà réveillé.
─ Avec tout le boucan que vous faites…
─ C’est pas moi c’est maman !
─ Tu accuses ta propre mère ?
─ Mais non !
─ Fils indigne !


Absynthe afficha une moue aussi indignée que sa mère, mais il lui était reconnaissant qu’elle use de ce ton terriblement théâtral qu’elle adoptait depuis qu’il était en âge de faire des bêtises, plutôt que celui qu’il craignait d’entendre à peu près tous les jours depuis l’accident. Il considéra sa génitrice qui faisait tout un cirque de pas grand-chose, ses sœurs qui le défendaient vaillamment, ses frères qui se moquaient gentiment de lui, son neveu et sa nièce qui jouaient à « coucou » avec le bébé et son père qui observait le tout assis dans un coin, et sa culpabilité le tirailla au point qu’il se demanda s’il méritait tout cela. C’était presque aussi terrible que de côtoyer tous les jours celle qui hantait l'infirmerie. Mais comme il était aussi doué pour se cacher que pour mentir, il promis à sa mère que « un jour, quand tu seras vieille. » Elle lui pinça la joue.

─ N’essayes pas de m’avoir, je te connais comme si je t’avais fait, ha !
─ Aïe.


Absynthe se frotta la joue. « Et redresse-moi ce col, enfin! » ajouta-t-elle, plus impitoyable encore que les sourires de la jolie infirmière fantôme.

pain more painful, laughter much louder





Derrière l'écran
C'est quoi l'espérance de vie pour ce type d'animal ?


Pseudo ϟ Absynthe
Et l'âge ϟ Bientôt le quart de siècle, héhé
Male, Femelle, ou Bumblebee ϟ Patate
Comment tu as connu Pimentine ϟ Par WW d'amour !
Des suggestions pour Pimentine ? ENCORE PLUS DE CHATS. J'adore les couleurs du design ! ♥
C'est quoi, Pimentine ? ϟ Une potion qui soigne le rhume ! Je connais mon sujet tavu. Et un forum trop cool. ♥♥♥
Personnage sur l'avatar ϟ Tyki Mikk de D. Gray-Man





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

Papa Fayot
Messages : 157
Date d'inscription : 12/05/2014



Message
30.07.14 20:15

Bienvenue sur Pimentine Absynthe !

Absynthe, mon fiston m'a parlé de toi, et à quel point tu étais cool. Je le confirme. Tiens, je te donne un badge de mon club de privilégiés.
/remonte ses lunettes/
(sinon, tu peux poursuivre ta fiche dès que tu le souhaites ♥)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

Absynthe Bridgestone
Messages : 37
Date d'inscription : 28/07/2014



Message
01.09.14 19:36

*épingle son badge avec émotion* C'est trop d'honneur, Papa Fayot, merci ! ;w; ♥

Cette fiche est finie et non je ne suis pas en retard, ce n'est qu'une illusion de votre esprit. Je me suis découvert une passion cachée pour la famille d'Absou, alors l'histoire est un petit peu plus longue que prévu. Mais je voulais aborder les choses sous un angle différent de celui de WW. J'espère que ça vous plaira ♥ (surtout à toi, Papa Fayot) (je penserai à favoriser ton fils aux prochaines élections poudlariennes) Amour sur vos têtes !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

Papa Fayot
Messages : 157
Date d'inscription : 12/05/2014



Message
01.09.14 20:46


Bienvenue à Londres !


Il est parfait, et c'était un réel plaisir de découvrir sa petite famille ! ♥


Félicitations ! Tu es désormais validé, ta fiche est certainement trop cool, et tu vas désormais pouvoir jouer avec tous les autres sorciers, créatures et hybrides du forum ! Quelle veine hein ♥.

Sache que, si tu  veux faire les choses dans l'ordre, je t'invite à te rendre dans la catégorie des listes et des recensements. Là-bas, tu vas pouvoir recenser ton métier, ton avatar, ton quartier, et pleins d'autres choses. On compte sur toi !

Après, il faudra penser à bien t'occuper de ton sorcier. Tu trouveras un endroit pour établir des relations, et même un autre pour gérer tes rps. Et puis, le plus fun dans tout ça, ce sont les péripéties ! Ne les rate pas, ce serait dommage.

Bon, on a fini avec les infos de base, on va te laisser tranquille. Surtout, amuse-toi bien sur Pimentine ♥ !






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé



Message

Revenir en haut Aller en bas

absynthe ✧ digital love

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PIMENTINE ! :: 
 :: Inscription Administrative :: Bienvenue à Londres !
-
Vote pour Pimentine parce que tu l'aimes ♥



Et si tu as un soucis, rends-toi sur la F.A.Q. !